Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 28 juin 2014

Que de bons vins dégustés depuis 3 semaines

Bonjour à tous,

Beaucoup d'activité ces derniers temps, même pas eu 5 minutes pour commenter quelques très jolis vins dégustés entre les superbes spectacles de fin d'année des enfants, les matches de la CM, les WE campagnards... Enfin un peu de calme et donc de volupté :

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2005 : Un nez typique de groseille, pointe maquereau, note ronce, fond fumé. La bouche est corpulente aux tanins soyeux, beaucoup d'énergie, tendue mais bien enrobée, large, de la puissance et de la finesse, sur la groseille, note ronce, bourgeon de cassis, fond fumé. La finale est fraiche, puissante, tonique avec une belle persistance de groseille, note ronce, groseille à maquereau et fond fumé. Un Chambolle à la Christian ! TB 89 (15,5)

Saint Emilion, Château Tertre Daugay 2005 : Un nez de fruit rouge mûr, note léger lacté de fraise, puis épice, vanille, fond boisé moka léger. La bouche est dense, tanins encore un peu sec et astringent, ample avec de la tension, de l'énergie, sur le fraise des bois, note lactée, pointes mûres, des épices, vanilles, fond moka léger. La finale est fraiche, encore sèche, belle persistance, gourmande de fruit rouge mûr, note sureau, mûres, pointe vanille, fond moka et fumé. Joli vin, encore strict et aux tanins rigides légèrement astringents voir secs. A attendre. TB 90 (16-16,5).

Sancerre, Mellot Generation XIX blanc 2007 : Nez très mûr, peu variétal, j'aurai dit chenin, pomme caramélisé, note miel, fond épice typé vanille. La bouche est large, matière soyeuse, puis tension et fraicheur bien enrobé, l'aspect variétal se fait plus jour, entre miel et pomme caramélisé, note de buis, fond épice vanille qui évolue vers pamplemousse, l'acacia. La finale est fraiche, belle persistance de fruit jaune mûr, miellé au départ puis amer, pamplemousse, épice vanille et fin de buis plus typique. Un vin étonnant pour son appellation, plutôt pas mal... TB 90 (16)

Chapelle Chambertin, Rossignol Trapet 2008 : Un nez séduisant, fin, de cassis, note réglisse, puis ronce, sous-bois, fond fumé classe. La bouche est tendue, matière peu dense mais soyeuse, enrobant juste la fraicheur, de la profondeur, sapide sur le fruit rouge groseille, framboise, puis épice, légère réglisse et surtout ronce sous bois, fond clase fumé. La finale est fraiche, bien enrobée, belle persistance de fruit rouge, ronce, bourgeon de cassis, note réglisse et fond fumé classe, un beau vin dans un millésime difficile. Excellent 93 (17)

Chambolle Musigy, Amiot Servelle Bas Doix 2008 : Un nez de framboise, note leger lacté fraise au lait, puis ronce, végétal bourgeon de cassis, fond léger fumé. La bouche est charnue, ample, large, tanins ronds, de la fraicheur, c'est clair, matière assez light, mais qui enrobe suffisamment, sur la framboise, note bourgeon de cassis, ronce, fond léger fumé. La finale est fraiche, tendue, framboise, groseille, note léger lacté, puis ronce, sureau et fond léger fumé. Joli vin dans le contexte du millésime, aromatiquement friand mais structurellement léger. B+ 87 (15)

Meursault, Henri Germain Limozin 2008 : Un nez classe, pure, précis, (pas de reduc pour une fois), poire, fruit blanc, note marquée aubépine, amande douce, pointe beurre frais, fond léger fumé grillé. La bouche est ronde, attaque superbe, équilibre entre matière soyeuse enrobant une jolie fraicheur, et profondeur, c'est rond, tonique, sur la poire, l'aubépine, l'amande douce, pointe noisette fraiche, fond léger fumé puis crayeux. La finale est fraiche mais bien équilibrée par la matière soyeuse, touche de gras et belle persistance de fruit blanc, d'amande, d'aubépine, fond léger fumé grillé et retour crayeux. Super pour un village ! Excellent 92 (16,5)


