Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 30 janvier 2016

Vins dégustés dernièrement

Bonjour à tous,

Quelques bouteilles dégustées ces dernières semaines.

Volnay, Voillot Fremiets 2011 : Un nez séduisant de framboise, groseille, note de ronce, d'épice patchouli, fond amande et noyau. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, précis, fins, bien équilibrée entre fraicheur et matière, c'est friand sur la framboise, la groseille mûre, notre d'épice patchouli de ronce, fond amande et noyau. La finale est fraiche, précise, tonique et persistance intéressante de framboise, de groseille, note d'épice et fond noyau et amande. TB-Ex 91 (16,5)

Volnay, Voillot VV 2012 : Un nez friand, expressif, de cassis, cerise, note fraiche de ronce, puis épice, patchouli, fond noyau et léger fumé. La bouche est charnue, ample, large, soutenue par une jolie vivacité, c'est tonique, tanins soyeux pas très dense mais bien enrobant, c'est sapide sur la cerise, groseille, note ronce, pointe épice, fond noyau et léger fumé. La finale est fraiche, presque vive, tonique persistance honnête de fruit rouge groseille, note ronce, épice et fond noyau. TB 88 (15+)

Gigondas, Grand Romane 2003 : Un nez très fumé, fruit noir, mûre, note pruneaux, fond fumé tabac pointe d'encre/cuir. La bouche est charpentée, aux tanins fondus, soyeux mais un peu fluide sur la mûre, le fruit noir, note pruneaux, fond tabac encre/cuir et fumé, léger sucré. La finale est ronde, ample, un peu marqué alcool, puissante, sucré et persistance intéressante sur le fruit noir, la mûre, le pruneaux, note cacao chocolat et fond fumé tabac pointe puis cuir. B-TB 87 (15)

Margaux, Château d'Issan 2004 : Un nez avec un beau boisé classe à l'ouverture, puis cassis mûr, friand, note épice typé vanille, pointe fraiche poivron grillé, fond fumé classe. La bouche est charpentée, belle structure, marquée certes, mais élégante entre fraicheur et profondeur, tanins ronds, sur le cassis, la mûre, note épice typé vanille, pointe poivron grillé et fond fumé tabac très classe et très bien intégré, harmonieux. La finale est fraiche, séduisante, digeste, très belle persistance de cassis, mûre, note épice, poivron grillé, fond fumé tabac classe. Très joli vin que j'aurai placé plus à ST julien, TB-Excellent 91+ (16,5)

Saint-Emilion, Clos de l'Oratoire 2005 : Un nez gourmand, style moderne, fraise mûr, quasi tagada, note chupa chups vanille fraise, pointe équilibre végétale bourgeon cassis, fond fumé balsamique. La bouche est charpentée, large, belle tension qui dynamise le vin, tanins soyeux, c'est tonique sur le fruit rouge mûr, limite confit (sensation un peu sucré), note vanille chupa chups, pointe bourgeon cassis fraiche, fond fumé, balsamique (acidulé) réséda. La finale est fraiche, tonique, bien enrobée sur la fraise, léger confit, donc sucré, note végétale subtile typé amer ronce, bourgeon de cassis, fond un peu balsamique, réséda puis vanille et fumé. C'est très bon, gourmand dans un style travaillé sans tomber dans la caricature internationale, donc très agréable même si on a la sensation sucré, mais qui n'est pas le style que je préfère ! TB-Excellent 90+ 16+ Un vin qui plaira bien plus aux amateurs du genre.

Saint-Aubin, Langoureau En Remilly 2011 : Un nez fumé, grillé, limite écœurant sur le fruit blanc, note de noisette, fond amande grillé. La bouche est large, ample, gourmande, matière soyeuse souple, pas très dense, sur fruit blanc mûre, poire, note miel, amande, chèvrefeuille, citron, fond grillé fumé. La finale est acidulée, miel, note chèvrefeuille, fond amande grillé et fumé. B-TB 88 (15+). Un peu écœurant sur cette bouteille, les précédentes est plus équilibrées !

Pinot Gris, Ginglinger Eichberg 2009 : Un nez assez discret d'orange léger confit, note pamplemousse, cire d'abeille, fond ambré léger tourbé. La bouche est ronde, ample, grosse matière au toucher gras, type souple et tendre, limite molle avec un coté sucré (20gr ?) faisant très demi sec, sur l'orange confite, le pamplemousse pour la pointe amer, note cire d'abeille, pointe fleurie, fond léger tourbé. La finale est ample, ronde, tactilement velours et qui offre une très belle persistance d'orange confite, de pamplemousse, de fleur, fond léger tourbé. B-TB 88 (15+). Pour ceux qui aime les demi-secs, clairement.

