Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 28 mars 2016

WE de Pâques gastro-oeno divers

Bonjour à tous,

Du classique gigot de 7H au gâteau polonais, des makis maison au bigos, du boudin au noix de Saint Jacques, un WE sous le signe de la diversité gastro-oenologique !

Tout d'abord pour le plaisir vendredi soir histoire de décompresser tranquille après une semaine agitée :

Marsannay, Domaine Bart Champs Salomon 2012 : Un nez séduisant de cassis mûr note d'élevage classe bois grillé, torréfié, légère vanille gourmande, allant vers les épices, pointe ronce, végétal tonique fond cacao fumé. La bouche est corpulente, pleine, aux tanins soyeux, équilibrée par un fond frais, profond, sur le cassis, puis plus rouge, groseille, framboise, note marquée élevage classe, grillé, torréfié, moka, puis épice pointe vanille, fond noyau, cacao et fumé. La finale est pleine, fraiche, tonique, belle empreinte tanique soyeuse, belle persistance de cassis, de note classe d'élevage grillé torréfié, pointe vanille, puis le coté frais, végétal, ronce, bourgeon cassis, fond cacao, noyau. Comme toujours, j'adore cette cuvée d'une justesse d'équilibre entre densité matière, qualité des tanins, profondeur... Excellent 91-93 (16,5-17)

Avec des Saint Jacques flambées et huile de truffe :

Meursault, Domaine Mikulski Les Genévrières 2011 : Un nez expressif, classe, de fruit blanc, poire, note légère grillé typé réduc mais classe, puis chèvrefeuille, citron, fond amande grillé,  macadamia, beurre frangipanne, et fumé/grillé. La bouche est large, précise, tendue, de la fraicheur, matière délicate, fine, aérienne (tout ce que j'attends des Genevrières), belle densité/concentration, sur la poire, le citron, note chèvrefeuille, amande grillé, fond crayeux. La finale est fraiche, tonique, acidulée du coup, longue persistance de poire, note grillé, amande torréfie, macadamia, fond crayeux et fumé. Excellent 93 (17) (92-94)

Pour l'apéro avec les copains avant l'agneau Pascal :

Sancerre, Gerard Boulay 2013 : Un nez classe, pure, séduisant de fruit blanc, pomme granny, puis citron belle note acacia, fleur blanche pointe buis, fond roche silex. La bouche est tendue, droite, belle matière suave qui enrobe, de la fraicheur acidulé, pomme au four, puis le citron, très chèvrefeuille, note acacia, buis, fond roche, très joli et belle évolution en 1 an. La finale est fraiche, bien enrobée, gourmande, acidulée, tonique, très belle persistance de pomme granny, de chèvrefeuille (citron confit, amande, pomme au four), sur un fond de roche. Excellent 91 (16,5) La meilleure des 3 bouteilles dégustées (belle évolution des bouteilles bues : 88, 90, 91)

Pour l'agneau de 7H, le classique :

Pauillac, Château Grand Puy Lacoste 2006 : Un nez classe, pas encore très complexe mais pure de cassis bien marqué, note graphite, cèdre, fond tabac, fumé. La bouche est belle, charpentée, à la  structure classique, bien équilibrée, précise aux tanins justes mûrs, ronds, de la profondeur, l'ensemble encore en dedans question séduction (ce côté austère 2006) mais là au moins il y a une promesse, idem aromatiquement, sur le cassis mûr, note graphite puis cèdre, fond fumé tabac. La finale est équilibrée, encore marquée de sa structure mais belle persistance, classe, élégante de cassis, note graphite, poivron rouge grillé et fond fumé tabac. A attendre mais il y a une promesse, mieux que d'autres RG 2006 bu précédemment 91-93 (16,5-17,5)

