Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 20 août 2011

Une semaine de vacance : Riesling, Nuits St Georges, Lagune

Bonjour à tous,

Semaine de vacance tranquille, l'occasion de faire de la place dans la cave. Du coup, beaucoup d'ouverture car beaucoup de bouchons... C'est pas mon année côté bouchonné 10% des bouteilles ouvertes !

Pessac Leognan Chateau Carbonnieux 2000 : bouchoné
Jurançon, Charles Hours Cuvée Marie 2006 : bouchoné
Saint-Emilion, Chateau grand Corbin : bouchoné
Bandol, Chateau Pibarnon 2003 : bouchoné

Plus réjouissant :

Vouvray Clos Naudin sec 2010 : Un nez étonant de citron, pomme, cire d'abeille, note croute fromage qui vont disparaitre après 24H, fond silex cailloux. La bouche est tendue, droite, puissante, nerveuse, encadrée d'une matière raide à l'ouverture qui va s'assouplir après 24 à 48H, pour devenir suave, sapide, citron, chevrefeuille, côte tarte meringué citron, note de craie. La finale est fraiche, salivante, tarte citron, craie, silex, sur une jolie longueur. TB 87-89+ (15-16)

Riesling Schlossberg Domaine Weinbach 2007 : Un nez discret mais élégant, raffiné, fruit blanc, poire, mirabelle, note fleurie délicate, pointe presque menthol et fond agrume léger naphte. La bouche est délicate, fine, aérienne sur l'agrume, poire, la fleur, beaucoup de finesse dans cette matière suave. La finale présente une pointe fraicheur, de la rondeur, longue et élégante sur une fond d'agrume, note poire, de fleur et fond léger naphte. Excellent 92 (16,5)

Riesling Heinbourg Zind Humbrecht 2006 : Un nez classique, mûr, d'agrume, pomelos mûr, pointe miel roti sur un fond naphte pétrole classieux. La bouche est ronde matière moelleuse mais sans mollesse car la structure est fraiche, tendue sur le fruit un peu roti, le pétrole, le miel. La finale est acidulée, tendue, enrobé d'une matière lérèment huileuse, sur la mangue rôti, note miel, agrume et fond tourbé, fûmé, naphté. Profil plutôt demi-sec. TB+ 90 (16)

Cote du Roussillon, Domaine de L'Edre, carrement rouge 2010 : Un nez ouvert, expressif, de cerise, et son noyau, chocolat, note fleurie violette, et épicée poivrée, pointe verte fraiche bourgeon cassis, fond léger balsamique. La bouche est charpentée, musclée, tanin soyeux mais petite astringence finale et légère rudesse de structure, cerise, chocolat, violette. La finale est ronde, puissante, style artillerie quand même, joli longueur fruit mûr, limite confit, chocolaté, poivre, violette pointe animal et fraiche verte ronce. TB 87-89 (15-16)

Haut-Medoc, Chateau La Lagune 1970 : Un nez puissant, superbe, gourmand et classe, de cassis mûr, fruit noir mûr, pointe kirché légère, note de cèpe, truffe, pointe de cuir, fond fumé tabac blond classe. La bouche est corpulente, tanins fondues soyeux, manque d'un poil de densité, cassis, kirch, champignon, fûmé, tabac blond, cuir. La finale est acidulée ou le petit manque de densité se fait sentir, un peu fluide, mais de très belle longueur, classe, gourmande, fruit mûr presque confit, champignon, tabac, fumé, cuir. Un beau vin à qui il manque un rien de densité pour passer dans l'exceptionnel. Excellent 93 (17,5)

