Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 25 juin 2011

95 à Bordeaux, c'est pas mon truc : Leoville Poyferre, Haut Bailly, Dauzac, Certan Giraud

Bonjour à tous,
Après la magnifique soirée consacrée aux Bordeaux 96, une discussion sur le millésime 95 s'était soldée par "goutons voir si le vin est bon" ! RDV a donc été pris lors d'un passage de l'ami Nicolas sur Paris.

On attaque avec un blanc apporté par Nicolas :
Le blanc : Un nez de citron, de chevrefeuille, un côté tarte au citron, note de silex, un côté salin, tout cela fait très Riesling. La bouche est tendue comme un arc, vive, presque écérée tout en proposant une matière ronde mûr et dense. La finale est tendue saline, sur le silex, le citron, de bonne longueur avec un retour sur l'agrume et des notes fleuries. Whaou, c'est sec de chez sec, ça fait très calcaire par la puissance et le côté incisif d'un millésime à forte acidité. J'envoie 2008. main non, c'est 2010. TB-EX 90-92 Riesling Drei Exa Ginglinger 2010. Si la matière enrobe le côté incisif, quel vin pour les huitres dans quelques années !

Les rouges :
Vin 1 : dès le nez, on voit bien que Mathieu nous a apporté un pirate fournit par l'ami Jean Pierre. Ultra-mûr sur le coco la vanille, avec de la volatile, ça fait plus tarte au fruit noir confit et glace vanille que vin. L'aération va quand même doucement le faire évoluer vers plus de finesse dans un registre "moderne" "international" du gout. la bouche à l'inverse surprend car elle ne présente pas une énorme matière mais plutôt un ensemble corpulent aux tanins ronds, un peu sec et franchement souple mais loin de la confiture qu'on imagine avec le nez. Aromatiquement on reste sur le fruit noir confit, la coco, la vanille. La finale est souple et fuyante, moins démonstartive qu'attendue mais franchement dans un style international même si de jolies notes fleuries finissent par percer la croute de coco vanille dominante. Un vin ambitieux, dont on sent que le vinificatuer a essayé de garder un peu de finesse. B 85-86 (14-14,5) Quinto do Noval 2007

Vin 2 : Là on est à Bordeaux quoique pas non plus un modèle du genre. Si le cassis marque, un côté pruneaux, kirch et fond encre donne un ensemble sans grand charme. La bouche est corpulente, droite, style austère avec des tanins ronds, cassis, pruneaux, encre. La finale encore astringente est mlarqué d'une certaine rusticité des tanins sur la cassis, la suis, l'encre. Je place ça en Haut Medoc, genre Moulis. Le vins est bon mais pas folichon. B-TB 86-87 (14,5-15). Margaux Chateau Dauzac.

Vin 3 : bouchonnée, grrrrrrr. Dommage pour ce Pougeaux

Vin 3 : Nez discret mais élégant de cassis, note bois précieux, pointe champignon, sous-bois sur un fond chocolat. La bouche est corpulente, tendue, droite avec des tanins ronds qui manque un peu de charme, sur le cassis une pointe de verdeur, le chocolat. La finale est fraiche mais bien enrobée, longueur correcte, sur le fruit noir, le chocolat et une pointe de champignon, truffe dira même Nicolas. ça manque de complexité mais le vin est agréable, plutôt réussi. TB 88-90 (15). Nicolas envoie Pomerol et il a raison, Chateau Certan Giraud.

Vin 4 : Un nez marqué animal qui nous envoie sur une proportion de cabernet franc, cassis, encre. La bouche est droite, tendue, encadrée de tanin enfin un peu soyeux, dans un ensemble équilibrée sur le fruit noir, le chocolat amer. Certain sentent un petit côté poussière, serpillère qui laisse supposer que la bouteille n'est pas net. La finale est acidulée, longueur correcte, et enfin un peu de fruit rouge. TB 88-90 (15,5). Je place ça a Saint Emilion mais perdu c'est encore Pomerol, Chateau Bourgneuf Vayron. Franchement ça fait pas Pomerol...

