Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 26 avril 2009

Boudins aux pommes accompagné de Mas Cal demoura Infidèle et Gigondas Terme

Bonjour à tous,
Pour accompagner un traditionel boudin au pomme, j'ai opté cette fois pour ce Coteaux du Languedoc dont la version 2000 était très marqué par l'animal en me disant que sa version 2001 devrait l'être aussi !

Coteaux du Languedoc, Mas Cal Demoura l'infidèle 2001 : Un nez séduisant de fruit rouge mûr, des notes salines, un fond de prune, pruneuax, des notes de cacao et très peu d'animal... La bouche est charpentée, droite, jolis tanins soyeux mais encore un poil astringent, le tout dégageant du fruit rouge mûr, de la purée de fraises, des notes légères cacao, noyau olive. La finale est fraiche, ample, longue, grande gourmandise de fruit mûr, des notes salines, de la ronce, des notes d'agrume donnant une agréable amertume et une belle perssistance. Très Bien + 90

Très joli vin, et surement superbe d'ici 4-5 ans !

Pour finir ce repas, j'ai sorti :

Gigondas Domaine de Terme Réserve 2001 : Un nez de cerise, de prune, des notes de réglisse sur un fond de cuir avec un peu d'alcool légèrement kirché. La bouche est large, mûre, corpulente avec des tanins soyeux bien enrobants, sur des arômes de prune, de cerise kirch. La finale est marqué d'une pointe de chaleur, bati sur l'amer avec de la prune, de la cerise, du chocolat et une persistance de cuir. Très Bien 88

Deux jolies bouteilles même si ce 15eme exmplaire du Terme n'est pas la plus belle dégustée.

Amicalement, Matthieu


dimanche 19 avril 2009

Bonne pioche pour l'agneau Pascal : Margaux Chateau du Tertre 1998

Bonjour,
Comme il se doit, l'agneau pascal fût accompagné d'un Bordeaux ! J'ai donc opté pour ce Tertre 98, et ce fût une bonne pioche !

Chateau du Tertre 98 : Un nez avec quelques traces d'alcool, de fruit noir mûr, de poivron rouge grillé, des notes moka, torréfiés classieuses et une petite pointe vanillée. La bouche est corpulente, large à l'attaque, les tanins soyeux de développent dans une structure droite, tendue, loin de la rigidité constatée sur nombreux 98, l'ensemble dégageant fruit noir mûr, moka et grillé. La finale est fraiche, longue, sur le fruit mûr, le moka-torréfié. Un vin très bien fait, d'un style résolument "moderne" mais qui convient bien ici au millésime. beaucoup de plaisir et pas d'écoeurement. Très Bien + 90
Amicalement, Matthieu

samedi 18 avril 2009

Mon flair exceptionnel me fait connecter avec les bouteilles mythiques : Pauillac Chateau Lafite Rotschild 1947

Non, non, je vous rassure il ne s'agit pas d'une crise d'égo surdimensionné, ni de mon odorat somme toute bien standard. Non il s'agit du feeling que j'ai avec les grandes bouteilles, comme si les vénérables bouteilles savaient m'appeller, comme si je les sentais accessible...

Enfin je vous raconte, car tout cela est bien abscons ! Voilà cela fait quelques mois que je dois passer récupérer des bouteilles chez un caviste en ligne spécialisé en vieux millésime. La semaine dernière, ça me prend comme ça, j'envoie un mail et préviens que je paserai ce vendredi. Comme je connais un peu les boss, et les us et coutumes du dit caviste, je les avertis que je passerai le vendredi (c'est un jour ou ils organisent régulièrement des dégustations internes).
J'arrive donc pour récupérer mes bouteilles, et dans un sourire de connivence, on m'annonce :"Décidément tu sais choisir tes jours... on a ouvert une bouteille qu'était dans un trop mauvais état pour la mettre en vente... mais c'est quand même : Lafite Rothschlid 47 "
La bouteille était niveau vidange (sous les épaules, avec un bouchon très abîmé... le vin a été caraffé depuis 3H quand j'attaque la dégustation)

Un nez incroyable, fruit noir mûr et doux, truffe, cèpe, quelques notes de sous-bois, un fond très délicatement fûmé, quelle profondeur, quelle classe, quelle délicatesse, le fruit est encore tout à fait présent, on dirait un vin des années 70 !

La bouche attaque souple avec des tanins taffetas, de la soie enrobante, fins, précis, magnifique sensation qui tapissent le palais, par contre, arrive un acidulé un peu dissocié sur la finale et l'ensemble manque de puissance aromatique. La finale est marquée de cet acidulé et propose surtout une persistance incroyable de longueur avec un kaléidoscope d'arômes évoluant sans cesse que plusieurs 10aines de secondes !