Nuis Saint Georges, Les porets Saint Georges, Faiveley 1999 : Un nez plutôt discret de framboise, groseille mûr, pointe de ronce, note réglissée, poivrée, fond fumé délicat. La bouche est corpulente, large, dense, tanins soyeux amples encore un peu strict, enrobant une belle structure fraiche, de la profondeur, de la fraicheur, fruit rouge mûr, ronce, sous-bois, fond fumé, compose un ensemble élégant qui commence à s'exprimer. La finale est fraiche, tendue, profil amer, joli longueur de fruit rouge mûr, note de sureau, de ronce, d'épice poivrée réglissée et fond fumé. Un très beau vin encore un peu austère mais qui peut devenir très grand. Excellent 92-94 (17-18)

Amicalement, Matthieu

vendredi 19 août 2011

Plonger dans les vieilles Lagunes

Bonjour à tous,

Récemment j'ai dégusté de nombreux millésimes des années 80 et 70 de la Lagune. En reprenant mon livre de cave, je n'ai pas été surpris de voir que c'est le vin dont j'ai bu le plus de millésimes (19). D'autant plus qu'avant que le vin ne devienne une passion, et que je me mette à commenter les vins, je buvais déjà des Lagunes à chaque grande occasion !



J'ai toujours eu une tendresse particulière pour ce cru. D'abord son nom, évocateur en diable, il appelle tout de suite l'évasion. Ensuite le style, Bordeaux classique, fin, droit, profond, un savant mélange de la profondeur, presque l'austérité Bordelaise avec de la rondeur, du moelleeux dans les millésimes mûrs. Rarement fardé d'un boisé outrancier, c'est un cru qu'il faut boire vieux, 10, 15 voir 20 ans sur les millésimes qui s'y prêtent, c'est là que le cru donne son meilleur !

3eme Cru Classe Haut Médoc, le chateau a connu une périuode de "gloire" après le rachat par la famille Brunet à la fin des années 60. Profitant d'un élan de modernité dans les vinifications, et la remise en état du vignoble, le cru est un assemblage de cabernet sauvignon, merlot et petit verdot (jusqu'à 10%, ce qui est assez singulier), élevé en fût (jusqu'à 100% de neuf je crois dans les années 70 ce qui était assez nouveau, mais je ne suis pasz sûr et je ne retrouve pas l'article ou j'avais lu ça) et a obtenu de joli note par les critiques tout au long des années 70 à 90.

En 99, c'est la famille Frey qui rachète le domaine et investit fortement. c'est Caroline Frey qui vinifie aujourd'hui la Lagune, charmante jeune femme que j'ai eu l'occasion de croiser et qui m'avait gentiment invité au chateau lorsque je lui ai fait part de ma tendresse pour le cru. Je lui souhaite beaucoup de succès et de nous faire des millésimes de Lagune qui procureront les mêmes émotions et autant de plaisir que ce que j'ai pu déguster !

Voici pour moi, les bouteilles des millésimes qui m'ont le plus séduit par série de millésime. Pour certains millésimes seules une bouteille, pour d'autres jusqu'à 10 :
Pour les compte rendus de dégustation, cliquez sur ce lien

Années 2000 :
Château la Lagune 2005 90-92 (16-17) : dense, mûr, profond, frais
Château la Lagune 2004  89-91 (15,5 - 16,5) : classique, un peu vanillé mais long et frais
Château la Lagune 2003  89-91 (15,5 - 16,5) : mûr, puissant, un peu alcool
Château la Lagune 2001  91-93 (16,5-17,5) : classique, fin, droit, long (mon préféré des 2000 en attendant 2005)
Années 90
Château la Lagune 1998  88,0  (15,20) : un peu végétal marqué bourgeon de cassis, tanin un  peu rude
Château la Lagune 1996  93,2  (17-17,5) : mûr, riche, long, très merlot et moins petit verdot mais gardant fraicheur et profondeur un autre grand.... Edit 2015 : Bu quelques autres (5) depuis dont certaines en aveugle en forte compagnie, et c'est un super millésime de Lagune, certaines bouteilles à 18 !
Château la Lagune 1995  85,0  (14) : fermé, végétal, frais limite acide, bof sur la bouteille dégustée
Château la Lagune 1994  86,0  (14,5) : terrien, souple
Château la Lagune 1993  88,1  (15,25) : frias, fin, long, vif, dynamique, complexe

