Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 6 janvier 2018

Les vins du Nouvel an, l'heure du bilan

Bonjour à tous,

Encore une belle année vinique en 2017, quelques magnifiques bouteilles avec les copains du DOP dont un super diner en Bourgogne ici. A peu près autant de bouteilles commentées qu'en 2016, une répartition de consommation quasi identique en couleur (35%blc, 65%Rge), avec une écrasante majorité de Bourgognes (35%) mais avec une inversion entre régions, plus de Rhone (20%) cette année que de Bordeaux (15%), et une percée du Roussillon pour 8%, soit le triple par rapport à 2016, et à égalité avec la Loire et l'Alsace (ces 3 régions majoritairement blanc). Masi surtout une très belle année niveau bouchon... Inférieur à 2% !!! Là ou il m'est arrivé d'avoir jusqu'à 8% dans mon souvenir...

Et pour fêter ça avec quelques amis lors d'un joli diner sur la biche.

Chassagne Montrachet Morey Coffinet En Remilly 2012 : Un nez opulent, de fruit blanc, juteux, note finement grillé puis plus chèvrefeuille, pointe brioche/beurre, très gourmand, séxy, fond frangipane et sésame. La bouche est savoureuse, à la matière gourmande, suave, ronde, sur le fruit blanc, note finement grillé plus légère, tarte citron, brioche, fond frangipane et sésame. La finale est ronde mais tonique, gourmande, persistance intéressante de frangipane, amande grillé, tarte citron. Excellent 91 (16,5) et surtout hyper gourmand comme souvent avec ce cru...

Pommard Voillot Pézerolles 2009 : Un nez de cassis mûr, note marqué moka, puis d'épice pointe végétal, fond d'orgeat, de fumé. La bouche est charpentée, droite, ample jolis tanins soyeux, belle structure, sur le cassis mûr, note végétal fraiche, ronce, puis épice poivre marqué, patchouli, orgeat, fond moka et fumé. La finale qui garde de la fraicheur, offre une persistance intéressante sur le cassis mûr, note épice poivre, pointe ronce, fond moka réglisse et fumé. On dirait cote roti que je ne serai pas surpris, tant les épice poivrées se font présentes. Excellent 92 (16,5+) Mais un peu moins joli que celle dégustée en jeunesse (2011) qui promettait beaucoup, à attendre...

Côte Rôtie Guigal Chateau d'Ampuis 2006 : Un nez explosif typé baroque, cassis mûr puis un boisé hyper gourmand d'épice réglisse, pointe vanille puis menthol, à l'agitation les plus classiques notes de poivre, de viande roti, fond moka et fumé. La bouche est charpentée ample large aux tanins soyeux, velours, un poil souple, sur le cassis mûr, note hyper gourmandes, épice réglisse, légère vanille, moka pointe menthol, puis poivre, viande roti, fond fumé. Finale onctueuse qui se tient, voir qui reprend du tonus, belle persistance plutôt classique de cassis mûr, de poivre, de viande rôti, pointe menthol quand même et fond moka fumé. Un vin travaillé, certes, mais quel plaisir...Excellent 94+ (17,5+)

Et donc pour finir l'année, le classique Best Of des vins issus de ma cave auquels j'ajouterai quand même, enfin, pour la première fois, une bouteille (pas un vin hein :-) de Reynaud, à savoir le Rayas 2000, qui, sur cette bouteille bue en Bourgogne fût magnifique.

