Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

vendredi 30 juillet 2010

Vendredi du vin, oenotourisme : Vosne Romanée Rion 2007

Bonjour à tous,

Aujourd'hui c'est vendredi du vin sur le thème oenotourisme lancé par Patrick de Monomaniaquement Alsace, ce qui, une fois le titre annoncé, explique l'envie de découverte... Quoique Patrick soit loin d'être si sectaire au vu de ces dégustations...

Alors Oeno Tourisme, s'il y a bien un terme qui me parle c'est oeno, parce que pour la partie Tourisme, je me sens beaucoup moins concerné. D'abord parce qu'on ne peut pas découvrir un vignoble ou plutôt un terroir en touriste. Ne dit-on pas dans le langage courant qu'il est venu en touriste, c'est à dire sans aucune implication... Peut-on découvrir un terroir, donc une typologie, une géographie, un mode cultural, et surtout des hommes en touriste ? Le terroir n 'est pas un spectacle que l'on regarde du haut de la butte ou depuis la terrasse d'un café en sirotant un coca...

Et pourtant, ma dernière expérience oeno-tourisme est passé par la case terrasse à Meursault et couchage chez l'habitant, chez le local, l'autotochtone quoi ! Le contetxe : coup de fil de la mère du meilleur ami de mon fils : "nous souhaiterions inviter votre fils dans notre maison pendant les vacance de juillet", Très bien, et ou se situe votre maison : "à Saint Romain, à côté de Beaune" !!!!!! Bien sûr, pas de problème, quelle bonne idée et je vous le déposerai moi-même. Quelques coups de fil plus tard, voilà comment ma première excursion de juillet fût une oeno-escale du côté de Meursault. La gentillesse des Buisson Essa me permettant même de profiter des chambres de vendangeur ! Avec effectivement, diner en terrasse pour discuter de la vie, du terroir, des hommes autour de quelques bouteilles apportées pour l'occasion. Et le lendemain descente en cave du côté de Gevrey chez Louis Boillot (dégustation commenté ici) et passage à Vosne Romanée chez Daniel Rion, cela faisait bien 2 ans que je ne les avais visité.
Bien sûr, je suis parti avec quelques bouteilles, comme on emporte des souvenirs, et le vin, ce sera celui là :

Vosne Romanée Domaine Daniel Rion 2007 : Une belle couleur rubis clair, un nez séduisant, gourmand même, de fruit mûr, griotte, mûre, framboise sur un fond délicat de ronce, de sous-bois, de pivoine et des petites notes fûmées. La bouche est charnue mais très sapide et avec beaucoup de présence dès l'attaque, des tanins larges soyeux dans une structure droite, avec du fruit mûr, de la ronce, des notes épices réglisse/zan. La finale est tonique, sur le fruit bien mûr, un fond de ronce, et de belles notes épicées. Pas la persistance d'un grand cru bien sûr, mais pour 20 €, que voilà une jolie bouteille surtout dans son milieu de bouche très "vosnien" et très classique. Très Bien 88-90.


Alors, finalement, mon petit périple bourguignon, c'est de l'oenotourisme peut-être !

Amicalement, Matthieu

jeudi 29 juillet 2010

Carnet de vacance 3 : Bourgogne Morgon Lapierre Py Lumieres Mondeuse Magnien

La suite des dégustations par son côté Barbek Salade :

Bourgogne, Domaine Guyon 2008 : Un nez élégant de groseille sur fond fûmé avec des notes de ronce, bouche charnue tendue mais bien enrobée de tanin rond, sur la groseille et le fûmé. La finale est fraiche et salivante, un poil amer et finit sur la groseille, le fûmé, la ronce. Un Top générique qui donne beaucoup de plaisir et qui se gardera, en plus... Très Bien 86-88