Années 80
Château la Lagune 1990  93,5  (17,40) : mûr, complexe, profond, satiné, long, séduisant et profond, quelques bouteilles exceptionnelles 95 (18)
Château la Lagune 1989 94,0 (17,80) : mûr, rond, ample, onctueux, sexy et délicat, Mise a jour 2015 : de magnifiques bouteilles : depuis ce post, 4 superbes bouteilles dont une en aveugle à 96 (18+), la meilleure Lagune dégustée, peut-être le plus grand millésime de lagune que je connaisse !
Château la Lagune 1986  88,0  (15,20) : peu dégusté, assez monoilithique, terrien, mûr, profond, encore fermé
Château la Lagune 1985  92,0  (16,80) : surprenant, classe, séduisant, mûr, pointe acidulée et long
Château la Lagune 1983  90,0  (16,00) : évolué, fruit macéré, viande, souple
Château la Lagune 1982  93,0  (17,20) : grosse matière, grosse structure, massif, mûr, fruit macéré, puissant, tabac, manque un peu de finesse et de profondeur par rapport à 90

Années 70
Château la Lagune 1978  89,0  (15,60) : un peu confit, souple,
Château la Lagune 1975  92,0  (16,80) : mûr, évolué, cuir, cèpe, long, acidulé
Château la Lagune 1970  93,0  (17,20) : classe, élégant, mûr, long, fin, profond
Château la Lagune 1968  88,0  (15,50) : souple, évolué, mais qui tient, élégant

J'ai aussi bu 88 mais impossible de renttre la main sur le CR, le 2000 a l'époque ou je n'écrivais pas...
Amicalement, Matthieu

mercredi 17 août 2011

Un WE du 15 festif : Mazis-Chambertin, Pontet Canet, Nuits St Georges, Cornas

Bonjour à tous,

Retour du WE Bourguignon allégé d'une dizaines de quilles qui ont accompagné de beaux repas avec nos amis de NYC :

Bourgogne, Les Femelottes Hubert Chavy 2009 : Un nez gourmand sur la poire mûre, la brioche note de frangipanne sur fond grillé toasté. La bouche est ronde, ample, bien struturée avec une matière au toucher un poil gras, sur la poire, frangipane, brioche, pointe beurrée et note de craie. La finale est ronde, un côté huileux,,frangipanne, grillé, et fond de craie. TB 88 (15,5)

Mazis-Chambertin, Dom Laurent 96 : Un nez pointue de framboise, groseille note de girofle, de sureau pointe lacté fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, dense, tanin soyeux amples encadrant une structure fraiche tendue, presque vive sur la groseille, la framboise, note de ronce et pointe sureau. La finale est fraiche limite vive, mais pas agressive car bien enrobée, joli longueur de groseille, sureau, de ronce avec une pointe fumée discrete. Un joli vin typique de son millésime qui n'est pas ce que la Bourgogne donne de mieux de mon point de vue. TB+ 91 (16,5)

Nuits Saint Georges, Clos des Argilières, Rion 2000 : Grand écart comme style demillésime, nez mûr avec de la profondeur sur le fruit noir, puis groseille, note poivrée, réglisse, fond legerement fumé. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, de la profondeur, sur le fruit mûr, la réglisse, des notes épicées typées poivre. La finale est fraiche, longue, fruit mûr poivre réglisse fond léger fûmé. TB-Excellent 90-92 (16-17). Une bouteille encore bien jeune, bu déjà plus accomplie, qui a du potentiel, car la gourmandise ne se fait pas débordante.