Les vins exceptionnels 95 (18) et plus :

Cote Rotie, Guigal La Mouline 2007 98
Cote Rotie, Guigal La Landone 2007 98
Chambertin Clos de Beze, Groffier  2007 96
Riesling, Weinbach Schlossberg Cuve Ste Catherine 2004 95
Cote Rotie, Guigal La Turque 2007 95
Pommard, Rebourgeon Mure Gds Epenots 2014 95
Chapelle Chambertin, Rossignol-Trapet 1999 95

Les vins excellents 94 (17,5-18) :

Riesling, Zind-Humbrecht Clos Windsbuhl 2008
Saint-Emilion, Château Larcis Ducasse 2004
Haut Médoc, Château la Lagune 1982
Sancerre François Cotat Les Monts Damnés 2007
Macon Pierreclos, Guffens-Heynen Tri de Chavigne 2011
Riesling, Albert Mann Schlossberg 2008
Volnay, Buisson Charles Santenots 2005
Clos de la Roche, Dom Laurent 2006
Cote Rotie, Guigal Château d'Ampuis 2006
Volnay, Rebourgeon Mure 1er Cru Caillerets 2015
Volnay, J Voillot Champans 2007
Chambertin Clos de Beze, Bart 2011
Vosne Romanée, Guyon Les Brulées 2006

Et maintenant place à 2018 qui sera chaud, mes 50 ans, les 20 ans du grand, les 10 ans du petit... Ah les millésimes en 8, on connaît chez nous :-)
Amicalement, Matthieu

lundi 1 janvier 2018

Entre les fêtes

Bonjour à tous,

Quelques crus dégustés entre les fêtes :

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2012 : Un nez très séduisant, classe, de fruit jaune mûr, note beurrée, brioche grillée, puis chèvrefeuille, pointe épice vanille, fond amande et sésame grillé. La bouche est ronde, large, ample, ou se déploie une matière soyeuse, bien tenue par la fraicheur, sur le fruit jaune mûr, note beurrée, puis chèvrefeuille, pointe vanille et fond amande et sésame grillée. La finale est fraiche, ample, belle empreinte au toucher soyeux et belle persistance de fruit jaune, beurrée,  brioche grillée, chèvrefeuille (tarte citron meringuée), pointe épice vanillée et fond amande et sésame grillé. TB-Excellent 90+ (16+) Un vin que je résumerai de cet oxymore, un classique moderne cad le classicisme bourguignon mis au gout du jour :-)

Sancerre, Vincent Pinard Clémence 2015 : Un nez très sauvignon, fruit blanc, citron, note marquée sur le buis, l'acacia, fond de roche. La bouche est ronde, matière mûre, bien soutenue par de la fraicheur qui tonifie sur le citron puis note buis, acacia, fond de roche pointe cire d'abeille. La finale est fraiche, tonique puissante, persistance intéressante citron, buis acacia et fond de roche. TB 89 (15,5)



Meursault, Henri Germain Perrières 2008 : Un nez fin de poire, fruit jaune mûr, fine notes grillées réduc bien intégrées, puis chèvrefeuille, brioche grillée, fond amande frangipane. La bouche est droite, tendue, profonde, nerveuse, fruit jaune mûr, notes grillées réduc, puis brioche, pointe chèvrefeuille (tarte citron meringuée), fond amande. La finale est fraiche, tendue, mais bien enrobée de matière suave et ronde, belle persistance de fruit jaune, note grillée réduc bien  intégrée, chèvrefeuille, brioche dorée, fond amande. Excellent 92 (17)

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Etelois 2015 : Un nez de liqueur de cassis, puis des notes de sureau, framboise, aussi, petite pointe animal peu élégante, fond épice réglissé et fumé. La bouche est corpulente, ample, large, jolis tanins soyeux, c'est droit, bien tenue, sur le cassis mûr, note sureau puis épice réglisse, pointe animal toujours, fond fumé caroube. La finale est fraiche, tonique, un peu fuyante mais moins dynamique que d'autres, sur le cassis, puis framboise, réglisse fond carroube et fumé; TB+ 89-91 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu

dimanche 31 décembre 2017

Les vins de Noel, c'est chouette

Bonjour à tous,

Plusieurs repas de Noel, comme il se doit, et donc plein de bouteilles à ouvrir ! Youpi...
En commençant par :