Gewurztraminer, Agathe Bursin Zinnkoepflé VT 2006 : Un nez typique, confit, de litchi, de fruit exotique, note florale qui donne de la légèreté, fond léger cire d'abeille. La bouche est large, opulente, grosse matière au joli toucher, c'est gourmand, sucré sans être lourd, mais pas très complexe sur le litchi, le fruit exotique confit, note florale et fond épice poivre et cire d'abeille. La finale est ronde, un peu poussive quand même, persistance honnête de litchi, de fruit exotique confit, note épice légère et cire d'abeille. TB-Excellent 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu

dimanche 24 janvier 2016

Soirée Morey Saint Denis au DEP

Bonjour à tous,

Le thème avait été lancé il y a longtemps et le moment est enfin venue de s'attaquer à ce village Bourguigon, peut-être le moins connu, placé entre Chambolle et Gevrey ou l'on trouve quelques fameux vignerons (Lignier, Groffier...). En entrée, 2 rieslings ont été apportées.



Riesling, Kitterle Schlumberger 2010 : Une nez expressif, classe, de reine claude, note florale puis plus agrume pamplemousse, cédrat, fond cire d'abeille puis léger pétrole. La bouche est superbe, large à l'attaque, bien soutenue par la fraicheur, enrobé de matière suave, précise, c'est sapide sur la reine claude, note cédrat, citron, pointe silex mouillé, fond cire d'abeille, pétrole et léger tourbé. La finale est sèche, précise, cristalline, puissante avec une longue persistance de reine claude, cédrat, cire d'abeille, pétrole et tourbe. Excellent vin 93-94 (17+) Je positionne le vin sur un sol calcairo-gréseux et je le type grès (il ne fait ni calcaire, ni granite...). Stéphane vérifie, bingo ! Je suis pas peu fier, par contre je l'avais mis en 2005...

Riesling Boxler 2010 : Un nez gourmand de mandarine mûre, note orange puis miel fleur d'oranger, fond de roche. La bouche présente une grosse attaque, beaucoup de matière, ample, soutenu par une belle acidité parfaitement enrobée, sur le citron, la mandarine, note miel fleur d'oranger et fond silex, roche. La finale est fraiche avec une pointe saline, et offre une persistance intéressante de mandarine, miel fleur d'oranger et fond de roche. TB-Excellent 91 16,5. J'ai place ce vin en Brand ou Sommerberg, mais une fois de plus planté sur le millésime, j'étais en 2008.

Morey Saint Denis blanc Dujac 2008 : Un nez aux notes oxydées appuyées, sur le miel, l'orange, note caramel au lait et un fond de truffe blanche surprenant. La bouche est typé chardonnay, fruit blanc, noisette mais arrive vite les note oxydées se combinant à un élevage marquée mal intégrée donnant un mélange de caramel au lait et vanille écœurant, et ce fond de truffe blanche. La finale est franchement molle, pour un 2008..., bref un vin qui a pris un trop grand bol d'air ! Bof.


Morey Saint Denis Alain Jeanniard VV 2012 : Un nez de cerise, note épice patchouli, pointe de banane, surprenant, ça fait plus gamay que pinot. La bouche est corpulente, franche, tanins ronds, profil tendre, presque souple, sur la cerise, le patchouli, pas très complexe. La finale est ronde souple mais assez simple dans un esprit qui fait plus gamay (macération carbo ?, type de vinif ? Accident de bouteille ?). Surprenant AB 85 (14)

Morey Saint Denis, Hubert Lignier 2009 : Un nez friand de cerise, framboise, note épice réglisse, léger vanille, pointe de ronce, fond noyau et léger fumé , beau nez de pinot élégant. La bouche est ronde, corpulente, tanins soyeux, ample, c'est friand sur la framboise, la cerise noire, note épice et florale, pointe ronce fraiche, fond noyau et léger fumé. La finale est ronde, gourmande, belle empreinte tannique soyeuse, persistance intéressante de framboise, note épice réglisse, pointe ronce et fond fumé et noyau. Pas super complexe mais hyper gourmand élégant, très joli vin TB-Excellent 91 (16,5). Au final le Morey le plus intéressant de la soirée pour moi !

Clos Saint Denis, Castagnier 2006 : Un nez plus évolué de cassis, de cerise noire, note sous-bois, ronce, fond fumé et léger champignon. La bouche est charpentée, tanins un poil rigide encore saillant, sur la mûre, le fruit noir, note épice réglisse, fond sureau cacao début de champignon. La finale est fraiche, tendue, fait pas 2006, encore brut, sauvage, un peu dans tous les sens, persistance honnête fruit noir, épice, champignon, et fond fumé. Un vin entre 2 eaux, autant dans son aromatique que dans sa structure, avec du potentiel, peut être, mais pas gagné. TB-Excellent 89-91 (15,5) sur le coup.


