Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 31 octobre 2009

Grange des peres Pichon Baron Vosne Romane Clavelier Vouvray Foreau 89 Saint Joseph Guigal

Bonjour à tous,

Pour le départ d'un des nôtres vers Colmar son terroir préféré, nous nous sommes retrouvé au vieux Chêne pour fêter dignement cet événement ! Un appel aux très bonnes bouteilles avaient été lancés dans l'esprit, celles que vous vouliez que l'on goûtte tous ensemble. Et c'est ainsi que les bouteilles furent servis, les blancs secs d'abord :

Vin N°1 : Après une pointe de réduction initiale, le nez s'ouvre sur la poire, le tilleul, des notes de bourgeon de cassis sur un fond mentholé qui prend des allures fûmé vanillé avec l'aération. La bouche est grasse ronde mais de belle structure sur un profil amer au gout légérement boisé vanillé. La finale est fraiche une acidité bien enrobée par le gras sur le fruit blanc, la vanille et un côté fûmé. Le vin est très bien fait mais ce n'est pas mon style de blanc, pour moi, il s'agit d'un sauvignon Bordelais que je situais en 99 ou 01. C'est Pessac Leognan Fieuzal 98, joli vin bien fait, Très Bien 86.

Vin N°2
: Un premier nez distingué aux accents de fleur rose qui me fait prononcer Riesling puis l'aromatique se développe sur le fruit exotique, le citron vert, un cpoté menthol. La bouche est aérienne, seche, légère mais de belle densité, grand droiture longue, matière ronde, finale puissante sur la fleur, le fruit exootique et des notes mentholées. L'aromatique faisant assez Gewurz mais le vin est très sec et aérien. Ja cale sur le cépage. Je place le style sur un terroir calcaire en tout cas pas granit. Très beau vin tout en finesse et délicatesse. Fibalement il s'agit d'un rieling sur Grès dont Nicolas nous dit qu'il en est archétype : Riesling Munchberg Domaine Ostertag 2007 Excellent 90-92

Vin N°3 : Un nez un peu oxydatif au départ sur la pêche de vigne à l'alcool, une pointe de miel, des notes anisées mentholées. La bouche est large, matière ronde, assez grasse tout en gardant un stucture droite sur les notes anis, menthol. La finale est large mais garde suffisement de droiture pour proposer une joli persistance. A nouveau pas mon style de Blanc, nous situons ce vin à Chateauneuf. C'est effectivement un C9P Domaine de la Janasse 2007. Très Bien 87

Nous passons au rouge :

Vin N°4 : Un nez magnifique, ou jaillit du verre la fraise des bois, la framboise, beaucoup de profondeur avec un fond salin (anchois) et des notes végétales herbe de provence classe, de la gourmandise avec des notes de chamalow brulés d'épices, un léger fûmé. La bouche attaque franche, direct sur le fruit rouge mûr puis ça s'allonge, c'est tendue, dense avec des tanins soyeux ciselés d'une grande finesse mais encore un peu comprimés, on retrouve le côté salin et fûmé et la gourmandise des fruits rouge mûr, groseille, framboise, marat des bois… la finale est fraiche sur un profil léger amer, tout en dynamisme et persistance sur les arômes du nez. Absolument superbe. La table évoque une syrah, ce n'est pas faut, mais il faut y ajouter du mourvedre et du cabernet sauvignon pour faire une Grange des Pères 2005. Je comprends mieux l'engouement pour ce domaine. Excellent-Exceptionnel 94-96

Vin N°5 : Un nez de cassis sur fond boisé toasté/fûmé et de belles notes de violette. La bouche est charpentée sur une structure longue et droite avec de l'allonge, très beau tanin soyeux amples enrobant parfaitement la structure, le tout sur le fruit noir mûr, un boisé toasté avec une pointe vanillée. Des notes de cacao et de violette. La finale est fraiche puissante sur le cassis, le cacao, et ce boisé torréfié. Au début, le bois ém'a fait pensé à Delas et honte à moi, je n'ai pas vu la Guigal Touch dans ce vin à la structure très Hermitage mais qui finalement n'est autre la très belle cuvée Saint Joseph, le lieu dit, Guigal 2006. Très Bien- excellent 89-91

Vin N°6 : Un nez de griotte, de cerise burlat avec quelques accents kirchées, une belle pointe de ronce, de sous-bois, beau nez de pinot mûr. La bouche charnue présente une belle structure droite, belle allonge mais surtout suoerbe tanin velouté ample qui caresse le palais et enrobe parfaitement la fraicheur de la finale. Celle-ci, assez puissante, se présente en panier de fruit noir et rouge mûr, c'est très éléguant, et ça persiste sur la ronce, un léger fûmé, un oeu de réglisse. Très beau vin. Parti en côte de nuit, la puissance de la finale m'a d'abord envoyé à Gevrey, mais le velouté de tanin m'a fait longtemps le situer à Vosne. Le millésime, tout le monde s'est accordé sur 2002. Au final, entre la puissance et le tanin velouté, je ne savais plus et j'ai même évoqué un Pommard ! Finalement c'est un Vosne Romanée 1erC Les Brulées Bruno Clavelier 2002. Excellent vin 92-94