Meursault, Germain Poruzots 2012 : Un nez classe à la discrete réduc grillée bien intégrée, sur le fruit jaune mûr, note légèrement beurrée, gourmande, de brioche dorée, puis chèvrefeuille/tarte citron, fond aubépine/amande. La bouche est ronde, ample à l'attaque, bien structurée par une matière d'une intéressante concentration, droite, soyeuse, sur le fruit jaune, notes chèvrefeuille, tarte citron meringuée, la pointe fine de réduc grillé, fond amande, plus crayeux. La finale est ronde et fraiche, tonique, persistance intéressante de fruit jaune, la fine réduc grillée, la tarte citron, l'aubépine et le fond amande, craie assez marquée, profil léger amer. Excellent 91+ (16,5+)

Saint-Julien, Château Léoville Barton 1995 : Un nez séduisant, très classe, un côté "aristo" sur le cassis mûr, puis plus gelée de fruit rouge, note de cuir, puis d'encens, des épices, kirchées légers, pointe poivron rouge grillé, fond tabac et fumé. La bouche est charpentée, droite, élégante, tanins fins et soyeux, pas très denses, c'est frais, droit, belle structure élégante, sur le cassis mûr, la cerise confite, note épice patchouli, puis plus cuir, fond tabac et fumé, moins complexe qu'au nez, mais toujours très classe. La finale, un poil fluide (manque de volume), reste droite et élégante, sur la cerise, pointe kirchée, puis casis, note cuir, puis épice patchouli, fond tabac et fumé Excellent 92 (17). Peut-être la plus belles bues jusqu'ici pour ce vin qui ne m'avait jamais emballé.

Hermitage Remizières Emilie 2009 : Un nez très séduisant, de cassis mûr, note entre viande grillé et cuir puis épice fraiche presque menthe/encens, fond moka et fumé. La bouche est charpentée, droite, presque profonde, en longueur, tanins soyeux mais pas très denses, sur la gelée de cassis mais équilibré par les notes épices quasi menthe, pointe plus bacon grillé, fond moka et fumé. La finale est puissante, gardant de la fraicheur, belle persistance de cassis, de menthe, fond moka et fumé. Excellent 92 (17)

Voilà pour ce premier diner, de jolis vins qui ont séduit les convives en accompagnant rôti de biche, et fromage.

Pour le réveillon et surtout, le déjeuner de Noel, et fêter le retour de mon grand de son semestre asiatique, j'ouvre quelques belles étiquettes.


Quelques unes ont été commencées le soir du réveillon en petit comité et finit le lendemain midi.


Meursault, Mikulski Genévrières 2012 : Un nez de chèvrefeuille, tarte citron meringuée, avec de fines et légères notes grillées réduc, puis plus beurrée, brioche, et au réchauffement épice, fond amande, craie et pointe sésame classe. La bouche est large, ample à l'attaque, belle matière soyeuse, délicate, fine et précise, avec ce côté apesanteur que j'aime tant dans ce cru, puis de la tension, sur le fruit blanc et jaune, note chèvrefeuille, tarte citron, note légèrement beurrée, brioche grillée, fond amande, craie et cette pointe sésame. La finale est fraiche, bien enrobée, belle persistance sur le citron, la meringue, donc le chèvrefeuille, note brioche grillée, fine réduc grillée, fond de craie, d'amande, et sésame. Excellent 93 (17)

Saint-Emilion, Chateau Larcis Ducasse 2004 : Un nez intense, hyper séduisant, de fruit rouge mûr, framboise, grenadine, notes encore un poil boisées, épice vanille, bien intégrées, pointe fraiche cèdre presque eucalyptus, fond fumé et tabac. La bouche est charpentée, droite, pleine, beaux tanins veloutés, redoutablement gourmands, pour autant, la structure reste droite, fraiche, sur la framboise, la grenadine, note épice légèrement vanille, puis cèdre, menthol, fond tabac et fumé classe. La finale est fraiche, pleine, belle empreinte tannique, belle intensité, et longue persistance de framboise, puis plus fruit noir, note épice plus réglisse meme si légère vanille, pointe cèdre, menthol, fond fumé et tabac classe. Whaouh, effectivement la réussite de ce millésime 2004 est bien confirmée en ce qui me concerne, cette 2eme bouteille encore meilleure que la première ! Excellent 94 (17,5)

