Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 4 décembre 2016

WE en bourgogne et diner des 10 ans bénis des Dieux

Bonjour à tous,




Et oui, chers amis, au moins, le temps d'un diner, j'ai vu la lumière ! j'ai reçu l'absolu-dégusta-tion. Pour la première fois, j'ai cru en Dieu. Sur le Mont-Thelie, Dionyssos nous a donné son meilleur, de quoi presque croire à son existence...




Tellement scotché de ce que les vins ont donné que j'ai abandonné mes notes... Incroyable, rien à discuter... aucun ou tu te dis : "bon, il est pas au top mais dans quelques années". Non. Surtout les rouges, qu'ils soient jeunes 2008 ou très vieux 1937, ils nous ont présenté une série absolue, comme si chaque cru voulait montrer qu'il était meilleur que le précédent... Jamais vu ça en plus de 10 ans de dégustation. Allez quelques souvenirs car les vins le méritent :




Dans cette série de blanc, un vin exceptionnel, ce Clos Rougeard Breze 2000 va donné le ton de la soirée, évolué, complexe, fin, frais, puissant mais délicat, taffetas en bouche, superbe vin 95 (18). Le Pouilly de Guffens sera un peu marqué d'une oxydation au fruit exotique pas d'une grande élégance. La Romanée et les Pucelles se gouttèrent très bien, 93 (17) pour ces 2 vins. Puis on attaque les rouges.




D'abord ce Léoville Las Cases 88, typé rive gauche, d'une classe folle, frais certes, mais bien enrobé, au fruit mûr, avec une longue persistance élégante de cassis, d'épice, sur un fond fumé tabac grande classe. Excellent + 95 (18). Le Lagrange 96 derrière ne déméritera pas, loin s'en faut, tonique, expressif avec son poivron rouge grillé, sa belle matière soyeuse, et sa finale longue très élégante, un beau vin 94 (17,5) sur cette bouteille aux meilleurs des Lagrange 96 bus. Le Haut Bailly 70 nous ramène dans les vins ayant harmonieusement évolué, personne ne trouve le millésime mais Alex en grande forme ce soir, est sûr qu'il s'agit d'un Pessac. Bravo, très bien vu et très beau vin que ce Hautr Bailly 70 Excellent 94 (17,5). Puis arrive, l'introuvable, l'insondable même. Seul Patrick, annonce Saint Estephe depuis 10 mn, là ou tout le monde cherche le millésime... 64, 66, 59, 45... Et non, ce Cos D'estournel 1937, premier vin pour moi avant guerre, ne fait pas son âge du tout !!! (Un faux ?) c'est tellement incroyable de cassis mûr, de champignons, cèpes confits, aux notes moka, cuir, tanins encore présents moelleux, une structure bien droite qui tient l'ensemble et prolonge la finale dans une persistance d'un autre monde, celui d'avant guerre... Incroyable. Exceptionnel 97 (19) si cela a encore un sens de noter.




Hasard des soirées magiques, le suivant, dans la même veine, est encore superbe. Gourmand puis droit, tendue, profond, superbement enrobé de tanins moelleux, et une finale droite précise et longue aux aromes très proches du précédent. Un poil moins abouti, précis mais superbe vin que ce Cos d'Estournel 1970 94 (17,5).
Comme d'hab, on a imposé aux convives notre ordre fétiche : Bordeaux, Bourgogne, Rhone. Une fois de plus, on ne peut que constater que cela fonctionne à merveille car le Chambolle Combe D'Orveaux de Clavelier 2002 va se révéler superbe, apportant un changement d'univers gustatif jouissif ! La groseille, la framboise remplaçant le cassis, les épice se font plus girofle, la bouche tendue est enrobée de tanins soyeux, c'est expressif, plus festif moins austère, avec une longue finale, d'une grande élégance, de framboise, de pivoine, de girofle sur un fond fumé classe. Très veau vin. Excellent 93 (17). Le suivant s'avèrera un peu moins élégant, plus marqué de son age, avec un côté un peu plus "végétal" mais les tanins sont très beaux sur ce Clos de Beze de Bart 1990. Excellent 91 (16,5). Ensuite arrive une série GrosFier-té, de la bourgogne avec pour commencer ce Bonnes Marres 2002, donc de Groffier, magistrale. Aromatiquement complexe, bouche superlative de tanins soyeux, sapide, classe, puissant et délicat, et une finale à la persistance d'école. Très grand vin 96 (18,5).