Cette bouteille est clairement en fin de course au niveau de la bouche mais vu son état, je me demande ce que peuvent donner ses petites soeurs en parfaits états !
En tout cas merci mille fois pour cet instant exceptionnel, accedez à une bouteille mythique et comprendre la force des vins indestructibles !!!!!!

Amicalement, Matthieu

vendredi 17 avril 2009

Remède anti-crise : Bonnes Marres Riesling Vouvray Argiles Chidaine

Bonjour à tous,

En ces temps de crise ou l'avenir devient navrant, la tension ténue, les ondes innondées de nouvelles noires... C'est surtout le moment de se faire plaisir, de combattre le "et, non, pas de prêt" avec un Vouvray, le "y'en a marre" avec un Bonnes Marres, la déprime avec un Riesling !

Bonnes Marres, Domaine Castagnier 2006 : Un nez classe, fin, délicat, de framboise mûr, un coté leger lacté, des notes de ronce, d'humus, d'épice, sur un léger fond boisé avec un poil caramel peu gracieux. La bouche attaque délicate, longue avec des tanins fins soyeux, enrobant cette structure corpulente, le tout dégageant du fruit mûr, de la délicatesse mais de la force. La finale est fraiche, longue, persistante ou le boisé se fait un peu plus appuyé et toujours sur des notes caramel que j'aurai préféré toasté/torréfié. Un Bonnes Marres qui fait plus Musigny que Morey et qui présente un boisé qui n'est pas mon type ! dommage car la structure et les tanins sont fins et délicats ! Très Bien + 90-92 en espérant que les notes caramels se fondent !

Riesling GC Paul Gignlinger Eichberg 2001 : un nez qui s'ouvre sur l'essence de térébantine sur un fond de pamplemousse, des notes de litchi puis arrivent des notes de curry (qui, à mon avis, signent plutôt un vin légèrement oxydé ou qui a un petit qqe chose), sur fond crayeux miéllée. La bouche est tranchante, matière ronde sur une structure fraiche, droite, tendue encore ces notes de curry, de craies. La finale est fraiche, tranchante, droite, longue sur le pamplemousse, le curry. En l'état, Très Bien 87, mais je pense que cette bouteille avait un défaut car je pense que ce vin vaut beaucoup mieux !
Vouvray, Chidaine Les argiles Sec 2005 : un nez superbe de poire mûr, de tilleul, de chevrefeuille, de fleur, grande délicatesse sur un fond légèment miéllé, quelques notes calcaires plus que crayeuses. La bouche est magnifique d'équilibre et d'harmonie sur le fruit blanc et jaune mûr, tendue et bien enrobée d'une matière ronde et douce, fin, elégant, classe. La finale est fraiche et ample, droite, tendue mais douce de fruit mûr, fond miel, florale, calcaire, longue persistance... La TRES grande classe. Excellent 94 et quel rapport qualité prix !!!!!!!! Il y a vraiment de magnifiques Chenins en 2005 (Huet, Chidaine, pour l'instant Foreau juste un peu derrière)
Voilà qui redonne le sourire, la joie de vivre et l'envie que cela continue !
Amicalement, Matthieu


jeudi 16 avril 2009

Un dîner aux accents sudistes : Hermitage Tourette Delas Chateauneuf Clos Mont Olivet

Bonjour à tous,

Un peu d'avance sur les vacances avec ce dîner aux accents sudistes, pour les vins, accompagnant une côte de veau braisée et ses petits légumes oubliés (fève, topinanbourg...).

Chateauneuf du Pape, Clos Mont Olivet 2001 : Un nez de prune, de figue aux notes épicées de muscade sur fond de cacao, un léger fûmé. La bouche est charnue, droite, sur le fruit rouge, cerise, des tanins ronds et fins. La finale est fraiche, marqué acidulé avec une belle dynamqiue un peu tranchante, joli persistance de fruit rouge, note de cacao, à l'aération des notes fûmées se font présentes. Très Bien 88

Hermitage, Delas Marquise de la Tourette 2000 : Un nez Delassien de cassis sur fond torréfié moka avec des notes de poivre et un petit fond de cuir. La bouche est corpulente, droite, longue, avec des tanins soyeux, c'est fluide, ça glisse tout seul sur le fruit mûr, le moka, le poivre. La finale est fraiche, droite, longue sur les arôme du nez et de la bouche, grande cohérence, bel équilibre, droit et long comme un Hermitage abouti ! Très Bien - Excellent 90-91


Beau vin, joli dîner, beaucoup de plaisir !