Vin N°7 : Un nez très animal qui va s'ouvrir sur le cassis, le cèpe, le beau champignon, le cuir. La bouche est corpulente, large mais garde une bonne structiure sur le cassis, la suie, le cèpe avec des tanin soyeux un peu sec. La finale est fraiche longue sur les arôimes du nez. Pn place tous ce vin à Saint-Emilion, millésime 90. Nicolas, égal à lui même sort : ce côté rustique, un bon domaine classique sur la côte de Pavie. Il annonce Tertre Daugay ou Larcis Ducasse. Moi qui connaît bien Larcis Ducasse, je ne le reconnais pas… Et pourtant, sacré Nicolas : c'est bien un Saint Emilion Château Larcis Ducasse 90, tu vas nous manquer camarade ! Très Bien + 90

Vin N°8 : Un nez discret de réglisse avec des notes florales. La bouche est charnue large ronde sur le fruit mûr et la fleur avec des tanins encore astringents. La finale est large sur le fruit. Je cale un peu et m'oriente sur un vin du Languedoc. C'est une spéciale de Mathieu que ce Domaine des Tours, merlot 1998 ! Bien+ 85

Vin N°9 : Un nez classe de cassis mûr, sur un fond fûmé toasté grillé, des notes de fleur pivoine discrète, très élégant. La bouche fait jeune, charpentée, droite à l'attaque, elle se dilue un peu dans la finale. On y trouve le cassis, le cèdre, un fond fûmé. La finale large retrouve quand même suffisement de droiture pour proposer une très belle persistante de grand éléguance fruit, cassis, cèdre. La rive Gauche ne fait pas de doute, on hésite entre 89, 88 ou 90 pour le millésime. Une structure de 88 mais le côté un peu lache de la finale fait 89. L'élégance m'envoie à Saint-Julien car le vin n'est pas bati sur la puissance et finalement, c'est Pauillac, Pichon Baron 88. Très Bien 90
Les vins blancs moelleux :

Vin N°10 : Un nez de coing, d'hydromel, de miel et de fûmé. La bouche est délicate mais fournie, assez savoureuse sur la pomme cuite, des notes florales, miel. La finale est large mais tombe vite. Joli vin Coteau Layon Angeli 95. Très Bien+ 90

Vin N°11 : Un nez superbe, classe, de coing, de pomme sur fond de pain d'épice, de miel, mandarine confite, note fûmé-roti. La bouche est onctueuse, large, velouté sur le fruit jaune mûr, le miel, la mandarine et le fruit roti, c'est léger, long, tonique, le sucre est fondue pas perceptible et on est subjugué par cet équilibre magistral jusque dans la finale un peu acidulé et d'une persistance incroyable. Gourmand et léger comme une mousse, dense et aérien, un paradoxe fait vin ! Vouvray Foreau Moelleux Réserve 89. Exceptionnel 96 !

Nico, tout nos voeux d'éclate et de grand dégust à Colmar... Et avoue le, t'es pas mécontent de passer du Chenin au Riesling !

Amicalement, Matthieu

dimanche 25 octobre 2009

Peu d'étiquettes mais du plaisir : Chorey Beaune Guyon Saint Emilion Cadet Bragard

Bonjour à tous,
Dégusté ces derniers temps au gré de quelques dîners, des bouteilles de tous les jours qui se sont révélés intéressantes, voir d'un très bon rapport qualité-prix pour certaines :

Riesling Domaine de l'Oriel 2005 : Cette 6eme bouteille reste toujours un grand plaisir à petit prix (7 €) avec son nez séduisant d'orange amer, de foin, de pamplemousse, un coté leger menthol. La bouche attaque droite avec un beau développement droit et incisif sans acidité, sur le pamplemousse, l'orange mûre, des notes de silex très minérale. La finale est ample sur l'amer, fraiche, longue et droite sur le pamplemousse, le foin et l'incontrounable minéralité de silex. Beaucoup de plaisir. Très Bien 87

Bourgogne, Chardonnay Morey Coffinet 2007 : Un nez de coing, de fruit jaune mûr sur un fond grillé avec un léger réduit et des notes crayeuses, puis mentholées. La bouche est droite sur le fruit jaune mûr, des notes de craie, une matière ronde et douce qui enrobe une structure longue et acidulée qui finit dans une finale fraiche presque vive mais longue sur les arômes du nez. Très Bien 86

Chorey-les-Beaune, 1erC Les bon Ores Domaine Guyon 2006 : Un nez qui pinote, frais, fruit rouge et noir mûr, sous bois et fond fûmé. La bouche attaque large avec une belle présence sur le fruit mûr, la ronce et une finale droite savoureuse légèrement fûmé. Bien + 85