Le suivant illustre bien l'effet millésime, grand aussi, mais sa fraicheur plus imposante le rend un peu plus acidulé, plus profond du coup, mais un peu moins harmonieux, par contre, quelle délicatesse, le terroir parle, moins puissant, il est plus précis, concis et offre toute la palette des grands bourgogne. Framboise, groseille, note floral, puis épice girofle et longue persistance fumé et épicé. Exceptionnel aussi 95 (18) que cette Amoureuse Groffier 2008.
Enfin, on change à nouveau de registre avec pour commercer cette Mouline 2006 époustouflante (en ce qui me concerne) que personne n'a identifié hésitant même sur Guigal tant le boisé est délicat, en léger fond, mais une bouche superlative de tanins moelleux, taffetas, concentré pour autant mais d'une délicatesse et précision incroyable. Très grand vin aux notes de cassis, de poivre, de violette, de bacon grillé, complexe, évoluant en permanence et d'une persistance infinie. Exceptionnel 98 (19) pour moi et sans doute la meilleure Mouline de Guigal bue à ce jour. Personne n'identifiera également le Guigal suivant mais par contre l'Hermitage sera bien identifié, tant le vin à oppose sa droiture, sa puissance, sa profondeur, sa concentration tanique, à la largeur, l'amplitude, presque l'opulence délicate de la Mouline. Cet Hermitage ExVoto 2001 est aussi un vin a couper le souffle dans son style concentré, et profond; du grand art 95 (18) et peut être encore un énorme potentiel... Enfin nous finissons par la classe, l'élégance, peut être une synthèse des 2 précédents. Moins expressive certes, moins extrême sans aucun doute, mais une parfaite illustration de la classe discrète, large et ouverte, une pointe de profondeur et droiture, une expression aromatique parfaite. Encore une très belle bouteille que cette Landonne de Rostaing 2006, Excellent+ 94-95 (18) et bien meilleure que celle que j'ai déjà bue !


Je vous dis, une soirée magique, j'avais déjà gouté au moins 3 des vins servis, et bien ce soir là, ils étaient 3 crans au dessus de ce que j'avais déjà bu ! Incroyable... Un soir ou croire que Dieu existe et qu'il a béni nos 10 ans d'amitiés viniques ;-)


Amicalement, Matthieu



samedi 19 novembre 2016

Ah, et bien en voilà un beau cabernet franc, mais pas ligérien

Bonjour à tous,


Il y a bien longtemps que je n'avais bu un cabernet franc qui m'a fait dire "Whaooh" ! Je dirai même plus, un vin qui m'a surpris. Alors bien sûr, au départ, je n'avais rien projeter de particulier, aucun phantasme, rien de spécial sur cette bouteille... ça aide à être agréablement surpris. Mais ce Cabernet franc de Saint-Emilion réalisé par Catherine Papon Nouvel sur cette année difficile qu'est 2008 présente une bouche magistrale ! Ah le cabernet franc comme ça, j'adore... Désolé les copains, mais celui là encore n'est pas ligérien. J'adorerai trouver régulièrement à Chinon, Bourgueil ou autre appellation de Loire, de tels vins :-)


Saint-Emilion, Chateau Petit Gravet Ainé 2008 : Un nez de cassis encore marqué d'un boisé  lacté vanillé, intégré mais pregnant (qui se dissipera à 5H d'aération), note végétal noble bourgeon de cassis, fond fumé tabac évoluant cacao prune à l'aération. La bouche est magnifique, charpentée, tanins fins, denses, précis, soyeux, donc mûrs, c'est profond mais bien enrobé, droit sur le cassis, note boisé épice, vanille, léger lacté, qui s'efface, puis végétal noble, ronce, fleur, bourgeon cassis, fond fumé puis plus cacao. La finale est fraiche, profonde mais sans être austère et très belle empreinte tanique, frais, tonique, précis, puissant mais fin, très belle persistance de cassis, note vanillé, puis ronce, végetal fond fumé. Un boisé un peu marqué à l'ouverture, mais quelle bouche pour un 2008 basé à 90% de cabernet franc... juste mûr, superbe tanins, profond, soyeux, précis... Très beau vin, Excellent 93-95 (17-18)

Et décidément, c'était la semaine des bonnes surprises, car ce Beaujolais 2009 de Dominique Piron m'a également surpris et régalé associant avec merveille, le côté jovial, festif et bonhomme du Gamay, à la profondeur et la race des grands vins. Très belle évolution sur cette bouteille que :