Morgon, Cote du Py, Chateau des Lumières Jadot 2005 : Un nez séduisant de fruit rouge mûr, fraise marat, fond délicatement fûmé, pointe épice réglisse, note sous-bois. La bouche est corpulente, large, ample, avec des tanins soyeux mais finissant un poil sec et astringent encore sur cette bouteille, fruit rouge, réglisse, sous-bois. La finale est fraiche, large, ample, encore marquée de sa jeunesse ce qui n'était pas le cas sur la bouteille précédente, belle persistance très classe de fruit rouge mûr, fûmé. Très Bien 88

Morgon, Marcel Lapierre 2009 avec soufre : Un nez ouvert fruit rouge, fond bonbon typé gamay, note de banane quand même, quelques épices. La bouche est corpulente avec des tanins ronds, fins, sur le fruit rouge mûr, réglisse, banane, bonbon anglais. La finale est large, fraiche, longue fruit rouge croquant. Bien + 85-87

Arbin Mondeuse, Domaine Louis Magnien VV 2007 : Un nez discret très marqué de noyau avec quelques note poivrée, bouche charnue large tanin rond, finale souple mais dense sur le noyeu, le poivre. Vin très fermé actuellement. Bien 84-86.

Pour la suite, on va repasser au grand cru !

mercredi 28 juillet 2010

Carnet de vacance 2 : Cote Rorie Terre Sombre Cuilleron Chateauneuf Usseglio

La suite des dégustations Franco-Allemandes :

Cote Rotie Terre sombre Cuilleron 2007 : Un nez classique, fin, de cassis, de poivre, des notes de violette, un fond réglisse épice, bouche corpulente large attaque sapide tanin soyeux cassis poivre violette, finale large ample gourmande mûr avec une très belle persistance casis poivre très léger fûmé, épice. Excellent 91-93


Chateauneuf du pape, Pierre Usseglio 2006 : Nez gourmand de prune, de réglisse, d'épice, sur un fond fruit noir mûr, bouche corpulente sapide large gourmande mûre prune réglisse fruit noir, finale large mûr avec une pointe alcool légère. Très Bien + 89-91

Amicalement, Matthieu

mardi 27 juillet 2010

Carnet de vacance 1 : Cambon Pelouse Janasse Bussieres Jadot jacques Rochegres

Bonjour à tous,

La première quinziane des vacances a été consacré à un échange franco-allemenad. La visite d'un ami outre-quievrain sur son lieu de vacance puis la réciproque sur Paris à la maison a été propice à la découverte et l'occasion d'ouvrir de nombreuses bouteilles sur de simples grillades comme sur des diners plus travaillés.

Moulin a vent, Chateau des Jacques, Clos des Rochegres 2007 : Un nez gourmand de fruit noir sur un fond fûmé, la bouche est large, petit creux à l'attaque puis tanins soyeux, fruit mûr, finale équilibrée fruit mûr et fûmé. Bien-Très Bien 85-87

Cote du Rhone, Domaine de la Janasse Terre de Buissières 2007 : Un nez orange sanguine , fond de prune, note fûmé et pointe caramel, bouche profil amer corpulente large, ample, prune, orange, anis, finale large puissante note alcool profil amer long prune agrume fûmé (pas trop mur et pas confit, seul les notes alcool trahissent le millésime mûr). Très Bien 86


Haut Medoc, Chateau Cambon la Pelouse 2000 : Un nez superbe de cassis mûr, de fraise mûr, pointe poivron grillé, note de champignon-sous-bois sur fond fûme. La bouche est corpulente, droite, tanin soyeux, fruit mûr, un côté acidulé, fûmé. La finale est large, ample, mûr, cassis mûr, poivron grillé, fond léger toast, champignon. Super top pour 10 €. Très Bien + 90

Amicalement, Matthieu

lundi 26 juillet 2010

Superbe Lagune 90 !