Autre repas, plus de régions :
Chablis, Fourchaume, Adhémar Boudin 2005 : Un nez de fougère, foin, note de pomme, pointe citron, fond silex cailloux. La bouche est dense, pleine, longue sur la fraicheur avec une joli matière délicate, pomme, citron et fond foin, fougére, très légère pointe oxydation (curry). La finale est fraiche, salivante, iodée, sur la pomme, citron, et fond foin/fougère sur une honnète longueur. TB-Excellent 89-91 (15,5-16,5)

Pauillac, Chateau Pontet Canet 1994 : Un nez classique, élégant, de cassis mûr, poivron grillé, note boite à cigare, tabac blond, pointe graphite et fond fumé. La bouche est charpentée, pleine, belle densité avec des tanins soyeux mais petite raideur en finale, sur le cassis mûr, épice, cigare, fumé. La finale est suave, petite fraicheur élégante et joli longueur sur le cassis, la boite à cigare, le graphite et fond tabac blond légèrement fumé. Pas la profondeur des grands millésimes, mais c'est très plaisant TB-Excellent 90 (16)

Cornas, Delas Chante Perdrix 2003 : Un nez très "Delassien" sur le cassis, poivre, un fond boisé moka note caramel un peu plus lourd que d'habitude. La bouche est corpulente, sapide, sur le cassis, pointe violette, note de poivre, fond moka léger caramel. La finale est ronde, douce, souple, mais de belle longueur mais trop dominé par le caramel. TB 87 (15)

Chateauneuf du Pape, Janasse tradition 2005 : Je me demandais si j'aimerai encore le style Janasse après plus de 2 ans sans avoir regouté. Un nez séduisant, fin, de prune, figue, note fraiche ronce sur fond cacao. La bouche est corpulente, sapide, large avec des tanins amples soyeux, sur la cerise, prune, figue note cacao et légère pointe kirchée. La finale est fraiche, élégante, poivrée sur la prune, le cacao et de bonne longueur. Excellent 91-92 (16,5-17). Une vrai bonne surprise, cela m'a réconcilié avec les C9P. Je garde les autres.

Amicalement, Matthieu

mardi 16 août 2011

Deux petites avant de partir : Toscan Gaja, Pomerol Rouget

Bonjour à tous,

Juste avant de partir en WE du 15 aout, deux jolis bouteilles avec quelques amis.

Toscan, Angelo Gaja Promis 2008 : Un nez jeune, élégant, de chocolat noir, cerise, noyau, des notes florales, iris, sur un fond léger boisé toasté et pointe balsamique. La bouche est corpulente, distinguée, tanins fins soyeux, en largeur et rondeur sur le chocolat, la cerise, délicates notes fleuries, violette, iris et fond toasté. La finale est ronde sur une pointe de fraicheur bienvenue, délicatesse et joli longueur chocolat, cerise, fleur et fond toasté balsamique. TB-Excellent 90-92 (16-17)

Pomerol, Chateau Rouget 1998 : Un nez de cassis, cerise, note violette, fleurie, pointe kirché limite alcool, fond toasté grillé. La bouche est corpulente, large attaque, pleine, tanins soyeux puis poudrent léger sur la finale, un peu rustique, pas énormément d'expression en bouche, cerise, cacao, toasté, note fleurie. La finale est fraiche, tendue, longue sur la cerise, fruit rouge, note chocolat, et grillée toasté. TB 90 (16)

Amicalement, Matthieu

jeudi 11 août 2011

La dernière : Chambolle Dom Laurent, Chateauneuf Mordorée

Bonjour à tous,
Dernier dîner sur un beau poulet fermier à l'estragon avec :

Baden, Huber Pinot Malterdinger 2004 : Un nez avec une pointe de réduction à l'ouverture sur le fruit noir, la groseille à maquereau, profil amer, note de sous-bois et fond boisé toasté léger caramel. La bouche est charnue belle intensité, tanin croquant et rond plutôt mûr, ample, fruit noir, notes de caramel au beurre salée, sous-bois et toasté,  l'ensemble est séduisant. La finale est fraiche mais bien équilibrée, pointe amertume de bonne longueur sur la cerise, ces notes caramel au beurre salée agréables et un fond toasté classe. TB 90 (16)