Morgon, Cote du Py Dominique Piron 2009 : Un nez à 4H d'aréation séduisant sur la prune, la reine claude, note typique gamay bonbon anglais, d'épice réglisse, pointe oeuf animal toujours présente, fond fumé et léger cacao amer. La bouche est charpentée, pleine, dense, beaux tanins soyeux, c'est structuré, sur la prune, la reine claude, un coté acidulé bonbon anglais, note épice réglisse, fond fumé et cacao. La finale est puissante, dense, sur la matière, et belle persistance de prune, note réglisse, poivre, pointe bonbon anglais, fond cacao plus marqué, pointe fumé. Excellent 91+ 16,5+. Un beau cru de beaujolais structuré, bien mûr, séducteur, mais de la profondeur aussi, allez la petite pointe oeuf manque un peu d'élégance, histoire de justifier que je ne le note pas 17.

Châteauneuf du Pape, Domaine Saint Siffrein 2007 : Après 3H aération, un nez assez mat, de prune, note garrigue, épice type réglissé, fond cacao. La bouche est charpentée, large, mais un style droit, profond, tanins ronds, plutôt finesse, équilibre, mais surprenant pour le millésime, sur la prune, note de figue, de réglisse, pointe garigue thym, fond cacao. La finale est large et ne chauffe pas ce qui pour un 2007... avec une  persistance interesante de prune, note épice et figue séchée, réglisse, fond cacao. Pas très complexe certes, mais bel équilibre, droit et "fin" pas d'alcool ressentie. TB 90 (16)

La suite est plus tradi par ici :

Cote-Rôtie, Guigal Brune&Blonde 2009 : Un nez de cassis, note épice poivre, pointe fraiche bourgeon cassis, et un fond encore marqué d'un boisé vanille caramel un peu envahissant. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, de la droiture et de la fraicheur, c'est tonique sur le cassis, note boise vanille un peu appuyée, note fraiche végétale typé bourgeon de cassis (?), fleur, fond fumé cacao, noyau et pointe caramel. La finale est fraiche, tonique, belle empreinte et persistance honnête de cassis, ce coté frais floral vegetal, fond cacao noyau au boisé vanille caramel un peu marqué. TB-Excellent 90-92+ (16 sur cette bouteille). A attendre que l'ensemble se libère, le bois se fonde mais potentiel très intéressant, dans 5 à 10 ans à mon avis au minimum.

Marsannay, Domaine Bart Champs Salomon 2012 : Un nez séduisant, ouvert, de framboise mûr, note épice réglisse, girofle, pointe sureau, fond fumé classe. La bouche est corpulente, ample, large, tanins soyeux, structure droite, tonique, sur la framboise mûr, note girofle et fond boisé fumé classe, j'aime beaucoup. La finale est fraiche, assez puissante, droite, précise, sur la framboise puis plus cassis, note réglisse, girofle sur un fond fumé, retour noyau et sureau . Excellent 91+ 16,5+ Comme d'hab, une valeur sure.

Volnay, Domaine Voillot VV 2009 : Un nez tres expressif de cerise burlat, bien noire, mur, juteuse, note terre chaude, de réglisse, fond fumé léger. La bouche est charnue, large, ample, beaux tanins soyeux, c'est gourmand, sur la cerise noire mur, note framboise, groseille, un coté réglisse, note noyau, sureau, fond plutôt cacao. La finale est ample, large, précise, friande, cerise burlat puis plus rouge framboise, note réglisse, sureau, fond terre chaude, noyau. Pas une grosse matière dense, bien sur, mais un beau village, friand voir gourmand TB-Excellent 90+ 16+  Meilleur millésime de cette cuvée dans mes notes !

Amicalement, Matthieu

samedi 12 novembre 2016

Les dernières dégustées

Bonjour à tous,


Quelques jolies bouteilles dégustées la semaine passée.


Margaux, Chateau Giscours 2005 : Un nez élégant profond, plutôt ouvert, joli cassis, mûre, léger compoté, note fraiche floral, un cote ronce, puis épice, noyau, fond entre cacao et fumé, pas encore très complexe mais très élégant. La bouche est charpentée, ample, belle droiture tonique, tanins soyeux, fins, précis, sur le cassis, le fruit noir compoté, note plus épicé réglisse, pointe floral, fond cacao et bois fumé plus marqué. La finale est fraiche, fine, précise, et persistance intéressante de cassis, mure, note épice puis noyau, pointe floral/végétale, fond plutôt cacao que fumé. Excellent 92 (16,5+). Très belle évolution sur cette bouteille car mes précédentes dégustations m'avaient déçu...