Bonnes Mares, Castagnier 2006 : Un nez de fruit rouge, cerise puis plus noir, cassis, note encore élevage vanille puis épice girofle, pointe ronce, fond fumé sureau. La bouche est charpentée harmonieuse, beaux tanins soyeux, pas très dense, mais délicats, fins, sur la framboise, la mure, note épice girofle, fond sureau puis plus vanillé. La finale est encore un peu en dedans, empreinte un peu serré, et du coup un peu fluide pour un grand cru, avec une fraicheur surprenante mais très belle persistance de framboise, fruit rouge, note ronce puis plus marqué d'élevage moka vanille, fond sureau. Excellent 93 (17). C'est très bon mais il manque quelque chose pour donner la singularité...

Morey Saint Denis, Lignier Michelot Les Faconnières 2003 : Un nez fruit noir mûr, limite confit, note de réduction prégnante, pointe encre, puis épice réglisse, fond pruneaux. La bouche est corpulente, gourmande, un peu dissociée, sucrée, tanins fluides, sur le fruit noir, le pruneaux, note réglisse. La finale est un peu sèche, persistance honnête fruit noir mûr, réglisse, fond pruneaux. TB 88 (15+)

Clos Saint Denis, Castagnier 2006 : Un nez expressif de fruit noir, note de ronce puis élevage plus marqué boisé moka vanille, fond encre cuir champignon. La bouche est corpulente, pas très dense, tanins soyeux encore en dedans avec une petite sécheresse mais enrobant bien la fraicheur, c'est tendue sur le fruit noir, note épice réglisse, fond fumé encore marqué élevage. La finale est fraiche, tendue, fruit noir, note épice réglisse, fond fumé. Joli vin à la complexité en devenir, TB-Excellent 90-92 (16). Et la classique du même vin... Pas vu, pas même pensé. J'étais sur un 1er cru.

Morey Saint Denis, Arlaud Les Ruchots 2011 : Un nez fruit noir, note épice girofle classique des grands domaines nuiton pointe ronce fond fumé puis vanillé. La bouche est corpulente, tendre, tanins soyeux, fruit noir, note girofle marqué, fond boisé fumé. La finale est tendue, classique du grand domaine Nuiton, sur le fruit noir mûr, note épice girofle, fond boisé fumé. Grand classique Nuiton très marqué de son élevage qui pourrait être à Vosne ou ailleurs. bien fait. TB 89 (16)


Morey Saint Denis, Etienne Cosson Clos des Sorbets 2002 : Un nez évolué à point, fruit noir, note épice plutôt poivre, fond champignon sous bois puis moka fumé. La bouche est corpulente, bien soutenue par la fraicheur, tanins soyeux, c'est droit profond, sur le fruit noir, note kirch, champignon fond moka et fumé. La finale est fraiche, tendue, tonique, persistance intéressante de fruit noir, champignon, sous bois fond fumé moka. TB 90 (16). Classique Pinot de 2002 a point.

Morey Saint Denis, Lignier Michelot les Faconnières 2002 : Un nez de cassis, note d'encre, ouis épice fond plus animal que cuir. La bouche est charpentée, tanins soyeux, c'est puissant, gourmand sur le fruit noir mûr, pointe animale peu élégante, note épice réglisse, fond moka cuir. La finale est puissante fraiche persistance honnête fruit noir, note épice réglisse, toujours ce fond animal et fumé. TB 89 (15,5+). Un vin assez brut avec un coté animal (réduc ?) qui le rend presque rustique.

Pour finir, Fred arrivé très en retard, a apporté un Vosne Romanée Perrot Minot 2013 que je n'ai pas bien gouté, le trouvant assez plat au nez comme en bouche mais c'est la fin du repas, et je ne suis pas aussi concentré.

Au final, une soirée un peu décevante, ou le Bonne Marres reste le meilleur Morey, (je ne sais pas si cette parcelle est côté Morey ou Chambolle) et le Morey le plus intéressant est un village... Et le meilleur vin un Riesling ! Comme le dit Fabrice, c'est moche pour une soirée Morey ;-) !

Amicalement, Matthieu

dimanche 17 janvier 2016

Reprise d'une vie normale de dégustation

Bonjour à tous,

Ouf, ça va beaucoup mieux, j'ai retrouvé toutes mes sensations de dégustateurs ! Probablement dû à la conjonction d'une saturation après les fêtes et de quelques vins très fermés, il n'empeche que j'ai quand même eu peur... Du coup, quelques bouteilles ouvertes depuis.