Côte Rôtie, Guigal Mouline 2007 : Un nez explosif à l'ouverture, mais fin, délicat, cassis mûr, note poivre voir camphre, eucalyptus, fond moka, fumé, c'est estomaquant... puis après 10H d'aération, plus classe, moins baroque, toujours le poivre marqué, note viande roti, bacon grillé, pointe violette, fond moka et fumé, super bien intégré mais plus sage. La bouche est charpentée, large, aux tanins velours, fins et précis, hyper séduisants, sur le cassis mûr, note de poivre, puis plus eucalyptus, frais, pointe vanille, fond fumé, moka et viande roti, c'est délicat, plein, plutôt sophistiqué mais tellement sexy. La finale est fraiche, qui tapisse le palais façon queue de paon, et très longue persistance de cassis, poivre, menthol, pointe violette et fond moka fumé, viande roti. Superbe, quelle délicatesse, quelle onctuosité, quelle évidence même si c'est sophistiqué. Exceptionnel 98 (19) même si au bout de 12H, la finale perd de sa puissance. Idéalement à boire dans les 3-6 heures d'ouvertures selon que le boisé vous gène.


Sauternes, Chateau Lafaurie Peyraguey 2007 : Un nez de fruit rôti, coing, pêche, note pain d'épice, sirop d'orgeat, fond d'agrume confit, et de cire d'abeille. La bouche est large, ample, bien soutenue par la fraicheur, matière onctueuse mais fine, sur le coing, la pêche rôtie, note pain d'épice, miel fleur d'oranger, fond d'agrume confit et cire d'abeille. La finale est ronde, pas trp sucré car bien soutenue par la fraicheur et belle persistance de fruit confit/rôti, d'agrume, d'épice typé pain d'épice, et fond cire d'abeille. Excellent 92+ (16,5+) avec un potentiel d'amélioration évident.

Et maintenant on prépare la Saint Sylvestre :-)

Amicalement, Matthieu

dimanche 24 décembre 2017

Les dernières avant les fêtes, dont de superbes 2015 bourguignonnes

Bonjour à tous,

Voici les dernières bouteilles bues pour se mettre en condition avant les fêtes.

Meursault Buisson Charles Charmes 2007 : Un nez très séduisant, élégant, de fruit blanc, belle note d'aubépine, d'amande, noisette, pointe pralin fond crayeux (sylvia voit note beurrée). La bouche est ronde a l'attaque, pleine, puis de la tension en fond qui donne de la profondeur, c'est droit, sur le fruit blanc, note aubépine, amande, noisette, fond crayeux pointe sésame classe. La finale est ronde bien soutenue par la fraicheur qui dynamise une belle persistance de fruit blanc, d'amande, note aubépine, fond crayeux et sésame. Très joli vin classe, pure et associant une certaine gourmandise avec beaucoup d'élégance. Et belle évolution du cru en 10 ans : Dec 10 (90), Fev 12 (91) et donc Dec 17 Excellent 93 (17)

Macon Pierreclos, Guffens Chavigne 2010 : Un nez gourmand et classe, fruite jaune mûr, pointe exotique presque ananas, note beurre/brioche grillé, pralin, fond amande et léger sésame. La bouche est droite, belle matière ample, de la fraicheur bien enrobée sur le fruit jaune, puis le coté ananas plus marqué, note chevrefeuille/citronée cette fois, presque citron vert, noisette, pointe broche grillée, fond amande, sésame. La finale est fraiche, tonique, acidulée, persistance intéressante de fruit jaune, exotique ananas, note pralin puis citron vert, chèvrefeuille, fond amande, sésame. TB-Excellent 90+ (16+)

Terrasses du Larzac, Mas Jullien 2011 : Un nez plutôt en retenue avec un côté sauvage, fruit noir, cassis, cerise burlat, note épice type thé de noel, puis un côté garrigue herbe sèche, pointe sauvage lard, viande, fond prune voir pruneaux. La bouche est élégante, charpentée, belle structure, droite, tanins fins et précis, soyeux, sur le cassis, la cerise burlat, note épice thé de noel, puis garrigue, toujours cette pointe viande, cuir, fond noyau de cerise et léger pruneaux. La finale est ronde, empreinte un peu glycériné, bien soutenue par une pointe de fraicheur bienvenue et une persistance intéressante sur la prune, le pruneaux, puis note herbes sèches, les épices, fond plutôt pruneaux. Excellent 92 (16,5+)

Poursuite des dégustations 2015, et en pinot, Dieu que c'est bon...