Saint-Julien CB, Chateau la Bridane 96 : Un nez de cassis sur fond de champignon des notes poivrées épicées, salpetre et léger fûmé. La bouche attaque en dedans, structure charnue avec des tanins ronds un peu étriqués du fait d'une fraicheur qui ressere le vin dans une finale fraiche encore astringente, sur le fruit, le champignon. Simple mais de bon goût ! Bien 84

Saint Emilion GC, Chateau Cadet Bragard 2002 : Un nez discret dominé par un boisé toasté classique, et pas trop nouveau monde sur fond de cassis. La bouche est corpulente, large, tanin rond un peu rigide, puis arrive sur une finale large mais un peu courte du fruit noir et du boisé toasté, bien fait. Bien+ 85

Amicalement, Matthieu

samedi 17 octobre 2009

Une confirmation des Rhone sud 2007 : Cote du Rhone Janasse Garrigue 2007

Bonjour à tous,

Confirmation de la belle réussite de la Janasse sur ce millésime 2007 avec :

Côte du Rhone, Domaine Janasse les Garrigues 2007 : Un nez séduisant de fruit noir mûr sur un fond de violette, des notes réglissées épicées, figue avec un coté frais. La bouche est charpentée, large, beau développement avec des tanins soyeux de belles amplitudes sur du fruit noir mûr, violette, compote de figue, prune. La finale est fraiche, bien mûre, dans un style compotée mais moins déliée et complexe que le C9P, pas trop marqué alcool, bonne longueur sur la figue, la prune et le fruit noir. Très bien 88.

Amicalement, Matthieu

samedi 3 octobre 2009

Un dîner sudiste : suprême de volaille à l'olives noires, purée d'aubergine et Chateauneuf Janasse

Bonjour à tous,
Pour la venue de camarades gastronomse, j'ai préparé un suprême de volaille aux olives noires, purée d'aubergine et risotto aux olives noires. Un plat tendance sud que j'ai accompagné d'un Chateauneuf du pape 2007. Premier 2007 rhone, encensé par RP, que j'ai plutôt boudé de peur d'un côté sucrailleux et marqué d'alcool.

Le principe est de rouler l'escalope de poulet sur une purée olive noire, aubergine, pain d'épice, ail fondue, puis de les cuire emballés dans un film alimentaire à la vapeur. La purée d'aubergine s'appuie sur une réduction de tomate ail. Le risotto est "mattarle" au mascarpone et les olives noires ajoutées en fin de cuisson. L'accord avec le Chateauneuf fût parfait !

Chateauneuf du Pape, Domaine de la Janasse 2007 : Un nez séduisant de prune, de confiture de figue, sur un fond réglissé, note de chocolat et olive noire confite. La bouche est large, gourmande, corpulente, avec des tanins soyeux glycérinés dégageant du fruit compoté figue, prune, et des épices, canelle, réglisse. La finale est puissante, large, un peu sucré et un poil amer avec une petie sensation de chaleur quand même et relativement persistante sur les aromes du nez. Mais on est loin de la caricature du vin trop mûr, sucré, alcooleux kirché. Je suis plutôt séduit et regrette d'avoir limité mes achats sur 2007, en tout cas sur ce domaine... Très Bien + 89-91.
Je vais goûter les autres rhone 2007 pour confirmer cette bonne impression !

vendredi 2 octobre 2009

Quelques Bourgogne : Vougeot Clerget Macon Pierreclos Guffens Chateau Rully

Bonjour,

Très occupé, je n'ai même pas eu le temp de raconter les plaisirs que m'ont procurées ces belles bouteilles de Bourgogne même si elles ont du souffre, des traces de pesticide, fermentées avec des levures exogènes... France 2 doit être déçu... D'abord quelques blancs :


Macon-Pierreclos, Tri des Hauts de Chavigne, Guffens Heynen 2007 : Un nez de fruit jaune, de coing sur un fond grillé, des notes épicées type safran et du menthol. La bouche attaque large puis belle droiture, fraiche, matière suave, fruit jaune, des notes crayeuses, sur un fond grillé. La finale est large mais tendue sur le fruit jaune mûr, le toasté, et un délicieux menthol. Très Bien + 90

Puis les rouges avec :


Vougeot, les petits Vougeot 1erC Christian Clerget 2004 : Nez profond de cassis avec des notes chocolatées, des épices et un léger boisé toasté pointe vanillée, des notes de gentiane. La bouche est corpulente avec une attaque franche qui se développe ample, large, avec des tanins soyeux, un côté salin, de la ronce et le côté végétal/gentiane. C'est salivant, sur le fruit noir, chocolat, épice, toasté/vanillé. La finale est fraiche, un poil amer, sur le cassis toujours ce coté salé en opposition au note toasté vanillé, épice sur un fond gentiane. Sur cette bouteille, le côté salé m'a un peu gêné ! Bien-Très Bien 86.

Puis quelques autres bouteilles a venir.