Meursault Voillot Les Cras 2012 : Un nez très séduisant de fruit blanc, poire, note grillé légère, puis aubépine, chèvrefeuille, presque citron fond amande un peu torréfié et une pointe crayeuse. La bouche est large, ample, belle matière suave pointe de gras, bien soutenue par la fraicheur, sur la poire, le fruit blanc, note plus sésame que grillé, pointe citron acidulée, fond amande grillé et craie. La finale tout en équilibre est assez pure sur le fruit blanc, poire, note un peu acidulée, citron confit plus que chèvrefeuille, fond amande puis crayeux. Excellent 91-93 (16,5) Et bravo Jean Pierre, tes blancs impressionnent autant que tes rouges...

Bourgueil, Domaine Chevalerie Breteche 2009 : Un nez expressif de fruit noir mûr, note épice vanille, une pointe orgeat, fond entre poivron rouge grillé et presque cacao. La bouche est charpentée aux tanins soyeux , ample mais belle colonne vertébrale qui tient le vin droit, sur le cassis mur, note épice vanille, fond poivron rouge grillé, noyau, côté amande. La finale qui garde de la fraicheur offre une persistance intéressante de cassis, note épice fond poivron rouge grillée B 87 (15). J'aime bien les cabernets francs mûrs comme celui-ci et dans ce cas, ça change, ça fait du bien !

Morey Saint Denis, Lambrays Les Loups 2006 : Un nez discret mais séduisant de fruit rouge, framboise, belle note de girofle d'épice fond noyau et léger fumé. La bouche est corpulente, ronde, style souple et tendre, tanins soyeux pas très dense, sur la framboise, note épice clou girofle, pointe fleurie, fons noyau amande. La finale est ronde, pointe gourmandise, persistance honnête de framboise, note épice girofle et fond amande et noyau. Pas super expressif mais joli vin, très classique des grands domaines Nuitons. TB 90 (16)

Australie, Clare Valley, Kilikanoon Parable (Syrah) 2005 : Un nez gourmand, expressif, de cassis confit, de pruneaux, note mentholé, résineuse typé sirop d'érable, fons balsamique et fumé tabac. La bouche est charpentée, droite à l'attaque puis ample, tanins soyeux, velours, structure large, très sapide sur le cassis confit, sensation sucré gourmande bien balancé par l'amer, note mentholé, épice, sirop d'érable, pointe végétale (amer) qui équilibre, fond fumé tabac. La finale est ample, presque souple mais tient sur la matière, ça chauffe quand même un peu mais je ne sais par quel miracle ça reste équilibré (surtout a table, en dégustation pure, c'est Tres limite, too much, trop sucré et alcool), très belle persistance de cassis confit, de pruneaux, pointe amertume équilibrante, note épice, menthol, sirop d'érable et fond balsamique (une acidité sucré) et fumé tabac. C'est quand même très bon dans son style, même Sylvia a bien aimé (en mangeant seulement, le dernier verre après le repas l'a écœuré), belle accord surprenant sur un Pad Thai. Excellent 93 (17)

Volnay, Voillot Fremiets 2011 : Un nez séduisant de framboise, groseille, note de ronce, d'épice patchouli, fond amande et noyau. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, précis, fins, bien équilibré entre fraicheur et matière, c'est friand sur la framboise, la groseille mûre, notre d'épice patchouli, de ronce, fond amande et noyau. La finale est fraiche, précise, tonique et persistance intéressante de framboise, de groseille, note d'épice et fond noyau et amande. Un vin de Jean Pierre, sans fard, juste, ou l'on retrouve le côté tendre du millésime 2011 qui le rend très agréable. TB-Ex 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu

dimanche 10 janvier 2016

Docteur, je n'arrive plus a goûter !

Bonjour à tous,

Depuis les fêtes, j'ai ouvert quelques bouteilles et au delà des 2 bouchonnées !!!!, la plus part se sont avérées assez plates, sans gout ou plutôt sans complexité...

D'abord, des 2011 de Bourgogne qui n'exprimaient pas grand chose à l'ouverture, puis des Rhones, et même au bout de 24H les vins, bien que plus complexes, restaient renfrognés, des vieux Bordeaux aussi, bref ces 15 derniers jours, pas mal de bouteilles ne gouttaient pas comme d'habitude.

Je ne sentais que des gouts simples, un arome marqué et puis rien d'autre. Moi qui d'habitude décèle au delà des gouts primaires, de la complexité, des aromes secondaires, tertiaires, des gouts qui m'évoquent des compositions d'arômes... Là rien, et pourtant je ne suis pas malade, j'en suis venu à me questionner sur mes capacités. Aurais-je perdu mes sens gustatifs ?


Et vendredi pour le diner avec un camarade passionné amateur, j'ai ouvert 1H avant de passer à table, une Côte Rôtie de Cuilleron Terre Sombre 2005 que je connais bien, et un Margaux Durfort Vivens 83. A nouveau, sur le premier, pas grand chose, un côté animal réduc et du cassis, mais ou sont passés les note de poivres, d'épice, de violette, de bacon grillé, rien. Ni au nez, ni en bouche. Quant au Margaux, si la cerise kirchée jaillit du verre, le deuxieme nez se borne à un fond de cuir, classe certes mais c'est tout. Damned, c'est pas possible cette série, on est au delà de l'accident, du raisonnable, en 3 semaines, autant d'incidents, et si c'était moi...