Hermitage, Delas Tourette 2006 : un nez opulent gourmand, limite baroque, cassis mûr, confit, note marqué balsamique, cacao, toasté, pointe réglisse, fond moka et léger cuir. La bouche est charpentée droite avec de la profondeur, enrobé de tanins soyeux, très structuré, style un peu rigide et très sapide sur le cassis mûr, un peu confit, note balsamique, réglisse, cacao, café, fond moka et cuir. La finale est ample, gourmande, confit acidulé de cassis, note moka, café, cacao, fond plus épicé réglisse, poivre enfin, et un joli vieux cuir classe. Dans son style, singulier, j'aime beaucoup, car le vin reste digeste, et en plus ça en jette, les invités sont subjugués... Excellent 92 (17)

Pour les gâteaux polonais : Sernic (type cheese cake), Charloteka (type strudel), Babka Swiateczna (baba sans rhum) :

Meursault, Buisson Charles Tessons 2008 : Un nez séducteur, classe, qui arrive à maturité, poire d'abord, puis plus évolué, fruit jaune rôti, note d'amande, d'aubépine, pointe sésame et fond champignon noble et fumé. La bouche présente une belle matière suave enrobant la fraicheur, c'est droit, plein, avec de la profondeur sur le fruit blanc et jaune mûr, note amande, d'aubépine, pointe sésame grillé et fond fumé et champignon classe. La finale est fraiche, tonique, presque puissante sur ce millésime tranchant mais bien enrobée, très belle persistance de fruit blanc et jaune mûr, un côté acidulé, note d'aubépine d'amande et fond fumé et champignon noble (cèpe, truffe). TB-Excellent 91 (16,5)

Enfin pour les makis et ses copains, sushi et sashimi, un vaucopin :

Chablis, Droin Vaucoupin 2014 : Un nez expressif, pointu, de citron, pomme granny, note fougère et foin, fond grillé (réduc?) puis roche coquille d'huitre. La bouche est droite, tendue, léger perlant, moyenne densité, très fraiche, voir vive, sur le citron, la pomme granny, note fougère, foin, pointe grillé, fond silex roche, coquille d'huitre. La finale est fraiche, vive, sur le citron, la pomme granny, note foin fougère fond fumé et coquille d'huitre. TB 88 (15). Très vif, un peu juste en maturité de mon impression. Mais les amateurs de minéralité s'éclateront dans leur commentaire

Amicalement, Matthieu

samedi 26 mars 2016

Des semaines chargées au boulot, une décompression bien méritée ;-)

Bonjour à tous,

Entre les AR pour RDVs clients, les conférences/tables rondes du salon Intranet&RéseauSocial, rien de tel que le calme et la méditation que procurent les grands vins :-) !

Et d'abord pour le Crunch, une spéciale dédicace à Patrick, qui traditionnellement ouvre un Châteauneuf pour donner un peu de puissance à notre pack, ils en auraient bien eu besoin cette année ;-)

Châteauneuf du pape, Domaine Charvin 2004 : Un nez séduisant, typique, fin et précis, sur la prune, la figue, note garrigue, d'olive noire, pointe épice réglisse, fond cacao. La bouche est charpentée, large, mais aux tanins soyeux, fins et précis, c'est structuré, sans excès, sur la prune, la prunelle, la figue, note épice réglisse, pointe garrigue, olive noire, fond cacao mais pas amer. La finale est structurée, tonique, ample à la belle empreinte soyeuse, très équilibré, sur la prune, la figue, note épice, garrigue, olive noire sur fond cacao chocolat. Excellent 93 (17). Moi qui n'ai pas toujours apprécié les vins de Charvin, là je m'incline...

Côte Rôtie, Cuilleron Terres Sombres 2007 : Un nez expressif, séduisant, de cassis, mûre, note violette puis poivre fond moka. La bouche est charpentée, large, avec de la puissance mais de la finesse, tanins soyeux, très sapide sur le cassis, la mûre, note marquée de violette, d'épice poivre qui donne de la fraicheur, une pointe acidulée gourmande, fond moka bien intégré. La finale est puissante, fraiche, très légère pointe alcool et très belle persistance de cassis mûr, note poivre, violette, fond moka. Une très jolie Cote Rôtie, comme souvent, sans l'excès du millésime et qui régalera sur les 10 ans prochains sans soucis. Excellent 93 (17-17,5)