Chambolle Musigny Charmes Dom laurent 2000 : Un nez diablement seducteur, framboise, groseille, pointe de ronce, un léger côté lacté, des notes de zan, réglisse, poivre et une petite touche fûmée. La bouche est corpulente, large, tanins fins soyeux, beaucoup de délicatesse dans un ensemble structuré frais de framboise, fraise des bois, notes fleuries, épicées. La finale présente une pointe de fraicheur qui la rend dynamique, équilibrée et longue sur le fruit rouge mûr, notes fleuries, réglisse, poivre et pointe fûmé. Un beau vin, très chambolle, mûr mais frais et dynamique. Excellent 92 (17)

Rasteau, Domaine Soumade, Fleur de Confiance 1995 : Un nez de cassis, pruneau, kirch, note épicée légère, poivre sur un fond animal, viande, assez marqué et limite écurie. La bouche est charpentée, pûissante, tanin soyeux, droit, limite raide avec une pointe d'amertume, pruneaux, cacao, viande/animal. La finale est fraiche, large, puissante, poivrée sur une longueur honnête pruneau, chocolat noir, et toujours ce fond animal/viande pas d'une grande élégance. TB 89 (16)

Chateauneuf du pape, La Mordorée, Reine des Bois 2004 : Un nez assez fermé de fruit noir, cerise, prune, à l'aération arrive la figue, note de noyau, et fond chocolat noir avec une pointe balsamique. La bouche est compacte, charpentée, dense, tanin un peu brut, joli toucher mais poudre (astringent) un peu en finale, sur la cerise, fruit noir, prune, chocolat noir, encore fermé, jeune et sombre. La finale présente de la fraicheur, puissante, sur le chocolat noir, profil amer, note de figue, de cerise, et léger kirch qui apparaissent à l'aération et pointe fûmé. Pas d'alcool envahissant, pas de boisé intempestif mais un vin encore très jeune, fermé, austère. TB-Excellent 90-93 (16-17)

Fin de ces soirées, la badoit va faire grand bien dans les jours qui viennent !
Amicalement, Matthieu

mercredi 10 août 2011

Suite Franco Allemande : Macon, Sancerre, Lagune et Sigalas Rabaud

Bonjour à tous,

Apéritif au vin rouge, puis truite et fondue de poireaux au vin blanc, gateau à la banane au Sauternes.

Haut Medoc, Chateau la Lagune 1975 : Suite de ma période millésime ancien de la lagune (article récap en vue avec 10 millésimes avant 90 dégustés récemment). Couleur encore bien foncé. Un nez fûmé de cerise, kirch, pointe gourmande fruits mûrs, fraise, un coté léger lacté note tabac blond et fond fûmé. La bouche est corpulente, puissante à l'attaque, tanins fondus, ronds, style droit, fruit mûr, pointe kirch, note cépe, tabac blond, une certaine élégance, un port altier mais trahissant la rigidité du millésime tout en conservant de la gourmandise. La finale est ample avec une pointe fraicheur acidulé, bien tonique encore, fruit mûr, limlite macéré-confit, tabac blond et fond fûmé. Joli vin à boire sans plus tarder. Excellent 92 (16,5).

Sancerre, Mellot La Moussieres 2006 : Un nez aux notes citronées, de coing, poire, pointe de buis, fond crayeux. La bouche attaque ronde sur structure droite, matière suave, mûr, un peu rondouillarde, sur le coing, citron, note de buis, de fougère et fond de craie. La finale est ronde, charnue sur une pointe fraicheur avec des notes citronées, fruit balnc, buis, fougère. Un vin mûr mais qui garde suffisemement de fraicheur pour être agréable. TB 88 (15,2)