Au moment de passer à table, je demande à cet ami neurologue, alors ? Il me dit poli, c'est bon mais difficile de dire d'où ça vient... Tu veux dire que le vin ne s'exprime pas ? Et là, enfin la délivrance ! Oui le vin ne parle pas. Ce n'est pas moi, c'est les vins ! Je lui fais part de mon désarroi ces derniers temps devant mon incapacité à goutter et enfin quelqu'un me rassure... D'autant plus qu'en temps que neurologue, il m'explique qu'à part les accidents de la face ou certaines maladies "graves", en dehors du classique rhume, il n'y a aucune raison de perdre son odorat. Ouf, et d'ailleurs, les vins vont finir par s'ouvrir un peu, en tout cas retrouver une structure classique de dégustation après quelques heures ! Alors voici mes CRs, que j'ai fini par écrire sur ces derniers vins goutés.

Cote Rotie, Cuilleron Terres Sombres 2005 : Un nez assez discret marqué de note animal œuf à l'ouverture puis après quelques heures, du cassis, note poivre légère, fond léger fumé. La bouche est corpulente, tanins ronds, un peu rigide, le grand creux passé, de timide aromes de cassis, note bacon et poivre et fond fumé. La finale est fraiche, cassis, poivre et fond fumé mais l'ensemble reste quand même peu expressif. B 87 (15) sur cette bouteille qui ne ressemble pas aux 3 autres déjà dégustées.

Margaux, Château Durfort Vivens 1983 : Un nez de cerise aux notes kirchées fond de cuir sous bois, léger tabac fumé. La bouche est ronde, ample, bien vaillante, jolis tanins fondus soyeux, sur la cerise, léger confit, note kirchée, fond de cuir classe et fumé tabac. La finale est ronde un peu souple, persistance honnête de cerise kirchées, note tabac, fond de cuir et fumé. TB 91 (16+)

Morey Saint Denis, Lambrays Les Loups 2006 : Un nez discret mais séduisant de fruit rouge, framboise, belle note de girofle d'épice fond noyau et léger fumé. La bouche est corpulente ronde, style souple et tendre, tanins soyeux pas très denses, sur la framboise, note épice typé clou de girofle, pointe fleurie, fond noyau et amande. La finale est ronde, pointe gourmandise persistance honnête de framboise, note épice girofle et fond amande et noyau. Pas super expressif mais joli. TB 90 (16)

D'autres vins dégustés en cette fin de vacance, certains ayant participés à cette angoisse naissante, les commentaires en sont imprégnés pour certains.

Châteauneuf du pape, Janasse 2000 : Un nez capiteux léger alcool quand même mais belle complexité de prune, pruneaux, note de figue, de cerise kirch, d'épice, pointe fumé classe, fond cacao et léger cuir. La bouche est ample, large, charpentée aux tanins ronds, pointe de gras, c'est puissant sur la prune, le pruneaux, note de cerise kirchée, épice typé réglisse, fond cacao chocolat et cuir. La finale est large, ample, puissante, marquée d'une pointe alcool, cerise kirchée puis persistance intéressante de fruit macéré, de pruneaux, note réglisse, épice, fond cacao puis cuir. TB-Ex 91 16+ pas trop sucré, un peu alcool quand même mais on garde de l'équilibre, belle intensité, très castelpapal et dernière des 12 bouteilles dégustées.

Marsannay, Bart Les Saint Jacques 2012 : Un nez jeune, expressif, de grenadine, framboise, groseille, fruit rouge mur, note de noyau cerise, fond réglisse et léger fumé. La bouche est corpulente, large, bien construite, tanins soyeux, c'est ample, sapide sur la groseille, la grenadine note un peu réglisse, fond noyau cerise. La finale est ronde bien équilibrée, tonique belle persistance de fruit rouge mûr, une pointe acidulée gourmande, fond noyau cerise, sureau et léger réglisse TB 88 (15)


Vouvray Foreau sec 2009 : Un nez séduisant de chenin mûr, coing confit, notes légèrement oxydées de safran, olive, assez séduisantes, pointe citron chèvrefeuille et fond de craie. La bouche est ample, belle matière suave qui s'appuie sur une jolie fraicheur, presque vif, sur le citron, le chèvrefeuille, le miel toujours cette pointe oxydée de safran, d'olive, fond de craie et de cire d'abeille. La finale est fraiche paradoxalement poire, fruit jaune, puis safran, et fond de roche. TB 88-90 (15)