Amicalement, Matthieu

mercredi 15 avril 2009

Des vins du Languedoc pour finir l'hiver : Minervois La Nine Senat Pic Saint loup Mas Foulaquier Calades

Bonjour à tous,
Après avoir été impressionné par ces 2 vins du Languedoc lors d'une dégustation de vins privée, j'ai profité des derniers plats hivernaux pour confirmer, à table, mes impressions.

Le premier a été bu sur un Parmentier de Bourguignon, le deuxième sur un croustillant de mignon et son risotto safran provençal.
Pic Saint Loup, Mas Foulaquier Calades 2005 : un nez profond après aération de la petite réduction, fruit rouge mûr, des notes cacao, un coté frais. La bouche est large, dense, corpulente, harmonieuse, bien tenue, tanins amples soyeux enrobant une structure allongée sur le fruit rouge mûr, le cacao. La finale est droite bien enrobée et longue sur le fruit mûr, cacao, prune... Très joli vin. Très Bien 89

Minervois, JB Senat La Nine 2007 : Un nez de fraise, framboise, friand sur un fond léger chocolat. La bouche est corpulente joils tanins soyeux, fruit rouge mûr, légère amertume qui accompagne une finale fraiche de fruit mûr, simple mais joyeuse et dynamique ! Bien - Très Bien 85-86 et super rapport Q/P
Amicalement, Matthieu


mardi 14 avril 2009

Accès de pinot-phillie aigue : Chambolle Musigny Robert Arnoux 2002

Bonjour,
C'est comme ça, ça me prend et c 'est incontrolable et pourtant... Pourtant cette bouteille, je la gardais pour la partager avec quelques amis connaisseurs mais rien n'y a fait. En ouvrant la cave elle s'est juste imposée à mon envie !

Chambolle Musigny, Domaine Robert Arnoux, 2002 : un nez délicat de fruit rouge mûr sur fond fûmé/toasté, des notes fraiches légères de ronce, de fleur. La bouche est charnue mais dense avec une belle allonge, et une délicatesse toute cambuléenne, bien enrobée de tanins soyeux dégageant fruit rouge mûr et fûmé. La finale est fraiche, sur un acidulé discret, soyeuse, gracieuse, pinotante joyeusement sur le fruit rouge mûr, framboise, la ronce et une persistante interessante ou le fûmé se fait plus discret. Bravo pour ce village de haut niveau ! Très Bien - Excellent 90-92

Juste un bonheur ce Chambolle village, bien travaillé, bien fait, il a comblé mon maque de pinot !
Amicalement, Matthieu

lundi 13 avril 2009

Le classique, ça a du bon : Madiran Montus Saint Estephe Ormes de Pez

Bonjour à tous,




Le classique, ça a du bon... alors pour accompagner le traditionnel magret et ses pommes sarladaises, j'ai sorti ce Montus que je souhaitais gouter depuis longtemps :


Madiran, Chateau Montus Prestige 1995 : A l'ouverture un nez de cassis, de fûmé, frais, profond sur fond de cuir avec des notes animales. La bouche est dense, robuste, droite, longue, la rendant un peu austère bien qu'arrive en fin de bouche des tanins taffetas mais qui sèchent encore un poil sur fruit noir mûr et animale. La finale est fraiche, droite, sur le fruit mûr et une note animal mais qui va devenir envahissante typée andouille, viande fraiche, étable... Très Bien 89
Et bien sûr accord super !

Comme la bouteille s'est vidée assez vite, j'ai été cherché :


Saint Estephe, Chateau Les Ormes de Pez 1989 : Un nez de cassis mûr, aux notes de graphite, de mine de crayon sur un fond champignon, humus note de fûmé. La bouche est corpulente, large, avec des tanins soyeux sur le fruit noir mûr, le graphite, un côté frais de poivron grillé, un milieux de bouche souple, un peu fuyant et une finale marqué un peu par l'alcool, large, toujours ce côté légèrement fuyant sur le cassis mûr, le fruit compoté et des notes de champignons. Cela reste la plus belle des 3 bues à ce jour. Très Bien 88.

Accord correct mais le vin ma,que de caractère pour s'imposer à la viande !

Amicalement, Matthieu

dimanche 12 avril 2009

Pour faire plaisir : Vosne Romanée Les Chaumes Rion 1985

Bonjour,
Dégusté en excellente compagnie, cette deuxième bouteille de Vosne Romanée va bien mieux se comporté que la première, en se montrant plus harmonieuse !