Vin 5 : Nez de cassis qui a l'ouverture exhale des notes pneu brulée, animal avec une pointe agrume peu élégante, a l'aération le vin s'affine et le cassis et une pointe fûmé rendent l'ensemble plus classe. La bouche présente plus de matière c'est charpentée avec des tanins plus amples et soyeux mais qui finissent une peu sec. La finale est fraiche et l'astringence renforce ce sentiment et je trouve que le vin tombe vite, et finit un peu fluide, par contre la longueur est bien meilleure avec un retour assez classe de cassis, graphite, fûmé. C'est un peu mieux que les précedents mais ça manque de joie. TB+89-91. Nicolas envoie Pessac, voir même Haut Bailly, il est en forme le bougre. Pessac, Chateau Haut Bailly. Ouaip, c'est bon mais y'a pas matière à s'extasier de mon point de vue.

Vin 6 : Enfin un nez rive gauche affirmé qui commence à ressembler à quelque chose de bon. Cassis, pointe kirchée, note d'épice, réglisse, et fond fûmé classe. La bouche est charpentée, ronde à l'attaque, avec des tanins soyeux mais qui finessent encore quand même avec une petite rudesse (mélande sec et astringent), dans une structure droite tendue mais mieux enrobée que les bouteilles précédentes. la finale est longfue et puissante sur un proifil frais de cassis mûr, d'épice, boite à cigare. La puisance et les épices et tabac me font pencher côté Pauillac, Nico reste à Saint Julien. Bien joué. Saint Julien Chateau Léoville Poyferré. TB-EX 90-92 (16,5). C'est toujours pas l'extase !

Enfin, on va boire du vin ;-) car Mathieu a apporté une spécial qui va illuminer la soirée ! MERCI Jean Pierre Charlot (c'est un cadeau qu'il nous avait fait) car cette bouteille de Volnay Champans 2007 va se révéler à la hauteur des précédentes :
Un nez qui PARLE, un nez joyeux, avec de la groseille, de la framboise mûr, des note de cerise, une pointe fleurie délicate et un fond léger fûmé classe. La bouche est un modéle de délicatesse et d'intensité. Des tanins soyeux, enrobants, denses, précis, bien mûrs, du fruit rouge gourmand, des points fleuries, sureau et ronce pour apporter le frais et un fond léger boisé fûmé pour la classe, l'ensemble donnant élégance et gourmandise. La finale est tout en équilibre, gourmande et longue, sur le fruit rouge mûr, la cerise, le noyau et un retour fûmé, chocolat bien persistant. Excellent 93-95. Merci jean Pierre et riche idée Mathieu que d'avoir apporté cette bouteille !

Bref, au final, 95 à Bordeaux comme à chaque fois en ce qui me concerne, c'est austère et surtout peu expressif, ça n'a même pas la profondeur ou le côté grandeur que certains millésimes austères peuvent présenter. Ce n'est pas mon style de millésime à Bordeaux dans sa phase actuelle. Il ya de belles bouteilles, voir grande, j'ai souvenir d'un superbe Mission Haut Brion mais si il faut aller jusque là pour se faire plaisir... Personnellement, j'en ai très peu en cave et je m'en contenterai car je ne suis même pas sûr qu'à l'instar d'un 75, les bouteilles y gagnent temps au vieillissement.

Amicalement, Matthieu

lundi 20 juin 2011

Une session découverte de régions : Chambolle, Pomerol, Margaux, Gevrey, Cote Rotie

Bonjour à tous,

Des amis amateurs de bons vins m'ont demandé de leur organiser une soirée dégustation autour des vins rouges. Je leur ai donc concocté un petit tour de france des régions que j'aime. Un chois partial et assumé entre Bourgogne, Bordeaux et Rhone pour montrer la diversité et la richesse des vins et de leur évolution en mixant vin jeune et vins à maturité. Dans l'ordre de dégustation :

Gigondas Guigal 2007 : La bouteille qui ouvre est souvent désavantagée, il se trouve qu'en plus, cette bouteille présente un nez plus marqué alcool que la précédente dégustée (voir le CR). La bouche est puissante, les tanins un plus raides et la finale chauffe un peu. TB 88 (15,5)