Pomerol, Château Beauregard 2000 : Très joli nez de fruit noir puis rouge, mûr, un léger côté lacté chupa chups fraise, belles notes épicées typées élevage légèrement vanillées, pointe fleurie fraiche sur un fond délicatement grillé, un ensemble "moderne" mais équilibré et gourmand. La bouche est charpentée, ample, tanins soyeux, de la structrure, presque de la fraicheur aussi (?!), pointe amertume, très sapide sur le fruit rouge mûr, petit coté lacté gourmand, note épice vanillée puis note plus graphite, encre, un peu marqué (sylvia les sent plus que moi et les trouve plus animal), fond fumé tabac. La finale est fraiche (surprenant ?) mais pas métallique, un poil amer mais gourmande puis tres belle persistance de fruit rouge mûr, bien fruité, pointe lacté seulement, note épice puis tabac blond, cuir, encre et fond fumé classe. Excellent car frais, gourmand, moderne certes, mais très bien fait. Excellent 93 (17)

Macon Pierreclos Guffens Chavigne 2011 : Un nez séduisant de fruit blanc, poire, note pralin, chèvrefeuille, amande, fond léger crayeux. La bouche est ronde, ample, matière soyeuse, sexy au toucher gras, dans une structure droite qui tient la bouche, sapide sur le fruit blanc, le chèvrefeuille, l'amande, note d'élevage classe, pralin, noisette grillé, fond de roche, craie. La finale est ronde, sexy mais tonique, belle persistance de fruit blanc, de pralin, de chevrefeuille, d'amande grillé, sur un fond de craie. TB-Excellent comme d'hab si je puis dire TB 90 (16)

Riesling, Mélanie Pfister, Engelberg 2010 : Bouteille offerte par StefW (merci). Un nez expressif, pure, d'agrume mûr, note reine claude, mirabelle, de cédrat, pointe cire d'abeille, fond léger tourbé. La bouche présente un léger perlant, dans profil amer, large, matière un peu moins concentré sur cette bouteille, mais bien soutenue par la structure et la fraicheur, sur le pamplemousse, note cédrats, cire d'abeille, fond tourbé salin classe. La finale est ronde, fraiche, un poil fluide, profil amer, mais très belle persistance sur le pamplemousse, la cire d'abeille, le cédrat, fond tourbé classe Excellent 93 (17), et c'est bien long quand même ! Belle bouteille à nouveau (C'est la 3eme dans 3 contextes différents, et j'aime toujours autant) J'ai bien fait d'en acheter chez un caviste à Riquewihr à qui il en restait quelques unes... Merci l'ami.

Amicalement, Matthieu

dimanche 20 mars 2016

Quelques jolis vins dégustés ces derniers temps

Bonjour à tous,

Dégustés lors des derniers diners.

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet En Remilly 2010 : Un nez très séduisant de poire william, pure, note d'amande grillé, de chevrefeuille, fond léger beurrée brioche et fumé. La bouche est ronde, charnue, belle fraicheur qui tend le vin, matière suave, c'est droit, gourmand, élégant, sur la poire, le fruit blanc, note amande grillé, puis chèvrefeuille, fond fumé brioche grillé. La finale est ronde, super équilibrée,, tonique et belle persistance de poire, de fruit blanc, d'amande, de brioche grillé, fond fumé TB-Excellent 91 (16,5)

Riesling, Eichberg Ginglinger 2007 : Un nez séduisant, classe, avec un beau début d'évolution, reine claude, raisin de Corinthe, note pamplemousse, kumquat, pointe cire d'abeille, fond terpénique, pétrole et tourbé. La bouche est rondeà l' attaque, grosse matière ample au toucher gras, bien soutenu par l'acidité, évoluant acidulée, sur la reine claude, kumquat confit, note pamplemousse mure, puis cire d'abeille et fond terpénique pétrole et fumé. La finale est ronde, bien équilibrée entre matière et acidulée (légers sucres 10 gr je dirai) offrant une belle persistance de reine claude, d'agrume confit, note cire d'abeille, fond pétrole et tourbé. Excellent 93 (17) mais encore beaucoup de potentiel.