Saint-Julien, Château Léoville Barton 1995 : Un nez étonnement discret, évolué, de cassis, note d'encre, de graphite, pointe cèdre, fond entre cuir, et fumé, bouche charpentée assez stricte droite profonde tanins ronds sur le cassis, note plus fraiche végétale bourgeon de cassis, puis l'encre, le graphite le cèdre, fond léger fumé, finale fraiche à l'empreinte tanique qui accroche encore un peu en dégustation pure, et assez fluide avec une persistance honnête de cassis, bourgeon de cassis, encre sur fond de cèdre et léger fumé. TB 89 15,5 Très bien sur le repas, l'astringence disparait et le cote fruit, sous bois, fumé ressort donnant un peu plus de présence.

Pauillac, Château Grand Puy Lacoste 1986 : Un nez évolué plus sur le champignon que le fruit, un peu trop marqué ou arrive les notes d'encre de graphite et fond de cuir trop marqué, pas d'une grand complexité. La bouche est charpentée, tanins fondus soyeux et structure droite et vive, tendue, mais ça manque d'enrobage et cela reste trop austère, et assez "simple" sur le cassis, note encre, graphite, fond de cuir salpêtre. La finale est équilibrée, fraiche et persistance de bon aloi mais austère d'encre de chine, de graphite ou surnage le cassis et fond de cuir mais pas celui de LVMH, celui qui n'a pas bien vieilli, trop animal. B 87 (15) formellement mais pas beaucoup de plaisir....

Saint-Joseph, Guigal Lieux Dit 2010 : Un nez ouvert encore jeune, séduisant, sur le cassis, note de poivre, épice vanille, pointe caramel sur un fond encore marqué de boisé grillé fumé classe. La bouche est corpulente, large, mais avec de la profondeur, tanins soyeux pas d'une grande densité mais fins, sur le cassis, la mûre, note épice poivre, pointe vanille et fond boisé classe grillé fumé. La finale est fraiche, bien équilibrée tonique et persistance intéressante de cassis, mûre, note épice vanille, poivre et fond fumé grillé. Encore bien marqué du bois mais classe et bien intégré. TB+ 91 (16+)

Gevrey Chambertin Rossignol Trapet Les Cherbaudes 2011 : Un nez assez discret de cassis, puis après quelques heures, plus rouge grenadine, note ronce pointe épice et fond noyau et fumé, mais cela reste assez discret. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, tendre, encore un peu fermé serré, sur le cassis, le noyau de cerise, note grenadine, épice fond noyau sureau et léger fumé. La finale est fraiche, bien équilibrée typé tendre, sur la grenadine, la groseille, note ronce sous bois, fond noyau cerise et fumé. Attendre ou sinon aérer longuement 4H au moins 90-92 (16-17) 16+ ce jour car se donne beaucoup mieux a table sur une belle volaille de Bresse.

Amicalement, Matthieu

vendredi 1 janvier 2016

Vins de Saint Sylvestre et de vacance

Bonjour à tous,

Bu à la Saint Sylvestre sur un salmis de pigeons, risotto aux champignons aromatisés truffe.

Meursault Buisson Charles Goutte d'Or 2005 : Un nez assez discret de fruit blanc, poire, pointe grillé réduc qui disparaît après 2H d'aération, puis de la fleur tilleul, fond  amande un peu frangipane et noisette fraiche, léger brioche. La bouche est ample, large, belle matière dense, pure, c'est tonique car bien structuré par la fraicheur, sur le fruit blanc, la poire, qui devient très pure au fur et à mesure de la dégustation mais qui du coup perd la complexité des notes de tilleul, de noisette fraiche et le fond beurrée léger puis un peu plus crayeux. La finale est ronde, ample, bien soutenue par la fraicheur qui offre une belle persistance de fruit blanc, poire William, devenant très prégnante, note tilleul, voir chèvrefeuille, fond amande et noisette. Excellent 93 (17) mais moins bien gouté que la précédente, moins complexe au fur et à mesure de l'aération, à l'inverse du suivant.

Chambertin Rossignol Trapet 2006 : Un nez encore discret (aérer 4H) de fruit, cerise, groseille, note réglisse puis plus fraiche, ronce, sous-bois, une pointe florale pivoine sur un fond fumé soupçon de cacao. La bouche est charpentée aux tanins soyeux, pas très dense certes, mais ample, aux tanins satinés, fins et délicats, sur la cerise, la groseille, note fraiche ronce, de sous bois, puis fleurie pivoine, épice entre patchouli et réglisse, fond léger fumé (la sapidité vient avec l'aération)... La finale est ronde, ample, fraiche, prend un peu de puissance (mais je sais que c'est un Chambertin sinon...), tout en offrant de la délicatesse et une belle empreinte tanique satinée sur la cerise, la groseille, note de sureau, de réglisse,  puis fraîche de ronce, sous bois et fond léger fumé, amande, noyau. Surtout si vous souhaitez en ouvrir une, faire une longue aération car le vin s'est gouté meilleure, bien plus sapide le lendemain midi. Donc A Attendre !!! Excellent 92-94 (17-18) 17 pour cette fois.