Cote du Rhone Cairane Richaud Ebrescade 2004 : Un nez subtil, frais, corbeille de fruits rouges et noirs , belle notes florales, violette, pivoine et fond chocolat. La bouche est robuste, ample et large, après une attaque imposante, elle gagne en délicatesse car enrobée de tanins fins, soyeux et précis et présente un côté frais sur le fruit noir mûr, la réglisse, la fleur. La finale qui exhale cette fraicheur, se fait délicate sur la fleur, et persiste joliment sur le fruit mûr et un fond chocolat typique grenache. Excellent 92 (16,8)

Coteaux du Languedoc, Montcalmes 2008 : Un nez marqué de son élevage boisé, fûmé, pointe vanillé, sur le cassis mûr, le fruit noir, le noyau et des traces de garrigue. La bouche corpulente présente des tanins magnifiques de soyeux, de finesse, de délicatesse sur le cassis mais encore très marqué d'un boisé fûmé moka, vanille sans tomber dans la vulgarité. La finale est longue et équilibrée encore dominé par son boisé mais avec des notes fleuries et garrigue qui perce ce qui augure du meilleur. Excellent 92-94 (16-17)

Pomerol, Château Beauregard 2000 : Un nez délicat de cassis mûr, pointe fleurie sur un fond moka, pas très complexe mais très équilibré, élégant et gourmand. La bouche corpulente attaque large, tanin soyeux puis ça se tend, bel équilibre sur le fruit noir mûr, le moka, le fûmé et toujours cette pointe fleurie qui prolonge la fraicheur. La finale large, ronde, garde suffisamment de fraicheur pour donner une belle persistance de fruit mûr, moka, fûmé. Pas de confit sur beau Pomerol qui confirme la réussite du domaine sur ce millésime. Très beau vin 94+ (17,5-18)

Chambolle Musigny 1erC Fred Magnien Cœur de Pierre 2002 : Malheureusement la bouteille a un léger défaut. Pas vraiment de bouchon mais un léger fond serpillière humide, et une aromatique éteinte. Le boisé/fûmé se sent à peine c’est dire quand on connait les vins de Magnien. La bouche présente de beaux tanin délicats mais une structure en dedans et fluide sur la finale.

Margaux, Château Lascombes 2004 : Un nez dominé par un boisé classe fûmé, sur le cassis mûr, pointe vanille, belle gourmandise mais peu de complexité. La bouche est charpentée avec une jolie profondeur sur des tanins satinés mais qui sèchent un peu en finale, dans une structure droite et longue sur le cassis mûr, une pointe de vanille gourmande. La finale est fraiche, longue, tout en équilibre, belle persistance de fruit mûr, vanille, pointe bourgeon de cassis. Vin travaillé, de facture « main stream » mais bien agréable 89-93 (16-17), 90 sur cette bouteille.

Beaune Dom Laurent VV 1989 : Un nez séduisant, chaud, fondu de fruit rouge compoté, pointe de kirch, note de champignon cèpe et fond léger fûmé. La bouche est corpulente, large, ample, encadrée de tanins soyeux qui enrobe le palais, belle intensité et densité sur la groseille, le fruit rouge, la cerise confite, des notes champignons et fond chocolat fûmé. La finale garde encore une pointe de fraicheur qui la rend dynamique, fruit rouge confit, champignon sur un fond chocolat et fûmé. Excellent 91 (16,5)

Cote Rotie Guigal B&B 1988 : Grand classique qui a, une fois de plus, séduit ! Nez complexe sur un fond de cuir (quelques invités annonçant andouillette). Une bouche dense, soyeuse, ample, large, accompagné par de beaux tanins et une finale fraiche, longue avec un retour sur le cuir de premier ordre. Excellent 94 (17,5) comme ici ou en core lors de cette dégustation

Gevrey Chambertin, Dom Laurent 90 : Un nez un peu plus marqué par l’agrume que la précédente dégustée (voir CR). La bouche est fraiche et la finale acidulée revient sur le fûmé. TB (16)

Au final, une belle soirée qui a bien plu aux invités, retournés pendant quelques heures en mode étudiant travaux pratiques. Le pomerol a remporté la majorité des suffrages, devant ou juste dérrière selon les goûts, la Cote Rôtie ou le Beaune, ensuite Lascombes et l’Ebrescade se partagent le podium.

