Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 28 février 2016

Reprise des descentes hebdos

Bonjour à tous,

Les petits bonheurs, ou les petites interrogations de ces dernières semaines.

Nuits Saint Georges, Domaine Rion Vignes Rondes 2010 : Un nez peu expressif de fruit rouge, note ronce fond fumé. La bouche est charnue, droite, tanins ronds, c'est tendu, pas très dense, sur le fruit rouge, groseille, note ronce, sous bois, fond fumé. La finale est fraiche, profil amer, pointe acidulée, sur la groseille, note ronce et fond fumé. Franchement fermé aromatiquement cette fois, mais de l'équilibre dans une jolie structure. Le vin s'est visiblement refermé depuis mes premières dégustations (91 et 91 pour les 2 premières). Attendre B-TB 88-90 (15-16) 88 ce jour.

Châteauneuf, Domaine Saint Siffrein 2007 : Un nez séduisant, fin, de prune, de reine claude, note épice légère patchouli, puis figue, pointe garrigue fraiche sur fond gourmand cacao léger. La bouche est charpentée, aux tanins fins, précis, soyeux, ça reste droit, élégant, sur la prune, la prunelle, la reine claude, note épice légère, figue confite et fond de cacao léger. La finale est large, glycériné, pointe alcool kirchée, puissance maitrisée et belle persistance de prune, reine claude, note épice, figue confite et fond cacao. Un juste équilibre pour 2007, ça reste fin, bel ouvrage pas encore très complexe, mais très bon. TB- Excellent 91 (16,5)

Hermitage Guigal 2003 : Un nez encore jeune, peu expressif, de cassis, très pur par contre mais du coup "simple", note d'épice, poivre, pointe fraiche rafle/ronce, fond cacao fumé et début de cuir. La bouche est robuste, droite, tendue, profonde, beaux tanins fins, enrobants, soyeux, sur le cassis, note poivre, épice et fond cacao et cuir, profil amer limite, on sent un gros potentiel "possible". La finale est équilibrée, droite, profonde, presque fraiche, très belle persistance, mais profil très amer, y compris en mangeant, cassis mûr, épice poivre, fond cacao, fumé et cuir. Difficile de noté, sur l'instant 88 15, mais potentiel Excellent 90-93 (16,5-17,5) Par contre rien ne dit qu'il y arrive...

Meursault Buisson Charles Tessons 2011 : Un nez séduisant, pure, de poire william, note aubépine, amande douce, pointe beurrée, fond crayeux et sésame classe. La bouche est droite, ample, belle matière suave, bien tenue, sur la poire william pure, note aubépine, amande, fond craie et sésame. La finale est ronde avec une jolie fraicheur tonique et une belle persistance de poire, d'aubépine, d'amande et ce fond classe crayeux et sésame grillé. Excellent 91 (16,5). Sylvia adore ! Et quand je lis les critiques des vins de Patrick sur le web, j'avoue ne pas toujours comprendre l'interprétation qui en faite... ça fait pas Meursault ou c'est trop mûr... Moi, un vin "pure", droit, profond à la juste maturité (oui, il ne te dézingue pas les gencives et ne te brule pas la gorge tout en simulant le gras par un enrobage boisée, ...fût-il justement dosé...)

Amicalement, Matthieu





dimanche 21 février 2016

Un peu plus de bouteilles cette semaine

Bonjour à tous,

Après quelques semaines plus orientées bouchage (nasal) que débouchage (bouteille), le temps est revenu de se faire plaisir à table...