Saint-Estèphe, Château Lafont Rochet 2004 : Un nez entre 2 eaux, de fruit rouge mûr, note sureau, pruneaux, pointe fraiche poivron grillé, fond léger animal. La bouche est charpentée aux tanins ronds mais encore un peu saillants, droits avec une pointe de frais, un peu rustique, sur le fruit rouge mûr, note fruit noir, limite pruneaux, fond animal amande grillé. La finale est encore un peu sauvage, fraiche, de belle persistance, sur le fruit rouge et noir mûr, note poivron grillé, encre, fond léger animal amande grillé et fumé. Un vin intéressant assez sauvage, encore un peu brut, à attendre, pas très complexe mais avec une vrai personnalité. TB 90 (16)

Pinot Gris, Eichberg Ginglinger 2009 : Un nez assez discret d'orange confite, de coing, note florale, fond tourbé. La bouche est large, ample, matière rondelette, style demi-sec, sur le coing rôti, l'orange confite, pointe florale, fond léger tourbé. La finale est ronde qui reprend de la vivacité donnant de la tonicité sur le coing rôti, l'orange confite, note fleur d'oranger, fond léger tourbé. Bon vin dans son style. B+ 87 (15)

Vosne Romanée Domaine Rion 2008 : Un nez très séduisant, explosant de fruit rouge, framboise, groseille, puis sureau, cassis, note fraiche de ronce, fond fumé classe. La bouche est corpulente, ample, tanins soyeux, fond frais mais très bien enrobé (2008?), très sapide sur le fruit rouge, friand, groseille, framboise, puis ronce, sous-bois, fond classe fumé pointe réglisse. La finale est fraiche (2008!) tonique et très belle persistance de fruit rouge, framboise, groseille, puis ronce pointe réglisse, fond fumé. Décidément ces 2008 chez Rion sont superbes ! Une belle vinif ;-) Excellent 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu

dimanche 8 juin 2014

Quand j'associe profession et passion

Bonjour à tous,

Cette semaine, nous avions décidé de recevoir nos partenaires pour une journée consacrée aux usages des Réseaux Sociaux d'Entreprise basées sur des cas client "originaux" comme la gestion d'équipes commerciales mobiles, la gestion des incidents de la ligne TGV Est... Après une apm studieuse, nos partenaires méritaient bien un peu de détente, et j'avais proposé d'animer un atelier de dégustation. Masi quel thème pourrait intéresser autant les novices que les amateurs... Après réflexion, j'ai opté pour faire découvrir les accords Vins-Fromage ce qui semblait plaire à toute l'équipe Jamespot.


L'idée était de présenter les accords classiques de type gastronomie, montrer des associations régionales, de celles qui fonctionnent bien, comme celles que les puristes condamnent mais qui font le bonheur de la majorité !

Pour le choix des vins, j'ai récupéré quelques millésimes anciens pour certains accords et  pour le reste, j'ai pu trouver mon bonheur à la Cave à Montreuil mais ce fut juste. Je voulais certains vins et certains fromages et au final cela donna :

Accord 1 : Un classique régionale pour ouvrir le bal : Crottin de Chavignol - Sancerre.


Le vin, Sancerre, Henri Bourgeois La vigne blanche 2002 : Un nez typique, très séduisant sur le citron, le fruit blanc mais surtout le buis, note acacia, fond salin et un côté mentholé. La bouche est mûre à la matière suave, belle intensité, de la profondeur, de la tension superbement enrobée sur le citron, note de buis, d'acacia, fond salin, presque menthol. La finale est ronde, beaucoup de profondeur et très belle persistance de citron, de buis, d'acacia, fond salin, roche silex et toujours ce côté quasi menthol. Excellent 91 (16,5).
L'accord marche superbement sur l'opposition de structure car la matière suave enrobe le côté sec du Chavignol, la tension et la profondeur prolonge et donne de la finesse et de la suavité au fromage. Les aromatiques s'adoucissant à la confrontation pour apporter de la délicatesse à l'ensemble. Plutôt un accord en opposition de structure.

Accord 2 : Reblochon et Chardonnay bourguignon. Un accord que j'aime beaucoup basé sur une complémentarité de matière autour du gras.


Pour le vin, je voulais au départ un Macon, mais impossible à trouver, par contre, cette haute côte de Nuit de Meo Camuzet m'a vite attiré (je ne savais même pas que Meo Camuzet faisait du blanc...). Le vin :
Haute Côte de Nuits, Meo Camuzet Clos saint philibert 2011 : Un nez élégant après la pointe de réduction à l'ouverture, sur la poire, note aubépine, amande, fond grillé léger réduc. La bouche est ronde, belle structure, tendue, matière avec une touche de gras, sur la poire, note aubépine, pointe beurrée et fond grillé fumé. La finale est tendue mais bien enrobée par le gras, de l'équilibre, c'est classe et séduisant avec une belle persistance sur la poire, note aubépine, amande, noisette et fond pain grillé, l'aubépine. TB 89 (15,5).
L'accord marche bien, les gras du fromage et du vin s'accompagnant, la tension du vin dynamisant la bouche et les accords aromatiques tout en équivalence relance le côté boisé et floral du fromage, le coté beurrée gras du fromage étant anihilé par le vin. Beaucoup ont adoré cet accord !