Dans l’assemblée, une jeune femme a quand même reconnu 8 régions sur 9 voir la sous région (Beaune/Nuit, Rive droite/gauche, Rhone nord/sud) et pour quelques uns l’appellation… Bravo !

Amicalement, Matthieu

lundi 13 juin 2011

Des blancs avec le poisson : Meursault, Graves, Saint-Aubin, Riesling...

Bonjour à tous,
Je ne fais pas dans l'originalité en mariant le poisson avec les blancs mais, y'a pas à dire, ça marche vraiment très bien.

Graves, Chateau Chantegrives, cuvée Caroline 2006 : Un nez pointu de fruit juane mûr, pointe ananas, note fougère, côté acétique buis, fond boisé beurrée très sauvignon bordelais mais homagène, bien fait. La bouche est charnue s'appuyant sur une matière ronde, belle fraicheur sur le fruit jaune, le buis (limite pipi chat), pointe ananas et fond beurre. La finale est bien équilibrée, belle longueur de fruit jaune, ananas, fond beurre et légère note de pipi chat. TB 88 (15,5)

Saint Aubin, Domaine Langoureau 1erC En Remilly 2006 : Un nez autour de l'amande, de la poire sur un fond pain grillé, belles notes aubépine. La bouche présente une matière grasse  mais bien tendue, sans lourdeur sur l'amande, la poire, fond toasté, note poivre blanc. La finale est ronde, dynamique, séduisante, poire mûre, amande, pain grillé, belle persitance. TB-Ex 90 (16)

Meursault 1erC Charmes Hospice Beaune Cuvée Albert Grivault, Maison Joseph Drouin 1998 : Un nez ouvert, mûr, sur une pointe oxydative, fruit jaune, pêche, coing, fond beurrée note pomme caramel et fûmé. La bouche est ronde grasse, ample, matière huileuse sur la pomme cuite, fruit jaune, beurre, brioche, un côté crayeux, note toasté fûmé et fond léger caramel. La finale ronde est large grasse, presque souple, tout en gardant le miunimum de fraicheur qui évite de tomber dans la lourdeur, pomme cuite, presque ananas, beurre, pointe caramel et léger fûmé. TB 88 (15,5)

Bourgogne Chardonnay Morey Coffinet 2009 : Un nez poire, fruit jaune mûr sur un fond grillé avec des notes crayeuses, amande. La bouche est ronde, fruit jaune mûr, note craie, matière ronde, douce, équilibrée. Finale fraiche joli longueur de poire, de craie, fond léger fûmé. TB 87 (15)

Bourgogne, Chardonay, Alex Gambal 2006 : Un nez expressif, classe, de poire mûr, grillé, note beurrée, brioche, pointe fruit sec, amande. La bouche est expressive sur la poire, note crayeuse, brioche, beurre, pointe citronnée, sur une belle fraicheiur enrobée d'une matière ronde enveloppante. La finale est fraiche dynamique, élancée, et longue sur le fruit jaune, beurre, brioche, pain grillé, bouteille plus ronde que la précédente qui était plus élancée faisait Puligny, là ça me rappelle plutôt un Meursault style JFCD. TB-Ex 90 (16)

Riesling, Domaine de L'Oriel GC Florimont 2004 : Un nez de fruit jaune mûr, d'agrume pamplemousse, notes fleuries et fond naphtée pétrole du plus bel effet. La bouche est large, matière ronde, ample, enveloppante, agrume pamplemousse mûre, note fleur, de pétrole. Finale enveloppée, acidulée, un peu souple, pamplemousse limite sucrée, fruit jaune mûr, persistance honête agrume, pétrole. TB 90 (16)

Enfin, pour finir en beauté, un rouge ! mais mon spécial one. Ouvert pour les 10 ans de ma fille.

Haut Medoc, Chateau La Lagune 1983 : Un nez évolué, plutôt discret, fin, fruit rouge macéré, note champignon, de sous bois, humus, graphite, fond  fumé avec une pointe animal, viande fraiche. La bouche est corpulente, attaque ronde, puis structure droite qui s'étire tanin soyeux, délicats, sur une aromatique évoluée, intense de fruit macéré, sous-bois, champignon, feuille morte, pointe de tabac, et fond viande fraiche. La finale est ronde, dynamqiue, avec une pointe fraicheur acidulée et une longue persistance de fruit macéré, feuille morte, humus, tabac froid, viande. TB-Ex 90 (16) Mais un millésime moins réussie que sur Margaux (grand souvenir d'un Malescot encore plein de fruit moins évolué, et moins souple).