Bonjour,
Pour faire découvrir les vins que j'aime à un ami allemand de passage, j'ai ouvert entre autre :

Haut Medoc, Chateau la Lagune 1990 : Un nez complexe, élégant de fruit noir mûr, de cuir, de champignon, fond léger fûmé avec des notes bois précieux cédre.... La bouche est charpentée, droite, avec de l'allonge, enrobée de tanins soyeux, amples sur fruit noir mûr, le cuir, le champignon. La finale est très classe, très délicate, fraiche, dynamique, avec une belle persistance de cuir, de fruit mûr, de cèpe sur un fond très léger fûmé. Excellent + 95
Superbe, et une très belle soirée de partage !
Amicalement, Matthieu

mardi 20 juillet 2010

Au fil des jours : Vosne Duband Brumont Bouscasse Provence Minuty

Bonjour,
Au fil des jours :

Madiran Chateau Bouscasse VV 2007 : Un nez de fruit noir sur fond moka vanille note de grillé. La bouche est robuste, pleine, sur le fruit noir mûr, et un fûmé vanille en ligne de fond, quelques notes fraiches dynamisent l'ensemble. La finale est puissante, longue, très mûr et assez marqué par l'élevage. Très Bien 86 mais je trouve ce 2007 beaucoup moins élégant que le 2005 qui reste pour moi le millésime de référence sur cette cuvée ces dernières années.


Vosne Romanee David Duband 2007 : Un nez discret pinotant de fruit mûr sur fond de ronce, sous-bois, note léger fûmé, et pointe épice. La bouche est charnue, un peu fluide, avec des tanins assez laches mais l'ensemble est sapide sur le fruit rouge, groseille, ronce. La finale évolue sur un profil souple, assez léger sur les arômes du nez. Bien+ 85 mais un manque de matière et de densité à mon goût.

Cote de Provence, Chateu Minuty Cuvée M 2003 : Un nez séduisant de fruit noir mûr, sur un fond boisé torréfié, un cote lacté. La bouche est corpulente, large, tanin soyeux qui ont perdus leur côté accrochuer et commencent à se fondre, belle intensité sur le fruit noir mur, la fraise chupa chups. La finale est large, souple, mais intense sur le fruit mûr, toujours ce lacté, boisé, fumé, grillé très "international". Un vin bien fait dans son style et qui commence à se réveiller. Très Bien 86.

Amicalement, Matthieu

vendredi 16 juillet 2010

Des blancs bien frais : Pouilly Fuisse Verget, Macon Pierreclos Guffens, Gewurztraminer Mann

Bonjour à tous,
Les fortes chaleurs récentes m'ont poussé à ouvrir quelques blanc frais pour mon plus grand bonheur !

Gewurztraminer, Domaine Albert Mann GC Steingubler 2004 : Un nez de grande classe, opulant, sur le litchi, la mirabelle, des pointes de pamplemousse et un fond naphté, des notes de miel, d'encaustique, de cire d'abeille. La bouche est ample, puissante, avec une matière grasse sur une dynamique acide tonifiante, sur la mirabelle, le fûmé, l'encaustique, le pamplemouse. La finale est ample large, puissante, mûre, sur une ligne amer, mirabelle, fruit exotique, miel, fond naphté fûmé. superbe gewurz, Excellent 92-94.


Macon Pierreclos, Guffens le Chavigne 2008 : Un nez discret d'amende, de frangipane, de fruit blanc sur un fond fumé et notes mentholées. La bouche est ronde, mûre, matière ample, sur la poire, un fond fûmé et des notes de réduc grillée. La finale est ronde sur l'amende grillée avec des notes mentholées. Très Bien 86-88 manque un poil de gnaque à mon gout !

Pouilly-Fuisse Verget Terroirde Vergisson Laroche 2008 : Un nez fûmé, grillé sur la poire, la mirabelle avec note de miel, menthol. La bouche est droite, tendue matière ronde enveloppante. La finale est fraiche marqué par le grillée sur le fruit blanc. Encore un peu fermé et marqué de son élevage. Très Bien 86-88
 
Amicalement, Matthieu

mardi 13 juillet 2010

Enfin de bons papes : Chateauneuf Guigal et Janasse Chaupin

Bonjour à tous,
Sur un chouette diner :