Gevrey Chambertin, Les Evocelles Lucien Boillot 2010 : Un nez très séduisant de fruit rouge mûr, framboise, groseille, note épice réglisse, puis sureau fond léger fumé. La bouche est corpulente, assez structurée, ample, large à l'attaque, belle fraicheur sous jacente qui tend le vin et le rend puissant, avec des tanins fins, précis, soyeux sur la groseille, la framboise, note épice réglisse, mais florale aussi, puis ronce, fond sureau et léger fumé. La finale est équilibrée avec une petite fraicheur, puissante et dynamique, sur la groseille, la ronce, note réglisse et fond sureau et léger fumé. TB-Excellent 90-91(16-16,5)

Saint Estephe, Château Les Ormes de Pez 1998 : Un nez marqué animal Œuf, un peu écrasant, ou subsiste du cassis, note épice diffuse et fond léger fumé. La bouche est charpentée, droite, tanin rond, assez carré, sur le cassis, pointe acidulé fraiche, note épice réglisse et léger fond fumé, pas très complexe. La finale est fraiche, pas une rigidité très marqué pour un 98, sur le cassis, note épice réglisse, pointe poivron rouge grillé et fond fumé. Pas très complexe aromatique mais structure réussi. B+ 86 (14,5)
Le temps n'a pas servi cette dernière des 10 bouteilles notées depuis 2004... (86 - 90 - 88 - 86 - 86 - 88 - 86 - 88 - 86)

Graves, Clos Floridène 2001 : Un nez avec une pointe oxydation mais pas désagréable, sur pamplemousse, note de buis, d'acacia, pointe caramel légère et fond tourbé fumé. La bouche est un peu plus marqué par l'oxydation à l'attaque avec le caramel au lait, mais qui s'estompe, belle structure droite, tendue bien enrobée par la matière, c'est précis, sur le pamplemousse, la pomme granny, le citron, note buis, acacia, fond tourbé. La finale est fraiche, tonique, toujours cette légère oxydation mais qui laisse place au pamplemousse, buis, acacia, fond tourbé TB 88 (15)

Pomerol, Château Beauregard 2006 : Un nez expressif de fruit noir et rouge, fond marqué assez animal viande fraiche, pointe fraiche végétal bourgeon cassis, note légère épice élevage vanille et fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins ronds précis sur le fruit rouge car un côté acidulé, note légère bourgeon cassis fraiche qui donne un côté digeste, fond animal viande puis plus fumé pointe vanille. La finale est fraiche, toujours ce coté végétal, tanins sensibles, persistance honnête de fruit rouge et noir, toujours ce coté végétal, ronce, bourgeon de cassis, fond animal et léger fumé Juste TB 88 (15+).

Gigondas, Guigal 2011 : Un nez séduisant de cerise noire, cassis, note léger kirch, note de prune, pointe épice réglisse, fond cacao et fumé. La bouche est charpentée large tanins soyeux, c'est ample, pas très dense, de la tenue avec une pointe fraicheur, sapide sur la cerise noire, la prune, note kirchée puis épice réglisse, fond cacao, léger moka. La finale est fraiche, tonique, pas énormément de fond (2011) mais séduisant chauffe un poil, sur la cerise noire, la mûre, note kirchée, épice réglisse et fond cacao, moka et léger fumé. TB 88 15 très bon dans la limite du millésime.

Amicalement, Matthieu


dimanche 13 mars 2016

Une belle occasion, un bon diner dégustation

Bonjour à tous,

Le séjour des amis alsaciens Stephane & Mary à Montreuil nous a permis de faire un bon diner dégustation ! Voici le line Up du diner :


Par ordre d'apparition pour accompagner : une salade fenouil, orange, crevette ; Du filet mignon et un rizotto champignon ; Panacotta fruit rouge.