Accord 3 : Epoisse - Nuits Saint Georges, un accord régional à l'encontre des experts pour illustrer le populaire vin rouge fromage. Il se trouve que le fromage est excellent et le vin, que j'ai choisi spécifiquement, est aussi très bon.

 
Nuits Saint Georges, Clos des Pôrets Saint Georges 1er Cru Henri Gouges 2011 : Un nez jeune, séduisant, de fruit rouge mûr, groseille, framboise, note de ronce, pointe bourgeon de cassis, fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, déjà "fondu" sur le fruit rouge, groseille, grenadine, pointe réglisse, et fond léger fumé. La finale est fraiche, bien équilibrée, sur le fruit rouge et noir ressort une pointe vanillée gourmande, fond ronce et fumé. TB+ 90+ (16+)
L'accord permet de présenter ce qui est considéré comme un non accord entre les tanins jeunes du vin et la structure lactée du fromage créant une accroche en bouche, logique, mais que beaucoup aime bien finalement. Pour autant, l'accord aromatique en totale opposition marche bien, le fruit rouge d'un côté, la terre, le champignon de l'autre. D'ailleurs combien de fois ai-je vu dans les diners avec des vignerons bourguignons , ceux-ci, boire leur vin avec une époisse ou un Ami du Chambertin !

Accord 4 : Le grand classique entre vin rouge et fromage : Saint Nectaire et vieux Bordeaux. Et quel Bordeaux, comme attendu, ce Grand Puy Lacoste a montré toute sa classe !



Pauillac, Château Grand Puy Lacoste 1996 : Un nez complexe, évolué, de cassis mûr, note de champignon sous-bois, puis graphite, pointe cuir, fond boite à cigare, tabac blond, fumé, la grande classe. La bouche est charpentée, fondue, puissante mais les tanins sont soyeux, de la finesse aussi dans ce profil profond, sur le cassis mûr, le champignon, le sous-bois, puis encre, graphite et fond boite a cigare, fumé. La finale est fraiche, tonique et propose une longue persistance de cassis, de fumé, boite à cigare, encre, graphite, fond champignon et sous-bois. Magnifique. Le grand Pauillac. Excellent+ 94 (17,5-18). L'accord est magnifique car les tanins fondus accompagnent le léger gras de la pâte, et les aromatiques terre, roche du fromage font écho au cuir, champignon sous-bois du vin, avec cette finale fumée, tabac, qui enrobe l'ensemble dans un long plaisir classe. Du bonheur !

Accord 5 : L'accord gastronomique par excellence, Roquefort-Sauternes. Un accord connu des amateurs mais que nombreux ignoraient, une découverte pour beaucoup !



Sauternes, Château Bastor-Lamontagne 2007 : Un joli nez déjà complexe, séduisant car fin, sur le coing confit, fruit jaune rôti, note miel fleur d'oranger, puis épice fond rôti. La bouche est ronde, belle matière taffetas, de la délicatesse, fond tendue, de l'acidité qui équilibre l'ensemble sur le fruit jaune mûr, coing confit, note orange confite, puis épicé, sur un fond rôti. La finale est ronde, gourmande, un sucre en juste équilibre, belle persistance de fruit confit, agrume, orange, note miel, épice de Noel et fond rôti. Excellent 92 (16,5).
L'accord est impérial comme toujours. Le vin adoucit le roquefort, les matières assez grasse et intense s'harmonise, l'acidité du vin dynamisant l'ensemble pou lui donner une persistance en bouche énorme ou l'agrume confit, le fruit rôti s'accorde aux champignons, noix, cèdre du fromage. Une découverte pour beaucoup qui ont adoré !

Au final, un exercice toujours passionnant, avec de très grand vin qui ont surpris (on boit pas tous les jours Grand Puy Lacoste 96) et qui fût très apprécié de nos amis partenaire et des équipes internes... Une réussite quoi !