Chateauneuf du Pape, Guigal 1995 : Un nez évolué de prune, de pain d'épice sur fond de cuir, avec une pointe de feuille morte, des notes fûmées, et d'orange sanguine. La bouche est corpulente, fondue avec des tanins soyeux larges et intenses sur la prune, note de poivre, fond fûmé cacao. La finale est suave, fraiche, longue sur le fruit mûr, prune, cuir, tabac blond, garrigue, olive noire à la grec ! Excellent 92

Chateauneuf du Pape, Domaine Janasse, Chaupin 1999 : Un nez fruit cerise, légerement kirché, sur un fond de prune, noyau, des petites d'évolution ancore discrète de cuir. La bouche corpulente attaque puissante, sur la prune, le noyau, la cerise kirchée puis ça devient assez sensuelle avec des tanins soyeux larges amples mais encore un peu accrocheur en fin de bouche et pas totalement fondu quand les épices, une pointe de cuir et le fruit confit arrive. La finale gagne en fraicheur sur une ligne fruit mûr, prune, léger rôti. Très Bien - Excellent 90-92


Ces vins ainsi qu'Usseglio pere 2006 m'ont rabiboché avec les Papes, et c'était pas joué !

Amicalement, Matthieu

lundi 12 juillet 2010

Diner de Dcien en goguette à Paris : Gourt Mautens Calon Segur Riesling Boxler Pouilly Verget

Bonjour à tous,

La montée estivale de David (Pignolo) et le passage éclair de Nicolas nous ont permis de monter au débotté un super petit diner. Chance, la chaleur est tout à fait acceptable au vieux chêne et nous attaquons dans la joie et l'allegresse quelques belles bouteilles :

Vin 1 : Un nez de pomme, pointe agrume, fond de sauvignon bordelais et un léger boisé vanille bien intégré. La bouche est ronde équilibrée, une légère souplesse en finale mais une aromatique riche et agréable. joli vin. Très Bien 87. Bordeaux Clos Floridene 2003.

Vin 2 : Un nez de chardonnay, discret à l'ouverture puis monte la noisette, le miel, une pointe beurrée, de la frangipane. La bouche est délicate, mûre, ronde, poire, noisette, pêche, belle allonge, finale fraiche, citronnée, ample et sur une ligne saline désaltérante, très beau, très agréable. Très Bien + 89-91. Pouilly fûmé Verget 2005.

Vin 3 : Un nez de citron confit puis la fleur de vigne, agrume mûr, l'orange et une pointe naphtée, beau nez de Riesling tendu. La bouche est à l'unisson, grosse attaque fraiche tendue, un poil perlant, puis belle matière dense aérienne qui enrobe une structure vive, beaucoup d'allonge, droite, tendue, une pointe de maturité rend l'ensemble doux, complexe. La finale est traçante, longue, tendue comme un arc et persiste incroyablement sur le citron confit, la fleur de vigne, une trace amer. Whaouh, grand vin. Excellent 92-94. Riesling Boxler Sommerberg cuvée D (dudenstein) 2008.

Vin 4 : Un premier nez hyper séduisant de fraise écrasée, de prune, sur un fond d'épice orientale, cardamone, puis ça tombe dans le confit, le pruneaux, le pneu brulée. la bouche est ultra-mûr, confite, pruneaux, matière soyeuse mais les tanins finissent sec, la finale est ronde mais abrupte et courte sur des notes confites sucrées. Le premier nez m'a séduit et montre le potentiel mais le reste tombe dans une forme de sur-maturité très nouveau monde (plusieurs fois cité comme origine du vin). D'après Patrick les millésimes récents sont plus équilibrées. Rasteau Gourt de Mautens 2003.

Vin 5 : Un nez de cabernet bordelais marqué poivron limite mûr sur un fond graphite. La bouche charpentée est marquée de ce poivron avec des tanins encore astringents, dans une structure droite encore rigide. La finale est fraiche, limite acide car la matière reste encore en retrait. Une ligne amer relance les arômes classiques du grand Bordeaux. J'opte pour un beau Pauillac d'un millésime moyen, genre 95, et encore fermé.Très Bien 88. Et non, C'est Calon Segur 88. Je suis plutôt déçu car j'avais lu de belles critiques sur cette bouteille. Celle-ci n'est pas du tout prête à boire et surtout je trouve la maturité limite.