Et sinon durant les vacances :

Vougeot, Clerget Les petits Vougeot 2005 : Un nez séduisant, fin, de cerise noire, puis sureau, mûre, note framboise pointe épice et fond de cuir classe dans un profil profond. La bouche est corpulente, ample, large, tanins soyeux, puis c'est frais tonique, profil long et profond assez puissant sur la cerise, puis la groseille, framboise, pointe épice, note ronce et fond noyau de cerise et cuir classe. La finale est équilibrée, tonique, fine et précise, persistance intéressante sur le fruit acidulé, cerise, framboise, groseille, note sureau, épice et fond de cuir. TB-EX 91 (16,5). Commence à s'ouvrir dans un profil austère, profond et classe.

Volnay Voillot VV 2010 : Un nez frais, pinotant, expressif de cerise, de framboise, note ronce sur un fond sureau et léger noyau. La bouche est corpulente, large, ample aux tanins ronds, bel équilibre tonique, sur la cerise, la framboise, note ronce pointe épice, fond sureau et noyau de cerise. La finale est ronde, ample, persistance honnête de cerise, framboise, ronce et épice sur un fond sureau et noyau. TB 88 (15)



Vosne Romanée Rion 2010 : Un nez intéressant de fruit noir puis rouge, groseille, note marquée de rafle, de ronce, pointe sureau, amande, aubépine, fond fumé. La bouche est corpulente, large, aux tanins soyeux, doux, sur le fruit noir puis rouge, note amande et aubépine, puis plus végétal noble ronce, rafle sur un fond noyau cerise, et fumé. La finale équilibrée est droite, fraiche, persistance intéressante de fruit noir et rouge, toujours amande aubépine et fond sureau et noyau de cerise et léger fumé. A attendre que le vin s'épanouisse, TB-Excellent 89-91 (15,5)

Puligny Montrachet Girardin VV 2004 : Un nez expressif, ouvert, presque capiteux de fruit jaune et blanc, note réduc grillé un peu entêtante (très coche) qui s'atténuent à l'agitation, puis chèvrefeuille, citron meringuée pointe aubépine, fond beurre et fumé grillé. La bouche est ronde à l'attaque puis tendue, droite, bien dans mon image d'un puligny, de la profondeur, bien enrobée d'un touché légèrement gras, sur la tarte citron meringuée, le fruit jaune, note grillé marqué (réduc), fond amande grillé. La finale est fraiche presque puissante, gourmande, plus typé chassagne je trouve, avec une jolie persistance de fruit blanc et jaune, ce coté citron en mode tarte meringuée puis plus élégant chèvrefeuille, fond amande, macadamia, beurre et fumé. TB 89 (15,5) comme souvent avec cette maison dans un style classique Beaunois.

Minervois, Luc Lapeyre L'amourier Autrement 2013 : Un nez marqué "bio" sudiste, avec ce coté animal réduc mais fugace, sur le fruit noir, la mûre, le pruneaux sans lourdeur, note épice typé poivre et réglisse, pointe florale gracieuse violette, fond cacao friand. La bouche est droite en attaque puis plus ample, charpentée aux tanins ronds, sapide sur le fruit noir, le pruneaux, c'est assez gourmand et cela reste "frais" grâce aux notes florales et épices, fond de cacao/chocolat. La finale garde de la fraicheur, c'est plutôt puissant mais dans un juste équilibre sur le fruit noir, le pruneaux, note épice poivre, réglisse, pointe floral et fond cacao assez gourmand. Très bien fait, joli vin offert par mon beau père, Merci ! TB 88 (15). Je pense à assemblage syrah (à mon avis majoritaire), grenache et sans doute d'autres cépages.

Bandol, Tempier Migoua 2006 : Un nez discret mais élégant de cassis, note légèrement animal, puis épice réglisse, la plus classique orange sanguine, une pointe de garrigue, et un fond cacao chocolat. La bouche est charpentée, grosse structure, matière dense, tanins soyeux, encore un peu serré et en dedans, mais bien poli, sur le cassis, la mûre, note épice orange sanguine, réglisse, pointe animal fond cacao chocolat. La finale est ample, puissante, sur la structure, persistance honnête de cassis, orange sanguine, épice fond cacao. A attendre que le vin s'épanouisse, mais joli et loin d'être rustique. TB 89-91 (15,5-16,5)