Amicalement, Matthieu

dimanche 1 juin 2014

En mai, fait ce qu'il te plait

Bonjour,

Avec tous ces jours fériés du mois de mai, l'occasion fut belle d'ouvrir quelques jolis crus :

Chassagne Montrachet La Romanée Morey Coffinet 2008 : A l'ouverture, un nez opulent de fruit jaune mûr, de poire, note amandes grillées, fond encore marqué d'un boisé grillé toasté presque écoerant, plus harmonieux à 24H, plus classe. La bouche est large à l'attaque, ample, matière soyeuse qui enrobe une grande fraicheur, c'est tonique, sur le fruit blanc et jaune, la poire, note noisette, amandes grillées, pointe floral aubépine, fond toasté grillé puis fumé qui s'assagit à 24H. La finale est délicate, c'est aérien, frais avec une juste tension de poire, fruit jaune, note amande grillées, pointe craie, aubépine fond élevage grillé toasté et fumé. Le premier jour c'est assez baroque, le lendemain l'ensemble s'est affiné pour faire un excellent vin. Excellent 91-93 (16,5)

Madiran, Château Montus 2005 : Un nez discret mais dans un style capiteux, de cassis mûr,  note fraiche bourgeon de cassis, fond boisé vanillé gourmand. La bouche est robuste, grosse matière dense mais tanins soyeux, encore une pointe astringence, de la fraicheur, de l'énergie, sur le cassis mur, les note fraiche bourgeon de cassis puis boisé épice avec de la vanille, joli gourmandise. La finale est fraiche, tonique, sur le cassis mûr et son bourgeon, une persistance épice vanille, puis frais presque menthol et fond moka dans un ensemble séduisant. TB 89 (15,5)

Gevrey Chambertin, Clos Prieur Rossignol Trapet 2005 : Un nez très séduisant, classe, fruit rouge mûr, framboise, gelée de groseille, note gourmande de sureau, de réglisse, pointe fraiche de ronce qui pinote, fond léger fumé, liqueur de cassis. La bouche est ample à l'attaque, corpulente, aux tanins soyeux, dans une structure fraiche, vive, l'énergie des 2005, intense sur le fruit rouge mûr, framboise, groseille, note fraiche de ronce, pointe bourgeon cassis, puis réglisse, fond fumé léger. La finale est fraiche, tonique, gourmande et belle persistance de fruit rouge mûr, de ronce, de réglisse, fond fumé. Superbe ! et le pinot c'est trop bon ! Excellent 93-95 (17). Bu en parallèle du vin suivant :

Côte Rôtie, Domaine Jamet 2007 : Un nez typique de cassis, poivre, note violette marquée, fond bacon grillé. La bouche est ronde, ample, charpentée, tanins soyeux, précis, de l'équilibre, c'est superbe car il y a de la fraicheur, sur le cassis, le poivre, la violette, fond bacon grillé. La finale est tout en équilibre, entre densité, moelleux et fraicheur, belle persistance de cassis, poivre, violette, fond bacon grillé. Très beau parfaitement équilibré, pas de confit, de la fraicheur...Superbe aussi mais moins d'émotions en ce qui me concerne ! Excellent 93 (17)

Autre paire du même type lors d'un barbecue :

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2011 : Un nez expressif de confiserie, cerise mûre, fruit rouge, note grenadine, liqueur de cassis, fond fumé classe. La bouche est corpulente, large, délicate tanins soyeux, amples pas très dense mais bien équilibré entre fraicheur et rondeur, un style très friand, sur le fruit rouge mûr, framboise, cerise, note confiserie, pointe ronce fond moka léger. La finale est fraiche, tonqiue, pointe amer qui équilibre le côté confiserie, fruit rouge, pointe acidulée et fond moka fumé léger. Ces 2011 de Christian sont une vrai friandise ! Excellent 91 (16,5)

Côte-Rôtie, Domaine Bonnefond 2005 : Un nez discret mais séduisant, profond, de cassis, note violette, épice réglisse, pointe encre, fond fumé moka. La bouche est charpentée, profonde, de la fraicheur bien enrobée de tanins soyeux, encore un peu en retenue, sur le cassis, le sureau, la mûre, note réglisse pointe violette fond moka fumé. La finale est fraiche, tonique, séduisante, cassis, note violette fruit rouge, pointe acidulé, réglisse et fond moka fumé. Beau vin, profond mais plus austère, plus "intellectuel" que le Chambolle. TB 90 (16).

Amicalement, Matthieu