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2010 : Un nez qui s'ouvre après 4H d'aération sur le cassis, note végétal marquée ronce, bourgeon de cassis, puis boisé grillé, fond noyau amande. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux fins, précis, c'est frais, droit sur le cassis, toujours ces notes végétales ronce, bourgeon cassis, fond boisé bien intégré  léger fumé, grillé. La finale est fraiche, tonique, pleine, cassis, notes amandes puis plus végétal ronce, bourgeon cassis, pointe épice poivre fond noyau et léger fumé. Encore en dedans assez austère, a attendre car le boisé séducteur est en retrait et la complexité n'est pas encore là. B-TB 88 15,5 actuellement

Châteauneuf du Pape, Font Michel cuvée Etienne Gonnet 2001 : Un nez séduisant de prune, cerise noire, pointe kirch,  note épice presque cannelle, figue séchée, fond cacao. La bouche est charpentée, droite, voir tendue, profonde, tanins soyeux amples, c'est très équilibré, sur la prune, la figue séchée, note épice moins cannelle, plus olive noire, pointe garrigue, fond cacao et léger fumé. La finale est fraiche, tonique, belle persistance de prune, figue séchée, note épice et fond cacao. Excellent 93 17 que cette 10 eme bouteille et parfait sur la palette de porc confite.

Hermitage, Delas Tourette 2003 : Un nez gourmand de cassis compoté, quasi confit, note orange sanguine, épice poivre, pointe bacon grillé, fond boisé moka un peu marqué. La bouche est charpentée, large, assez fluide, tanins soyeux, sur le cassis compoté, confit, pointe cerise kirchée, note tabac blond assez marquée, surprenante, fond moka, le tout est assez baroque. La finale construite sur la structure présente une empreinte taffetas, un peu marquée de cerise kirchée alcool, sur la cassis confit, note poivre puis pointe bacon grillé sur un fond tabac et moka. TB-Excellent 91 16,5. Moins intéressant sur la palette que le Châteauneuf.

Pommard, Rebourgeon Mure Clos des Arvelets 2011 : Un nez discret encore, même au bout de 24H ! Sur la cerise, note de  sureau, pointe ronce fond noyau cacao. La bouche est charpentée, droite, belle structure, tanins fins précis soyeux, de la fraicheur qui tend la bouche, bien enrobée, sur le cassis, note sureau, puis épice, pointe ronce fond noyau et léger cacao, finale fraiche belle empreinte, persistance intéressante de cassis, note ronce puis épice réglisse, fond noyau et cacao. A attendre. TB 88 (15)


Amicalement, Matthieu



samedi 5 novembre 2016

Les vins de Patrick, et ben moi j'aime !

Bonjour à tous,


Le WE dernier, j'ai ouvert un Meursault de Patrick, et bien, encore une fois, je ne comprends pas les ronchons qui discutent... Moi, il me procure ces petits moments de bonheur si précieux. Ou alors je n'ai eu que de la chance avec mes bouteilles !


Meursault, Buisson Charles Les Tessons 2005 : Un nez sublime, tout ce que j'aime dans l'équilibre des grands chardonays, intense, classe sur la poire, note aubépine, amande, puis chèvrefeuille, pointe sésame grillé, fond léger beurre brioche puis craie. La bouche est large, ample à l'attaque puis tendue, droite, belle matière suave, pas d'une immense concentration mais très élégant, classe sur la poire, le fruit blanc, note aubépine, amande puis chèvrefeuille, fond sésame grillé et craie, roche. La finale est fraiche, à l'empreinte taffetas, bien pleine, et très belle persistance de poire, fruit blanc, note aubépine pointe léger miel, chévrefeuille, fond de sésame grillé et craie. Du grand art pour un village. Excellent 93 (17) pour cette 3eme et dernière bouteille, moyenne 92,7 et meilleur millésime de Tesson dégusté jusqu'à aujourd'hui.