Volnay, Cailleret Rebourgeon Mure 2013 : Un nez peu expressif bien sûr, sur la cerise, le cassis et son grain, note sureau, ronce, fond noyau, amande et fumé. La bouche est corpulente, ample, belle densité, pleine et droite, puissante, tanins soyeux à la belle structure encore bien jeune, sur la cerise et son noyau, note sureau, puis ronce, fond amande douce et fumé. La finale est puissante, fraiche, belle persistance de cerise noire, puis plus rouge, pointe acidulée, note sureau et ronce, fond amande douce et léger fumé. Excellent 91-93 (16-17)

Sancerre, Boulay 2014 : Un nez séduisant, typique de sauvignon sancerrois, sur le fruit jaune, le citron, note d'ananas, fond frais végétale mais mûr de buis, d'acacia. La bouche présente un gros volume, très fraiche, vive, tendue, matière mûre, dense qui enrobe dans un touché suave, sur le fruit jaune, le citron, pointe d'ananas et un fond végétal frais de buis, d'acacia, note roche typé calcaire. La finale est fraiche, bien enrobée, tonique, puissante, persistance intéressante de citron, fruit jaune, et le fond buis acacia. Pas très complexe mais matière bien mûr, dense et tonique dans une aromatique classique que j'apprécie beaucoup ! Attendre un peu que la puissance soit domptée, beau potentiel TB-Excellent 89-91 (15,5)

Amicalement, Matthieu

Ah j'ai oublié la liste des meilleurs vins dégustés dans le bilan 2015 !

Bonjour à tous,

J'ai oublié le détail des meilleurs vins dégustés en 2015, je le corrige. Bon évidemment, les vins dégustés lors de la Paulée de Meursault ont une place de choix, en volume mais à moment exceptionnel...... Je note aussi ceux qui m'ont impressionné même quand j'étais malade (en Bourgogne notamment) et comme, c'était les 10 ans de notre club de dégustation...Voici les vins notés 18 (95) et plus, et cette année, et il y en a beaucoup du coup, un record même, edit : je précise le contexte :

Musigny Prieur 2002 (97) Paulée
Châteauneuf du Pape, Henri Bonneau Réserve des Célestins 2000 (97) Dej Dep Mathieu
Montrachet Ramonet 2001 (96) Paulée
Chambolle Amoureuse Vogue 1990 (96) Paulée
Romanée Saint Vivant Hudelot Noellat 1989 (96) Paulée
Pommard Rugiens Gaunoux 1964 (96) Paulée
Clos de la Roche, Domaine Lignier Michelot 2002 (96) Dej Dep Mathieu
Richebourg Guy Leblanc 1966 (96) Dej Dep Mathieu
Saint-Estephe, Chateau Montrose 2003 (96) Soirée DEP
Riesling VT cuvée Théo Faller Domaine Weinbach 1988 (96) Vacance Colmar
Côte Rôtie, Guigal La Mouline 2005 (95+) Soirée 10ans Jamespot
Batard Montachet Leflaive 2001 (95) Paulée
Batard Montrachet Ramonet 2001 (95) Paulée
Clos Vougeot Dubois 1992 (95) Paulée
Riesling, Josmeyer Hengst Saemin 2005 (95) Soirée Noel
Riesling, Josmeyer Hengst Saemin 2008 (95) Soirée WE Bge
Musigny Prieur 1998 (95) Paulée
Latricières Rossignol Trapet 2003 (95 et 96) dégusté 2 fois dans la même soirée ! Soirée DEP
Chateau Palmer 1964 (95) Paulée
Chateau Leoville Las cases 1964 (95) Paulée
Tessin, Merlot Gran Risavier 2007 (95) soirée BC Paulée
Vega Sicilia Unico 95 (95)  Soirée WE Bge
Chapelle Chambertin Rossignol Trapet 2009 (95)  Soirée WE Bge
Pommard Pezerolles Voillot 69 (95)  Soirée WE Bge
Batard Montrachet, Domaine Morey Coffinet 2008 (95) Soirée 10ans Jamespot
Haut-Médoc, Château la Lagune 1989 (95) Dej Dep Mathieu
Volnay, Domaine Voillot Fremiets 1990 (95) Dej Dep Mathieu
Coteaux du Languedoc, Grange des Pères 2004 (95) Dej Dep Mathieu
Châteauneuf du pape, Domaine Pegau 98 (95) Vacance Colmar
Chambertin Clos Beze Bart 2008 (95) Vacance été
Chablis Clos Dauvissat 2002 (95) Soirée WE Bge
Cornas Geynale Allemand 2001 (95) Soirée WE Bge

A relire tous mes CRs, quelle belle année de dégustation ! Merci à mes camarades Serge, Mathieu, Jérome, Fabrice, Benoit, Frederic, Alex, Stéphane, etc...

Amicalement, Matthieu