Macon Pierreclos, Guffens Heynen Chavigne 2004 : Un nez diablement séducteur de poire mûr, de miel, note d'encens discrete, petite pointe oxydative fond beurrée brioche toastée terriblement gourmand. La bouche est ample, matière soyeuse enveloppante sur une trame fraiche, tendue, ou la poire rôti, le chevrefeuille, le beurre, le toast se succédent joliment. La finale est équilibrée entre rondeur, douceur et fraicheur, très belle longueur de poire rôti, chevrefeuille, tarte citron meringuée, brioche toastée, gourmandise et délicatesse... Excellent 92 (16,5)

Sauternes, Chateau Sigalas Rabaud 1995 : Un nez plutôt fin, classique, orange confite, hydromel, quumquat, pointe rôti. La bouche est aérienne, pas de lourdeur mais très sucré, orange confite, fruit rôti, peu de complexité mais c'est digeste. La finale garde de la fraicheur, elle est gourmande, ananas, agrume confit, fûmé rôti. TB 89 (15,8).

Etape 2 satisfaisante, Amicalement Matthieu

mardi 9 août 2011

WE Franco-Allemand : Muller Catoir, Mazis Chambertin

Bonjour à tous,

Le passage de l'ami Kaï à Paris est toujours l'occasion d'ouvrir de jolies bouteilles. Nous n'avons donc pas dérogé à la règle durant ces trois derniers jours.

Sur un rôti de rumsteak, sauce au vin (Pommard 1erC  99 Dom laurent légèrement bouchonné) et pomme sautées.

Volnay Cailleret Rebourgeon Mure 2002 : Un nez de cerise, pointe médical mentholée peu élégante qui va disparitre à l'aération longue, cèdre, note de sureau, noyau, fond épicée réglissé puis fûmé. La bouche est corpulente, attaque puissante, beau développement en volume, ça impose densité et matière, tanins soyeux, onctueux, aromatiquement un peu fermé encore, sur la cerise, sureau, réglisse, et fond fûmé mais ça devient plus élégant après 24H. La finale est volumineuse, puissante, pointe fraicheur, grande longueur cerise, sureau, épice et fond fûmé. TB-Excellent 90-92 (16-16,5)

Saint-Emilion, Chateau Soutard 1986 : Un nez a maturité mélant cacao, cerise, note fûmé légère, pointe graphite, minéral, et un fond de cuir. La bouche est charnue, large, belle harmonie à l'attaque, tanin soyeux mais qui séchent en finale sur la cerise le cacao, le cuir. La finale qui se reserre un peu est douce, longue, sur le cacao, la cerise, fond de cuir et pointe de cèpe. TB 88 (15,8)

Mazy-Chambertin, Rebourseau 1988 : Un nez a point de cerise griotte, framboise, note de ronce, fond frais sous-bois champignon. La bouche est corpulente, tanins fondus ronds, structure droite, distingué, sur le fruit rouge, sous-bois, note de champignon et un fond léger fûmé. La finale est large, festive sur le fruit rouge légèrement macéré, le sous-bois, le champignon et un fond fûmé. TB-Excellent 91 (16,5)

Riesling, Baardt/pfalz, Muller Catoir  Haardter Burgergarten, Auslese 2008 : Un nez captivant, aérien, d'agrume, d'ananas mûr, note d'épice, safran, fond très léger terpénique, naphté. La bouche présente une pointe de gaz, aérienne, matière onctueuese enrobante, mais légère délicate, sur l'agrume, léger confit, pointe d'ananas, mirabelle, épice, safran, canelle. La finale est fraiche, dynamique, élégante, sucre discret, et longueur sublime, légerement acidulé, d'agrume, d'ananas, épice safran, canelle, fond léger naphtée. Grand vin. Exceptionnel 95-97 (18 - 18,5)

Belle première soirée ! Amicalement, Matthieu

samedi 6 août 2011

Eté pluvieux, dîner arrosé : Morey Lambrays, Hermitage Tourette, Citran

Bonjour à tous,

Des diners arrosés comme les journées de cette fin juillet :