Amicalement, Matthieu

dimanche 12 juin 2011

Des rouges de WE : Vosne Romanée, Morey Saint Denis, Saint Joseph

Bonjour à tous,

Quelques vins rouges dégustés avec les rôtis et autres grillades autorisées de ces dernières semaines. Alors j'en profite pour sortir quelques canons. Encore une bouchonnée (Rouget 2001) Grrrrr, c'est pas mon année :

Vosne Romanée Domaine Guyon 2003 : Un nez séduisant quoique discret de fruit noir mûr, à l' ouverture des notes de céleri qui disparaissent, puis la mûre, le cassis, note de ronce, fond sous-bois, et compote de fruit , léger fûmé/toasté. La bouche est corpulente, intense, tanin soyeux amples, fruit mûr sans confit, ronce, sous bois et sensation de fraicheur, fond fûmé. La finale est dynamique, mûr, longue belle persistance  fruit noir mûr, pointe réglisse, fond léger fûmé. Beau vin sur le fruit sans tomber dans l'exces de maturité confit du millésime. TB 89 (15,8)

Morey Saint Denis 1erC Les Loups 2006 : Un nez discret sur le fûmé, leger fruit noir, note de pneu chaud, pointe eucaliptus. La bouche est chaprpentée avec des tanins ronds précis tout en équilibre mais peu d'expressivité à ce stade, fruit mûr, léger moka, fûmé, pneu chaud. La finale à nouveau bien équilibrée, mais discrete aromatiquement, se prolonge honorablement sur le fruit mûr, fûmé, note moka. TB 89 (15,8)

Saint Joseph, Delas Sainte Epine 2006 : Un nez discret séduisant de syrah mûr, sur le cassis, le poivre, pointe violette, fond moka léger côté animal lard viande. La bouche est corpulente droite, tanin rond assez délicat, sur le cassis, le moka, pointe viande et de poivre. La finale est ronde fraiche, joli longueur sur le cassis mûr, poivre et rémanance moka, animal, lard. TB 87 (15)

Saint-Jospeh, Domaine Coursodon L'Olivaie 2006 : Bouteille offerte par Mathieu, bue le lendemain, la comparaison est intéressante. Nez superbe de cassis mûr, de mûres, des notes chocolatées, pointe épicée poivre et un  fond léger balsamique fumé. La bouche est charpentée grosse attaque ample avec des tanins soyeux, veloutés tout en gardant droiture et fraicheur sur le fruit noir mûr, le poivre, le chocolat. La finale est fraiche, puissante, ample belle gourmandise de fruit noir mûr, chocolat, poivre, et un coté frais ronce sur un fond léger fûmé. Excellent 91 (16,5). Très belle syrah.

Haut Medoc, Chateau Caronne St Gemme 2003 : Un nez cassis mûr, capiteux, épicé, fruit confit sur un fond moka. La bouche est charpentée, ronde, tanins virils grosse matière sur le cassis confit, les épices et un fond moka. La finale est puissante sur le fruit confit, le moka. Pas dans la délicatesse, plutôt brut et mûr sans pour autant être désagréable. TB 86 (14,5)

Amicalement, Matthieu

Clos des Lambrays, décidément pas mon truc !

Bonjour à tous,


J'ai une drôle de relation avec le Clos des Lambrays. Souvent goutté execellent voir plus au donamine en compagnie du charmant Thierry Broin, le vin en bouteille ne m'a jamais convaincu (99, 01, 02, 03, 04, 05), voir déçu. Il me restait ce 2006, encore non gouté, pour voir.