Vin 6 : Un nez mûr de cassis, de bacon, de cuir, de poivre, quelques secondces et j'ai reconnu une Brune et Blonde (faut dire j'ai bu une 91 l'apm). La bouche est superbe, corpulente, ample, tanin soyeux, ça remplit la bouche de cassis, de cuir, d'épice, une finale acidulée longue qui finit sur le poivre et le cuir. Excellent 94. Maintenant, reste le millésime. C'est au choix 88, 90 ou 91. J'ai bu la 91 l'apm et sa finale est assez souple. La 88 est tout en équilibre, là le côté mûr et acidulé me fait dire 90. Perdu c'est 88, Cote Roti B&B Guigal. Mais décidément quelle belle bouteille !

Super dîner, deux très beaux vins, et toujours autant de discussion passionné.
Amicalement, Matthieu

dimanche 11 juillet 2010

Faire découvrir les vieux millésimes : Chambolle Echezeaux Margaux Durfort Vivens Cote Rotie Brune Blonde

Bonjour à tous,
A l'occasion d'une journée au vert, j'ai organisé une dégustation afin de faire découvrir à mes "collègues", ma passion pour le vin et les accords culinaires. Pour l'occasion, j'ai choisi des vins agés, ceux qu'on n'a pas souvent l'occasion de "taster".

Mon choix s'est porté sur 3 régions différentes et 3 décénnies différentes, Rhone 90, Bourgogne 80 et Bordeaux 70. J'ai opté pour une dégustation en remontant le temps.
D'abord, les vins furent taster en dégustation pure puis sur le plat : fliet de boeuf sauce poivre que j'ai demandé lègère et surtout servi à part.
Enfin, au dernier moment, j'ai prévu un classique Bordelais jeune avec Chasse Splean 2004 qui a été dégusté en dernier.

Les vins :
Cote-Rotie Guigal Brune et Blonde 1991 : Un nez de cuir, de cassis, de bacon grillé. La bouche est dense, ample, avec des tanins soyeux, structure corpulente, belle intensité et finale un poil souple, mais longue sur les arômes du nez. excellent 92 et plebiscite général !

Chambolle-Musigny, Domaine Rion pere & fils Les Echezeaux 1985 : Un nez de feuille morte à l'ouverture qui va en dérouter plus d'un, puis framboise, groseille, fond sous bois. La bouche mince et acidulé à l'attaque va prendre de l'ampleur pour devenir charnue, dense, ample avec des tanins soyeux sur le fruit rouge mûr, le champignon, les feuilles mortes. La finale toujours sur une ligne acidulée mais bien enrobée finit complexe sur le fruit rouge, feuille morte, le sous-bois, les champignons, le cuir. Excellent 91 et va surtout se révéler sur le plat, en proposant un très bel accord.

Margaux, Chateau Durfort Vivens 1978 : Un nez de champignon puis de fruit rouge et noir, des notes de graphite et un délicat fond fûmé. La bouche est fondue charnue, avec des tanins soyeux, belle allonge, sur le fruit mûr, le cèpe, le sous-bois, et les notes de graphite, beaucoup d'élégance. La finale est pleine, ronde, longue et persiste superbement sur le cèpe, le sous-bois, le graphite. Excellent 91

Moulis Chateau Chasse Splean 2004 : Un nez marqué de cassis mûr sur un fond boisé vanillé bien intégré, bouche corpulente, petit creux à l'attaque puis déploie de beaux tanins soyeux sur le fruit mûr, pointe vanille, taosté, finale fraiche longue sur le nez. Très Bien 87-89

Dans un style classique plus habituel, les plus jeunes ont préféré ce Chasse Splean bien fait, à l'émotion du temp qui bonifie et amène la complexité. Dans l'ensemble la Cote Rotie a soulevé l'enthousiasme.