Saint Aubin En Remilly Langoureau 2007 : Un nez gourmand de fruit jaune mûr, pointe miel, note tilleul, noisette, des élans fleuries acacia et fond beurrée brioche fûmé. La bouche est ronde, matière enveloppante avec une pointe de gras, souplesse sans mollesse, poire, noisette, pointe grillée fond beurrée. La finale est ronde, souple, un côté opulent mais de la fraicheur pour tenir l'ensemble sur une jolie longueur, poire mûr, noisette, beurrée, brioche pointe grillée. TB+ 90 (16)

Morey Saint Denis, Les Loups Domaine des Lambrays 2003 : Un nez capiteux de cerise burlat, pruneaux, côté un peu chaud, note de fraise mûr, groseilles confites, avec en fond une pointe fraicheur de ronce. La bouche est charnue, large qui se tient sur une jolie matière soyeuse, style plutôt souple, fruit noir mûr, acidulé, pruneaux, pointe pneu chaud. Une finale qui garde de la fraicheur, dynamique, longueur correcte sur le fruit rouge acidulé, petite chauffe et fond toasté brulée mais reste élégant. TB 89 (15,8)

Haut Medoc, Chateau Citran 1996 : Un nez fûmé à l'ouverture puis cassis mûr, tabac blond, pointe de bourgeon de cassis, note de cuir, de viande, pointe sous-bois champignon et fond fûmé. La bouche est corpulente, dense, tanin soyeux, fondues, de la profondeur sur une ligne fraiche de cassis mûr, tabac blond, cuir et fond fûmé. La finale est fraiche, de belle longueur sur le cassis, cuir, note champignon et fond fûmé. Moins d'harmonie et d'homogénéité que les précédentes mais toujours une jolie bouteille. TB 90 (16)

Hermitage, Maison Delas Marquis de la Tourette 2000 : Dernière bouteille de ce beau vin. Un nez séduisant de cassis mûr, poivre, note de viande, cuir un fond moka café classique Delas. La bouche est corpulente, pleine, avec des tanins soyeux qui encadrent une structure droite sur le fruit noir mûr, le poivre, le cuir et le moka, belle intensité et joli droiture. La finale présente une pointe fraicheur élégante, belle longueur de cassis mûr, poivre, moka et fond de cuir, viande roti. Excellent 92 (16,8)

Amicalement, Matthieu

mercredi 3 août 2011

Meursault et Gevrey au dîner

Bonjour à tous,

Dégusté l'un sur un bar de ligne, l'autre sur des tournedos, je vous laisse deviner quel vin, quel plat :-)

Meursault 1erC Les Cras Domaine Buisson Charles 2007 : Un nez fin de poire, d'amande, note tilleul, verveine presque mentholée, pointe beurrée et fond léger grillée brioche. La bouche est délicate, avec son attaque ronde assez musclé comme souvcent sur les Cras, mais avec un côté aérien et une matière au toucher gras sur une structure droite,élancée, poire, craie, amande, note tilleul et noisette. La finale est ronde, onctueuse mais éléguante, toujours ce coté enlévé, aérien, que je retouve sur les 2007 de Patrick et joli longueur de poire, craie, noisette, verveine. Beaucoup de plaisir Excellent 91 (16,5)

Gevrey Chambertin Les Etelois Rossignol Trapet 2006 : Un nez précis de groseille à maquereau, sureau, note de griotte, cerise burlat, pointe épicée badiane, anis, fond léger chocolat. La bouche est charpentée, pleine, tanin presque velours sur  une structure imposante, droite, assez majestueuse encore serrée sur la griotte, le sureau, la groseille maquereau, pointe réglissé zan. La finale est équilibreé très longue sur le fruit rouge et noir mûr, sureau, réglisse. De la pureté, de la noblesse. Très beau vin encore en phase d'évolution. TB-Excellent 90-92 (16-17)

Amicalement, Matthieu