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2015 : Un nez fin et délicat qui "pète" le fruit rouge, framboise, groseille, note pinotante ronce, rafle, fraiche, fond sureau puis noyau et caroube, c'est top. La bouche est corpulente, large, à la structure précise, aux tanins fins, avec de la fraicheur, tonique, bien enrobée, sapide sur la framboise, la groseille, note ronce, rafle, pointe amer légère classe et fond caroube, noyau. La finale est fraiche, dynamique et persistance intéressante de groseille, framboise, pointe amer classe, note ronce rafle et fond caroube noyau. TB-Excellent 90-92 (90+) (16+)

Volnay Cailleret Rebourgeon Mure 2015 : Un nez plus tellurique que les autres 2015 goutés, de roche, de craie puis le fruit arrive, intense, sur la framboise, des notes d'épice réglisse, orgeat, fond noyau caroube et ce côté crayeux. La bouche est charpentée, large, droite, solide, tanins fins, précis et soyeux, de très belle densité, c'est puissant, comme un Cailleret, tonique sur la framboise, puis plus noir cassis, note épice réglisse, caroube, pointe ronce, pinotante, fraiche et ce fond de roche, craie, ancré dans le sol. La finale est fraiche, puissante, pleine, dense, et très belle persistance de fruit, framboise, sureau, d'épice réglisse,  puis le sol, la terre, la craie, la roche et le fond noyau et caroube. Whaoou, ça envoie avec une personnalité incroyable. Excellent + 93-95+ (17-18+). Pour moi, l’expression même du Cailleret à Volnay, à faire gouter dans les écoles...

Chambolle Musigny Bart Veroilles 2015 : Un nez fin, précis, de framboise, note sureau puis épice girofle, pointe ronce, fond noyau de cerise, carroube. La bouche est corpulente aux tanins d'une extrême finesse, et d'une précision diabolique, avec une belle concentration/densité, sur une structure fraiche, tonique parfaitement enrobée de tanins soyeux, sur la framboise, la groseille, note épice girofle, fond sureau, caroube noyau de cerise. La finale est fraiche, tonique, presque puissante, belle empreinte et belle persistance de framboise, de groseille, de girofle, fond noyau de cerise, carroube. Tres beau vin, toute la finesse du pinot, très cambuléen, avec une belle concentration, et la fraicheur tonique presque puissante du millésime... Moi j'adore ce millésime. Excellent 91-93 (16,5-17,5)

Quasi fin de cette première série de 2015 et aucune déception, que des vins superbes ! Pour moi, on est bien sur le grand millésime annoncé.

Amicalement Matthieu

dimanche 17 décembre 2017

Quelques quilles avant la période bénie du craquage des fêtes :-)

Bonjour à tous,

Avant la période bénie et adorée du bon vivant picoleur, les fêtes de fin d'année, on ne fait pas forcément régime mais on reste mesuré sur la cartouche... D'autant qu'il reste quelques 2015 tout juste rentrés en cave à gouter, mais pas que !

Riesling, Ginglinger Drei exa 2016 : Un nez droit, profond, sur la mirabelle, puis l'agrume, note épice typé orgeat, pointe presque menthol, fond légère résine. La bouche est droite, tendue, presque puissante, sur la mirabelle, note agrume orange, pamplemousse, pointe épice avec ce cote orgeat, fond résine. La finale est fraiche, vive mais bien enrobée, puissante, de la densité sur la mirabelle, note plus pamplemousse pointe épice orgeat fond résine. TB-Excellent 90-91 (16,5) Comme d'hab avec le Drei Exa de Michel, entrée de gamme superbe !