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Cherbaudes 2009 : Un nez gourmand, fruit noir mûr, puis plus rouge framboise, note fraiche de ronce de sous bois, puis réglisse avec son baton, fond fumé. La bouche est charpentée, belle densité de tanins soyeux, presque veloutés, c'est précis, ample, large, sexy (dans l'esprit), mais structure marquée, on est à Gevrey quoi, sur le cassis mûr, puis la framboise, note noyau, bâton de réglisse, puis ronce, fond sureau et cette pointe fumé. La finale tient sur la structure, une empreinte soyeuse, taffetas, persistance intéressante de fruit noir, puis framboise, épice réglisse, note ronce, sous bois et fond fumé. Encore gros potentiel mais déjà Excellent 92 (17)

Madiran, Chateau Bouscasse VV 2007 : Un nez de cassis assez profond, presque liqueur, note épice légère réglisse, pointe lacté fraise, vanille, fond léger fumé noyau. La bouche est charpentée, voir robuste, mais bien équilibrée, droite, structure marquée certes mais tanins soyeux, encore un poil astringent en dégust pure, sur le cassis, voir la liqueur mais sans le cote sucré, note épice entre réglisse et vanille, fond noyau et léger fumé. La finale est sur la structure, une puissance agréable qui dynamise, une empreinte donc légèrement astringente encore, mais une persistance intéressante de cassis, note fraiche plus floral, bourgeon, toujours un côté épice réglisse, vanille fond noyau léger fumé. Très joli vin, pas dans le style rustique du tout, beau travail des tanins, c'est puissant mais une  certaine finesse, délicatesse, peu de bois ressenti ! Bravo TB+ 90+ (16+) et super sur le confit de la ferme Bastebieille, du côte de Dax.

Saint-Emilion, Chateau Soutard 1988 : Un nez de vieux cuir, un poil too much puis arrive le cassis, et en cherchant des notes poivron rouge et fond fumé. La bouche est charpentée, droite, tanins fondus, soyeux, sur le cuir, pointe viande fraiche, fond tabac, graphite, fumé. La finale est fraiche qui a du peps, sur le cassis, puis note tabac, fond de cuir. A point TB 88 (15) mais la moins bonne des 3 dégustées et de loin  (93 et 93 !)

Amicalement, Matthieu

mardi 1 novembre 2016

Des crus à la Toussaint

Bonjour à tous,


Quelques crus dégustés pendant ces quelques jours.


Marsannay, Bart Champs Salomon 2013 : Un nez expressif de beau fruit plutôt rouge, groseille, framboise, note fraiche de ronce, pointe épice réglisse, fond fumé bien intégré. La bouche est corpulente, tendue, droite, belle densité de tanins soyeux, sur la groseille, la framboise, note épice réglisse, puis plus fraiche de ronce bourgeon de cassis, fond fumé sureau. La finale est fraiche, pleine, belle empreinte tanique persistance intéressante de groseille, framboise, note fraiche ronce, pointe réglissé fond fumé sureau. Un beau fruit brillant, de la fraicheur, de la tonicité, une joli matière plus dense que je n'attendais pour enrober le tout, un bon "pti millésime" de dégustation rapide :-)

Haut Medoc, Chateau Cambon La Pelouse 2010 : Un nez de fruit noir mûr, mûre, note fraiche amande, léger grillé, pointe épice vanille fond noyau et fumé léger. La bouche est charpentée, à la structure marquée mais tanins fins et soyeux, belle concentration, sur le cassis, note fraiche amande, un côté terre, roche, pointe épice, fond noyau. La finale est fraiche, fine, bien équilibrée, persistance intéressante de cassis, mûre, note amande grillé, fond noyau cerise, léger fumé. TB-Excellent 91 (16+)


Crozes Hermitage, Delas Le Clos 2003 : Un nez très fruit rouge et noir, cerise, cassis, pointe kirchée évoluée, note épice réglissée poivre, fond moka balsamique. La bouche est corpulente, tanins soyeux, assez fluide pas très dense mais ça tient quand même, c'est gourmand sur le fruit noir mûr, cassis, cerise burlat, cette pointe kirchée évoluée, note épice réglisse, fond moka balsamique. La finale, un poil fluide, est presque fuyante mais offre quand même une persistance intéressante de fruit évolué noir et rouge, note poivre puis plus champignon, fond moka balsamique TB 90 (16)

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2011 : Un nez expressif de poire, note d'amande, d'aubépine, pointe sésame, fond brioche grillé beurrée et un léger macadamia caramélisé gourmand. La bouche est large, ample, belle matière suave pointe de gras enveloppant une jolie tension, c'est droit sur la poire, le coing, note amande, aubépine, fond entre sésame et brioche grillé. La finale est fraiche, ample, puis tendue persistance honnête de poire, note amande et fond sésame et brioche grillé avec cette pointe macadamia caramélisé gourmande. TB 90 (16)

Amicalement, Matthieu