Clos des Lambrays 2006 : Un nez discret de cerise, de groseille mûr, note de fleur pivoine, pointe orgeat, sur un fond léger moka chocolat. La bouche est corpulente, aromatique, avec des tanins précis soyeux mais qui manque de densité pour être vraiment grand, structure droite, fraiche, sur la groseille mûr, note de poivre, réglisse, fleurie mais aussi ronce, sur un fond chocolat, moka. La finale construite sur une pointe amer, est ronde, sur un registre aérien, ou l'on cherche l'intensité et la densité, avec quand même une belle persistance de fruit rouge mûr, presque pruneaux, poivre et fond moka chocolat. Un beau vin, certes, Excellent 92 (16,5), qui finalement fait moins confit ultra-mûr que les précédents millésimes dégustés. Mais pour un grand cru, il manque, de mon point de vue et de mon goût, matière, densité, longueur et complexité. OK ce 2006 est jeune mais quand même. C'est mieux que ce que j'ai dégusté jusqu'à maintenant mais même jeune, je ne suis pas complètement convaincu.

Amicalement, Matthieu

samedi 4 juin 2011

Serie de blancs et 2 rouges : Meursault, Riesling, Saumur, Nuits Saint Georges, Saint-Julien

Bonjour à tous,

Pas mal de blancs et quelques rouges pour accompagner les repas de ces dernières semaines, car essentiellement basés sur des poissons, régime oblige !

Riesling Ginglinger Drei Exa 2007 : Après une bouteille bouchonnée, la dernière de la série se présente avec un nez élégant d'agrume, de citron sur un fond silex. Bouche précise attaque ronde, joli matière enrobant une fraicheur soutenue sur le pamplemousse, pointe fleurie. Finale fraiche dynamique, droite et de joli longueur. Très Bien 87 (15)

Gewurztraminer, Domaine Bott-Geyl les Elements 2009 : Un joli nez, fin, classique de litchi, fruit exotique fond fleurie violette. La bouche est ronde, dynamique, expressive sur le fruit exotique, la goyave, le litchi, matière grasse ronde chargée, on sent le sucre quand même. La finale qui garde de la fraicheur et du peps se présente longue sur les fruits exotiques, les note fleuries et un fond amer. Très Bien 87 (15)

Meursault 1erC Genevrières Vincent Girardin 2001 : Un nez classe de poire, amande, frangipane, note de chevrefeuille, de craie sur fond brioché et pointe fûmé. La bouche attaque dense, ronde, puis ça s'étire, ça gagne en profondeur, délicatesse, sur le fruit blanc, le chevrefeuille presque tarte citron, fond brioche beurre fûmé. La finale est intense, belle fraicheur, presque acidulé, bien arrondie par l'empriente de la matière, sur le fruit mûr, chevrefeuille, poite amende, craie, fond beurrée, briochée, fûmé. Excellent, très beau vin 93 (17,5)

Saumur Champigny, Thierry Germain L'Insolite 2007 : Un nez sur le chevrefeuille, pointe ananas sur un fond coing miéllé fleurie. La bouche est ronde sur une trame fraiche, limite gaz, fruit jaune mûr, pointe ananas et note chevrefeuille. La finale présente une fraicheur bienvenue, des notes crayeuses, fruit jaune et chevrefeuille mais assez courte. Très Bien 87 (15)

Nuits Saint Georges, Rion, Grandes Vignes 2002 : Un nez séduisant et fin, précis, de groseille, de fraise des bois, un côté cassis, note de ronce, de sous-bois, pointe sureau et épice. La bouche est corpulente, ample et droite précise, tendue bien enrobée d'une matière ronde et délicate, beau support frais, fruit rouge, pointe épice, sureau, réglisse, pointe amer. La finale est fraiche, dynamique, ample, plutôt puissante, sur un profil amer et très belle persistance de fruit rouge, sous-bois, épice, réglisse. Un vin qui se bonifie d'année en année. TB-Excellent 91 (16-16,5)

Saint-Julien, Chateau Lagrange 2004 : Un nez discret de fruit noir, mûre, cassis, un côté lacté, fond bien intégré boisé Toasté,fûmé avec une pointe vanille. La bouche est charpentée, beaux tanins soyeux, fruit noir mûr, pointe vanille, note cigare et fond fûmé. La finale est fraiche avec du peps, de belle longueur sur le fruit noir, note chocolat moka, pointe vanille. Le fruit est devant mais l'élevage en tache de fond masque encore un peu la complexité, mais surtout, il lui manque cette sensation de profondeur, celle des grands Bordeaux. TB-Ex 88-90, en l'état 89, (16)

Amicalement, Matthieu