Savennières, Ogereau en Chenin 2016 : Un nez de fruit jaune, puis plus pomme typé granny, petite pointe champignon, salpêtre pas très élégante, puis citron, fond de roche, amande. La bouche est droite, tendue, belle matière ronde enrobant la fraicheur, sur la pomme granny, note citron fond de roche, silex, et léger amande. La finale est fraiche, tonique, belle densité et persistance intéressante de pomme granny, citron, fond de roche, silex presque iodé. TB 89 (15,5)


Grece, Sparte, Tetramythos Rotidis nature 2016 : Un nez opulent, gourmand, d'abricot mur, de peche, note exotique fruit de la passion, litchi. La bouche est ronde, ample, grasse puis surprenant, de la tension, voir de l'acidité qui tend la bouche, sur l'abricot, note exotique passion, presque litchi. La finale est ronde, grasse, mais un fond frais, vif, persistance intéressante abricot, peche, note exotique fruit passion, litchi. Surprenant, un mélange de viognier, de muscat et de Gewurz (l'exotisme, la vivacité). TB 89 15,5 Un très joli vin, opulent, pas très complexe mais baroque, très fruité, avec cette vivacité de finale qui dynamise... Gouté sur un salon, le vin confirme à la maison toute sa gourmandise, sans perdre sa droiture. Un très bon vin d'été, de copains, d'apéros, de tapenades...

Vosne Romanée Rion 2015 : Un nez séduisant de fruit noir mais aussi framboise, puis marqué rafle, ronce donc frais sur un fond fumé noyau. La bouche est corpulente, tendue, droite, belle profondeur, tonique bien enrobée de jolis tanins soyeux, sur le fruit noir, framboise, note fraiche végétales ronce, rafle, dans un  style amer, fond orgeat, noyau et fumé. La finale est fraiche, tonique, bel équilibre, et persistance honnête, framboise, note rafle ronce pointe amer, fond fumé et orgeat. TB-Excellent 90-92 (16-16,5) mais illustre parfaitement le délire de l'inflation bourguignone... car il vaut maintenant exactement le double du 2005 et à ce prix là... même si c'est très bon, on attend plus et on pardonne moins les petits manques (complexité, concentration/densité...)

Marsannay, Bart Saint Jacques 2015 : Un nez expressif, mûr de grenadine, puis gelée de cassis, note fraiche ronce, puis épice réglisse et orgeat fond noyau, carroube, sureau. La bouche est corpulente, pleine, tanins soyeux, pas d'une grande densité mais satinés a souhait, sur la gelée de cassis mur, la grenadine, note ronce, végétal noble, fraiche, puis épice et fond noyau, sureau, carroube. La finale est fraiche tonique, reprend du dynamisme, et persistance intéressante de cassis, de grenadine, note fraiche ronce, rafle, fond sureau, carroube, noyau de cerise. TB+ 90+ c'est très bon et ce millésime 2015 offre vraiment des vins précis, harmonieux, toniques même sur les terroirs chauds... meilleur millésime de ce cru dégusté à ce jour.

Encore un 2015 mais cette fois rentré en direct de la vallée du rhone :

Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2015 : Un nez d'une grande délicatesse, sur le cassis, note floral typé violette, puis végétal noble ronce qui apporte la fraicheur, pointe épice, fond légèrement bacon grillé, fumé. La bouche est charpentée, belle structure, droite aux tanins fins, soyeux, de la fraicheur donnant un coté tonique, délicatesse mais intensité, sur le cassis, la mûre, note épice réglisse, puis végétal noble ronce, fond noyau de prune, et léger fumé. La finale est fraiche, tonique, tout en finesse, et intensité et belle persistance sur les aromes du nez... Très joli, délicat et intense, tout ce que j'aime... TB-Excellent 90-92 (16-17)

Amicalement, Matthieu