Riesling Schlumberger Kessler 2005 : Un nez superbe, expressif, de cédrat, reine claude, note pierre chaude, silex, puis chèvrefeuille, datte, fond terpénique léger pétrole. La bouche est droite, aérienne, matière suave, c'est tendue, sec mais mur, pas très dense sur la reine claude, mais surtout le cédrat, le chèvrefeuille, note datte, de pierre chaude, fond léger pétrole. La finale est fraiche, équilibrée, longue persistance avec une pointe gourmandise confit, agrume, datte, cédrat, pierre chaude fond terpénique Excellent 92 (17) Le vin est à son top, l'ensemble offre un profil tendre manque un peu de gnaque, de puissance et de finesse mais je crois que c'est assez caractéristique des sols gréseux. En tout cas Stéphane, a été très fort, à peine le nez au dessus du verre, il s'écrit : Schlumberger... Bravo ! car stéphane connaissant beaucoup des Rieslings de ma cave, j'avais sorti une "surprise".

Saint Emilion, Château Soutard 1988 : Un nez marqué d'une note d'encre, trop profonde pour être honnete (bouchon), quel dommage car le cassis, le tabac, pointe de cèpe, de cuir sur le fond fumé sont tops.., Bouche charpentée, profonde aux tanins soyeux, est d'une grande classe, mais à nouveau la pointe encre virant aigre gâche le cassis, les note épices, le cèpe le cuir qui laisse deviner une grande classe. La finale est fraiche tonique avec une pointe de fraîcheur tonique, qui donne un coté acidulé très plaisant nonobstant cette pointe bouchon qui devient obsédante... Grrr Sans ce bouchon léger 93-95 sans doute...

Cote rotie, Rostaing Landonne 2006 : Un nez séduisant, expressif, classe, de cassis mûr, note de poivre, de violette, pointe viande/bacon et fond moka puis fumé tabac. La bouche est corpulente, ample, mais qui garde de la profondeur, tanins fins délicats précis sur le cassis, note de poivre Sichuan, puis violette, pointe viande/bacon fond léger moka. La finale est fraiche, intense, belle persistance de fruit rouge puis cassis, poivre, pointe violette, fond bacon animal fumé moka. Excellent 17,5 (94)

Chambolle-Musigny, Amiot Servelle, Amoureuses 2006 : Un nez assez discret mais élégant, fruit rouge, framboise, note sureau, puis ronce, sous-bois, pointe réglissée, fond amande léger fumé. La bouche est corpulente, large, tanins fins et soyeux, bien soutenu par une structure délicate, c'est long et profond mais peu expressif sur la cerise griotte, la framboise, note réglisse presque mentholé puis ronce et sous bois, fond amande. La finale est ronde, tonique, très équilibrée, charmeuse, persistance honnête de cerise griotte, de framboise, note réglisse, léger menthol, fond amande. TB-Ex 91-92 (16,5) mais ça reste un peu fermé et aromatiquement en dedans presque austère... S'ouvrira-t'il un jour ?

Saint-Julien, Château Leoville Poyferre 1978 : Un nez marqué de son âge entre cerise kirchée, cuir, note d'encre, de poivron rouge et fond fumé, champignon, sous bois. La bouche est charpentée, droite, tanins fondus, soyeux de belle densité, c'est profond, sur le cassis, note poivron rouge grillé, puis encre, fond fumé tabac évoluant cuir. La finale est fraiche, tonique, encore bien présente, assez belle d'ailleurs sur le cassis, poivron rouge grillé pointe encre, fond cuir puis plus tabac et fumé. Excellent 93 (17)

Merci à Stéphane et Mary de n'avoir rien dit sur la cuisine car ce soir là, j'étais pas au top ;-) !

Amicalement, Matthieu

dimanche 6 mars 2016

Du bouchon et de belles choses

Bonjour à tous,

Cette semaine un constat, les bouteilles achetées aux enchères sont quand même plus fréquemment bouchonnées ou oxydées, que celle achetées au domaine et patiemment attendues...