Chablis Droin 2014 : Un nez séduisant de fruit blanc, de citron, note de fougère, foin, pointe miel acacia, fond coquille d'huitre, salin typique. La bouche est tendue, profonde, vive, presque agressive puis la matière enrobe un peu cette fraicheur, c'est presque puissant sur le fruit blanc, note fougère, foin, pointe acacia, fond coquille d'huitre, silex. La finale est fraiche, vive, tendue, mieux à table du coup, puissant, persistance honnête de fruit blanc, fougère, foin fond coquille d'huite et ce côté salin TB 88 (15)

Meursault, Buisson Charles Charmes 2006 : bu vers 16°. Un nez séduisant fin, complexe, poire, note amande, frangipane puis plus pain de seigle, aubépine, fond oscillant entre craie et léger sésame grillé classe. La bouche est large ample, bien équilibrée, belle matière suave, pas grasse mais velouté, sapide sur la poire, note amande, sésame grillé puis plus aubépine, fond fumé craie. La finale est ronde, ample, bien structurée par la matière ce qui lui permet de rester tonique, sur la poire, l'amande puis l'aubépine fond très léger beurre frangipane mais surtout note classe sésame grillé. Impeccable pas une once d'oxydation pour ce très joli vin de Patrick. Excellent 92 (17). 3 bouteilles, toutes très belles, de la chance ?

Chambolle Musigny, Charmes Clerget 2006 : Un nez séduisant de fruit noir mûr, note épice patchouli pointe orange sanguine, fond de ronce, rafle, sous bois et léger cuir. La bouche est corpulente, large, assez dense, tanins soyeux, un peu serrés, très sapide sur le fruit rouge et noir mûr, note épice patchouli puis plus frais, ronce, sous bois et fond entre cacao et cuir. La finale qui s'impose, large, puissante presque alcool sur le fruit noir et rouge très mûr, presque sucré, note épice patchouli, kirch, puis plus pinotante, ronce, sous bois, fond léger de cacao, cuir. Un chambolle puissant, très sudiste dans l'esprit, à l'aveugle, dans la série des conneries, j'aurais pu dire Gigondas ou Chateauneuf :-) ! TB-Excellent 16,5 91 Et enfin un 1er cru de Clerget ouvert à 10 ans !

Chambolle Musigny, Amiot Servelle Bas Doix 2008 : Un nez expressif, pointu, groseille, note un peu marquée végétale ronce, tige verte, pointe épice plutôt baton que réglisse, fond fumé et amande. La bouche est charnue, large, tanins ronds à la maturité discutable, profil amer, on sent qu'il a fallu "travaillé", sapide sur la groseille, note végétale ronce, bourgeon cassis, pointe épice fond fumé et amande. La finale est fraiche, tonique, reste dans un équilibre de millésime "difficile" groseille, note épice plus poivre, fond fumé et amande. B-TB 87 (15). Bon un 2008 quoi ! Chez un vigneron respectueux, on a les scories du millésime à la maturité difficile. Ceci dit le coté franc, pas maquillé, authentique, rend le vin noble ! Bu ensuite mais sans note le Bourgogne Générique 2013, et là, super plaisir, beau vin franc, gourmand, à la complexité surprenante, TB 88 15+

Amicalement, Matthieu

dimanche 14 février 2016

Petite série cette semaine

Bonjour à tous,

Deux vins en CR, mais très beaux vins !

Vouvray, Foreau Clos Naudin 2010 : Un nez séduisant de fruit jaune, coing rôti, note de miel acacia, d'épice, puis plus citron fond de roche, calcaire. La bouche est droite, tendue, à la belle matière suave, profil long un peu austère mais profond, sapide sur la pomme grany, fruit plus blanc que jaune, note épice, miel, coing confit, touche fraiche végétale typé foin, fond de roche calcaire, savon. La finale est fraiche, tendue, profonde, justement enrobée, belle persistance de fruit blanc, poire, puis plus jaune, coing, note épice, puis plus florale, fond de roche calcaire, salivant, salin. TB-Excellent 91 (16,5) Très joli vin !