Amicalement, Matthieu

mercredi 7 juillet 2010

Forte chaleur et Bourgogne 99 : Nuits Saint Georges, Volnay,Meursault

Ne font pas spécialement bon ménage ! Bonjour à tous,

En effet, la semaine dernière, nous avons organisé un dîner autour des Bourgognes 99. La journée avait été chaude 30° et le soir, nous avons passé notre temps à trimballer les bouteilles depuis les frigos et autre seau de glace à la table. Une fois servie trop chaud, puis trop froid, bref les vins, tous bons dans l'ensemble, n'ont jamais trouvé leur expression optimum !

Vin 1 : Nez séduisant poire noisette pointe grillé, frangipane et note menthol, bouche est dense avec un joli gras mais une note légère liégeuse vient gacher le plaisir de cette bouche bien construite et d'une finale équilibrée. Meursault Les Tillets Verget 1999

Vin 2 : Un nez oxydatif, curry, olive... Dommage car ce Choisilles 2002 Montlouis de Chidaine nous avait régalé lors d'une précédente dégustation

Vin 3 : Un nez mûr fruit rouge, capiteux, touche fleurie, quelques notes kirchées, c'est assez élégant. Bouche souple, tanin soyeux superbes qui m'enverront à Vosne, finale acidulée dans un profil souple et large. Très Bien 89 Nuits Saint Georges 1erC Les Vaucrains Dupasquier

Vin 4 : Un nez avec une pointe réduc initial puis explosion de fruit mûr, cassis, sur un fond moka et des notes de cuir. Bouche large tanin soyeux, ample et plain, finale puissante mûr et belle persistance, parti sur Volnay, je reviens vers Pommard à cause de la puissance. Très bien 89-91. Volnay cuvée Camille Rossignol Changarnier.

Vin 5 : Un nez capiteux, très mûr sur le pruneaux, des notes kirchées. Bouche charpentée tanin rond pas encore fondue et un peu nrustique sur une dominante kirchée, finale acidulée et surtout abrupte. Bien-Très Bien 85-87. Pernand Vergelesses 1erC Ile des Vergelesses Chandon de Brailles. Le vin va ganer en harmonie en se réchauffant car servi glacé

Vin 6 : Un nez kirché, lacté puis fruit mûr, champignon avec une pointe caramel. Bouche corpulente bien construite ample tanin soyeux, belle allonge, finale fraiche un poil acidulé, fruit mûr, note florale, épice réglisse. Très Bien 88-90. Nuits Saint georges 1erC Les Murgers Armelle et Bernard Rion

Une drôle de soirée pour le vin !
Amicalement, Matthieu

dimanche 4 juillet 2010

Pour oublier les primeurs 2009 Bordelais : Macon Pierreclos Chavigne Riesling Oriel

Bonjour à tous,

Remis des émotions footeuses, c'est des attaques cardiaques Bordelaises Primeurs 2009, dont il fallait se méfier cette semaine... Je les ai soigné au blanc en commençant par me rassurer en buvant un vin superbe sans être obligé de mettre plus de 30 €...

Riesling Domaine de l'Oriel 2007 (7€) : Un nez mûr de poire, de pamplemousse, note chevrefeuille, fond léger mentholé. La bouche est intense avec une belle matière ronde qui s'étire dans une structure droite, sur le pamplemousse mûre, une petite amertume douce, du citron, de la fleur. La finale est ronde, équilibrée sur un profil sec, longue, sur l'agrume mûr, le silex, la fleur. Très Bien 88

Macon-Pierreclos Chavigne Guffens 2008 : Un nez discret d'amende, de frangipane, de fruit blanc sur un fond fumé et notes mentholées. La bouche est ronde, mûre, matière ample, sur la poire, un fond fûmé et des notes de réduc grillée. La finale est ronde sur l'amende grillée avec des notes mentholées. Très Bien 86-88 manque un poil de gnaque à mon gout !

Amicalement, Matthieu