Riesling, Ginglinger Drei Exa 2014 : Un nez gracieux, fin, expressif, agrume typé citron vert, note florale marquée, classe, acacia, fleur d'oranger, fond de roche, silex, pointe terpénique. La bouche est droite, puissante, belle matière dense, c'est tendue, vif, droit, de la profondeur, encore jeune, fruit blanc, citron vert, note florale, acacia, puis plus cire d'abeille, fond de roche silex. La finale est tendue à l'empreinte presque tanique, mais fine et précise, belle persistance d'agrume, citron vert, noisette, note florale acacia, puis terpénique, fond de roche un peu plus calcaire. TB-Excellent 89-91 (15,5+)

Macon Pierreclos Guffens Chavigne 2013 : Un nez fin, séduisant, de fruit blanc mûr, poire juteuse, note élégante d'amande grillé, d'aubépine, fond léger craie et fumé classe. La bouche est ample, large, puis belle tension, matière suave au beau toucher sexy, sapide sur le fruit blanc, la poire, un coté acidulé citronné, note d'amande, de craie, fond léger fumé grillé. La finale est fraiche tendue, qui s'affine, persistance intéressante de fruit blanc mûr, poire, un peu plus marqué élevage popcorn caramel léger, grillé, brioche, fond craie et fumé. TB 89-91 (15,5+)


Meursault Bouchard 2001 : Un nez oxydée de curry olive caramel au lait, bouche bien construite tendue fine élégante mais à l'oxydation marquée poire, puis curry, olive verte, caramel au lait, finale fraiche persistance honnête toujours sur ces mêmes aromes. Pour les amateurs du genre...





Chassagne Montrachet, Morey Coffinet Blanchot dessus 2011 : Un nez très jeune marqué de son élevage, capiteux, poire, fruit blanc, note de miel, un poil écœurante, fond de beurre, de brioche grillé et léger popcorn caramélisé. La bouche est large, ample, grosse matière au toucher gras bien soutenue par la fraicheur/structure, sur le fruit jaune et blanc mûr, note beurre, de brioche grillé, d'amande grillé, fond un peu popcorn caramel et fumé. La finale est ample, puissante, imposante presque huileuse sur le fruit blanc et jaune, note plus amande grillé, (un peu écoerant) et fond grillé fumé popcorn caramel. Sur cette bouteille Bien 87 mais potentiel TB-Ex 89-91 voir plus si l'élevage se fond car too much pour moi dans cette phase ou sur cette bouteille.

Pommard, Lescure Vignots 2002 : Première bouchonnée, grrr.... 2eme :  Un nez évolué de fruit noir, note marqué végétal sous bois, de ronce, fond moka et cuir. La bouche est corpulente, droite, tanins ronds, fraicheur, sur le fruit noir mûre, myrtille, note ronce, sous bois, végétale, fond moka léger et surtout cuir. La finale est fraiche, tendue, pinotante avec une persistance honnête de fruit noir, ronce, sous bois et fond cuir et léger moka. B-TB 88 (15)

Gevrey Chambertin, Lucien Boillot 2009 : Un nez très marqué de fruit rouge, groseille, note réglisse, pointe ronce fraiche fond fumé. La bouche est corpulente, large, tanins ronds, c'est friand sur le fruit rouge, groseille, note ronce fraiche, puis épice réglisse, fond plus amer cacao et fumé. La finale qui montre une fraicheur surprenante, acidulée, sur le fruit rouge, groseille, note ronce, végétale (!), fond épice réglisse, légère amertume cacao. TB 88 (15)


Cote Rotie Guigal B&B 2006 : Après 24H, un nez expressif de cassis mûr, fruit noir, pointe pruneaux, note réglisse, poivre, fond chocolat, fumé et pointe vanillée. La bouche est charpentée, assez carrée, tanins soyeux, dans une structure marquée, sur le cassis mûr, note réglisse, poivre, fond fumé mais aussi chocolat. La finale reprend de la finesse et de la fraicheur, belle persistance de cassis mûr, de réglisse, de poivre et fond plus cacao et fumé. TB-Excellent 91-93 (16,5)


Amicalement, Matthieu