Margaux, Château Malescot Saint Exupéry 2005 : Un nez très séduisant qui commence à bien donner, sur un fruit pur, marqué cassis, mûre, note élevage classe d'épice typé vanille, un poil lacté quand même, pointe poivron rouge confit grillé donnant de la fraicheur, fond moka fumé tabac mais le tout, harmonieux, tonique bien intégré. La bouche est charpentée, voir robuste, belle concentration de tanins denses soyeux, c'est frais et tonique, de la profondeur, sur le cassis mûr, la mûre, note poivron rouge grillé séduisante, pointe épice moins vanille qu'au nez et fond fumé tabac classe. La finale est fraiche, tonique, profonde, empreinte tanique encore marquée un peu astringente en dégustation pure et très belle persistance de fruit noir, cassis, mûre, note entre poivron rouge grillé et encre/cuir, fond tabac fumé classe. Whaouh, le très beau RG bordelais, profond tonique, tonique élégant, classe. A mon avis peut devenir très grand. Excellent 94-96 (17,5-18,5) plus ?

Amicalement, Matthieu

dimanche 7 février 2016

Des diners et donc des vins !

Bonjour à tous,

Voici les derniers vins dégustés avant que le rhume m'impose la pause.

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet Cailleret 2010 : Un nez classe, élégant de poire, note classe noisette grillée, pointe sésame, fond amande fraiche, aubépine et craie. La bouche est droite, a la structure installée, longue, profonde, matière soyeuse, sur la poire, fruit blanc, note amande grillée, noisette, pointe sésame classe, et fond de craie. La finale tout en équilibre, est droite, puissante et très belle persistance de poire, fruit blanc, amade grillée, sésame et fond crayeux. C'est classe, droit, très Cailleret dans l'idée que je m'en fais, ne cherchant en rien la séduction mais exprimant sa nature tellurique, droite, profonde, dynamique vers cette belle finale. Ex 93 (17), ça c'est du vin "nature" ;-) !

Haut Medoc, Château Sociando Malet 2006 : Un nez encore un peu fermé de cassis, note lacté chupa chups fraise-vanille, fond fumé. La bouche est charpentée, droite, tanins ronds, profil amer, sur le cassis, note vanille et ce cote chupa chups fraise-Vanille, pointe poivron grillé, fond léger fumé, noyau. La finale est droite, légère astringence résiduelle, un peu rigide, persistance basique de cassis, vanille. Un vin entre 2 eaux, pour un millésime qui n'est le plus réussi que je connaisse. Bien+ 88 (15)

Riesling, Ginglinger Drei Exa 2013 : Un nez expressif, simple mais classe, séduisant, d'agrume mûr, note fruit macéré, de miel, fond ambré tourbé. La bouche est tendue, droite, bien enrobée, belle fraicheur qui rend cette bouche tonique sur l'agrume mûr, pomelos, note fruit confit, de miel, légère et classe fond tourbé roche. La finale est fraiche, tonique, d'agrume mûr, pomélos, note orange confite, miel, fond roche tourbé. TB 89 (15,5)

Givry, Masse Champs Lalot 2012 : Un nez comme j'adore, la quintessence du noble pinot, friand, sur le fruit rouge mûr puis noir, note ronce sous bois, puis épice, pointe vanille encore, fond fumé  toasté classe. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux de belle densité, joli fraicheur tonique, c'est friand sur le fruit rouge mûr, groseille, framboise puis plus noir, note ronce, sous bois, puis épice réglisse, encore petite pointe vanille fugace, fond fumé grillé. La finale est fraiche bien enrobée d'une superbe empreinte tannique, très belle persistance de fruit rouge mûr, framboise, groseille, note ronce, sous bois puis épice fond fumé. Superbe J'adore, expressif, beau complexe, friand, classe... Pas la complexité des très grands terroirs Nuiton ou beaunois, OK, mais quel beau vin Excellent 92-93 (17+)

Vouvray, Huet Clos du Bourg 1ere trie Moelleux 2006 : Un nez séduisant de coing, note orange confite, fruit rôti, fruit exotique, fond tourbé fumé classe. La bouche est ronde, suave, belle acidité qui équilibre cette matière dense, coing rôti, l'orange confite, le miel acacia, fond tourbé fumé. La finale est acidulée, bien équilibrée, tonique, belle persistance de fruit confit, coing rôti, d'orange pointe amer, fond tourbé. Excellent 92 (17)

Amicalement, Matthieu