Vosne Romanée 1erC Les Chaumes Rion 1985 : un nez évolué, un peu sucreux, d'orgeat, de cerise, cèpe, humus. La bouche est corpulente avec une attaque droite, c'est long, acidulé, avec des tanins soyeux sur fruit confit, quinquinat, fruit rouge acidulé. La finale est fraiche sur le fruit rouge acidulé, des notes de poivre, du champignon, de l'humus, la terre. A nouveau le vin se présente sur un profil boen mûr, acidulé mais cette fois l'ensemble est plus harmonieux, et procure moins d'écoeurement que la précédente bouteille ! Très Bien 87

Amicalement, Matthieu

samedi 11 avril 2009

Dégustation de Chateauneuf des potes : Beaucastel, Janasse, Vieux Telegraphe, Font Michelle

Bonjour à tous,

Il ya quelque semaines, nous nous sommes retrouvés entre potes à notre QG et chacun avait amené un Chateauneuf et un Chenin. Si nos mains furent heureuses sur les chateauneufs, on en dira pas tant pour les chenins :

Nez fûmé de coing mûr, bouche grosse matière ronde avec une finale tout en fluidité. Très Bien 86. Montlouis Bournais Chidaine 2004.

Nez d'encaustique, d'ananas de miel, la bouche est droite sur le citron avec des notes d'ananas, tendue, avec une matière en retrait qui rend la finale acide, évoluant sur vers l'amer sur le citron le miel. Bien + 85. Vouvray Huet Le Mont Sec 2001

Nez distingué à l'ouverture sur l'hydromel qui évoule vers un boisé de moins en moins gracieux, bouche ronde droite tendue sur le fruit mûr, finale avec du gras sur des notes mentholées caramel au lait. Bien + 85. Anjou Patrick Baudoin Effusion 2002

On n'est pas emballé par la série et Stephane Chevassus, patron du restaurant Vieux Chêne décide de réhabiliter le chenin et va chercher une quille qui se présente avec un nez de miel sur un fond légèrement vanillé mais pas outrancier, fruit jaune mûr, note exotique. La bouche est dense, ronde, bien droite et dynamique sur un beau fruit mûr aux notes vanillées, la finale est dynamique fraiche, droite, un poil vanillée. Très Bien 89. Montlouis Stéphane Cossais Volagré, 2004, je crois !

On attaque les Chateauneufs des potes :
Un nez typique de prune, d'épice type canelle, des notes d'agrume sur un fond fûmé. La bouche est large à l'attaque avec une jolie matière dans un structure charnue, plutôt souple, tanin soyeux, pruneux, note kirchée, fond chocolat. La finale est un poil chaude, sur une légère amertume, avec du fruit mûr, pruneaux sur fond fûmé et quelques notes de cuir. Très Bien 89, à l'aération apparaisse des notes caramel typé boisées un peu facile. Font Michelle Etienne Gonet 2001.

Un nez dominé par l'animal à l'ouverture puis arrive le fruit rouge, le jus de viande roti, ça gagne en profondeur avec des notes épicées toujours sur ce fond animal. La bouche est large à l'attaque et impressionne tout de suite, tant les arômes de fruit noirs mûrs mais pas de sensations sucrées, accompagnent de magnifiques tanins au toucher taffetas. Puis ça se développe dans une structure corpulente tenue par une belle allonge et une grande droiture avec un côté juteux mais aussi caressant. Superbe bouche qui finit fraiche, élégante, quoiqu'un poil chaude encore, dommage, et très belle persistance de fruit mûr, de prune, d'épice sur un fond commençant à laisser apparaître du cuir, du fûmé. Excellent 95. Le nez animal et la finale un poil chaude m'empêche de le passer dans l'exceptionnel. Beaucastel 2000.

Un nez kirchée dont les marques alcool vont disparaître à l'aération, avec de la prune, sur un fond fûmé. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux dès l'attaque et belle consistance, droit, frais, élégant sur le fruit mûr, la garrigue, l'oilve noir confite. La finale qui avait tendance à bruler un peu à l'ouverture sera plus enrobée et offrira une jolie persistance de prune, d'épice, de laurier. Très Bien-Excellent 90-92. Vieux Telegraphe 2001

Un nez complexe, gourmand, aguicheur, de fruit bien mûr, prune, framboise, groseille, note épicées variées et fond fûmé. La bouche attaque large avec cette fois des tanins veloutés, enrobant une structure robuste et dégageant fruit mûr, prune, des notes de cacao amer, d'épice, c'est complexe et explosif en bouche. La finale est large, ample avec toute la complexité aromatique de la bouche et uen très belle persistance, grand vin dans un registre plus opulent, plus "extrait" que le précédent. Excellent 94-96 surtout s'il gagne en finesse au vieillissement. Janasse Vielles Vignes 2001.

En tout cas, de bien belles bouteilles ! Merci les potes.

Amicalement Matthieu