Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 23 avril 2016

L'armoire est bientôt vide, dernières quilles avant ré-appro

Bonjour à tous,

Voici les dernières bouteilles dégustées, le fond de l'armoire presque !

Montlouis, Domaine Taille au Loup Remus Plus 2010 : Un nez très séduisant de fruit blanc, d'orgeat, note de cire, de miel parfumé acacia, fond fumé ambré pointe crayeuse. La bouche est droite, à la matière suave, mûr, belle fraicheur bien enrobée qui tend le vin, sur le fruit blanc, l'orgeat, note de miel acacia, de cire d'abeille fond ambré tourbé léger fumé et crayeux. La finale est fraiche, fine, précise, pointe de puissance, belle persistance de fruit blanc, orgeat, note miel, résine, fond tourbé fumé et crayeux. Excellent 92 (17)

Riesling Ginglinger Drei Exa 2014 : Un nez expressif, fin, séducteur, d'agrume mûr, d'orange sanguine, note fleur d'oranger, reine claude, pointe confit gourmande puis fond amande douce, évoluant vers le tellurique, la roche, la craie. La bouche est droite, fine, tendue, matière suave, c'est profond, tonique, délicat mais puissant sur l'orange mûr, puis reine claude mirabelle, note fleur d'oranger, cire d'abeille, fond entre amande douce et ce côté tellurique qui ressort, roche craie. La finale tendue est bien équilibrée entre vivacité, puissance, et offre une belle persistance d'agrume, orange, puis plus amer pamplemousse, note fleur d'oranger, cire d'abeille, fond de roche de craie plus marqué. TB-Excellent 91 (16+)

Pessac Léognan, Chateau Malartic Lagravière 2005 : Un nez typique que j'aime beaucoup, framboise puis note d'élevage pas tout a fait fondu encore, vanillée, pointe fraiche bourgeon de cassis, fond fumé classe. La bouche est charpentée, droite, tanins soyeux, précis, mais encore un peu en retrait, c'est profond, frais, tonique, sapide très friand, sur la framboise, note épicée légèrement vanillée, pointe fraiche bourgeon de cassis, fond fumé classe. La finale est fraiche, tonique, précise, bien dessinée avec de la profondeur et une très belle persistance de framboise, fruit rouge, c'est friand, note élevage d'épice puis plus nature réglisse, fond classe fumé grillé. Excellent 92-94 encore un peu  en dedans mais très beau potentiel (17-18)

Pessac Léognan, Château Haut Bailly 2006 : Un nez séduisant bien qu'amer en premier nez, puis fruit noir et rouge, note florale, épice, pointe lacté fraise, fond fumé rôti, grillé très classe. La bouche est charpentée, ample, tanins soyeux précis, grosse structure et profondeur plus que fraicheur, profil amer en attaque, qui s'adoucit sur le fruit noir cassis, mûr, note épice réglisse, pointe fraiche florale, fond fumé grillé gourmand, très classe. La finale commence à se fondre, fraicheur bienvenue, qui affine, c'est droit, profond, presque puissant, et offre une belle persistance de fruit rouge, puis épice, fruit plus noir, floral, fond fumé grillé classe. Très agréablement surpris une fois l'amertume passée, joli vin entre puissance et finesse. Bien meilleur que lors de la 1ere dégustation, jeune, qui m'avait un peu déçu. Excellent 91-93 (17)

Pommard, Domaine Voillot Pézerolles 2008 : Un nez superbe, de fruit rouge, framboise, fraise des bois, note d'épice patchouli, réglisse, pointe ronce, fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, délicate, tanins soyeux, de la fraicheur bien sûr, qui tend le vin, qui donne de la profondeur, mais bien enrobée meme si c'est vif, bien sûr, tonique, sur le fruit rouge, framboise, groseille, pointe acidulée, note épice réglisse, bâton de réglisse, ronce, fond léger fumé. La finale est fraiche, fine, délicate tonique, vive certes mais très friande, très belle persistance de fruit rouge, framboise, groseille, toujours ces supers notes épicées, réglisse, patchouli et ce fond légèrement fumé. Whaouh pour un 2008, c'est superbe, vif, frais bien sûr, mais quelle expression, quelle sapidité, c'est friand et ça appelle à se resservir. Le pommard délicat (@serge cette fois dans tous les sens du terme) dans toute sa splendeur ! 93-94 (17-17,5+)

Margaux, Chateau Brane Cantenac 2000 : Un nez classe, séduisant, de cassis, note poivron rouge grillé, pointe animal/cuir, fond tabac blond fumé. La bouche est charpentée, tanins bien mûrs et soyeux, c'est fin et délicat, ample, gourmand, sur le cassis mûr, poivron rouge grillé, pointe bourgeon cassis fraiche, fond fumé, tabac blond. La finale reste fraiche, mais belle empreinte soyeuse, c'est très équilibrée, belle persistance de cassis, mures, note poivron rouge grillé, champignon, pointe bourgeon cassis, fond fumé tabac et léger cuir. Excellent 93 (17+)

Crozes Hermitage, Domaine Combier Clos des Grives 2009 : Un nez séducteur, une fois la très légère réduction disparue, sur le fruit noir, cassis mûr, très belles notes de violette, pointe poivre, puis de réglisse, fond moka léger, gourmand. La bouche est charpentée, précise, aux tanins soyeux, très sapide sur le cassis, la violette, note de poivre, de réglisse, fond moka. La finale est ample, presque puissante, précise, bien soutenu par la structure, très belle persistance gourmande de fruit noir léger confit, note violette, puis poivre fond moka. Excellent 92-94 16,5-17,5 (17)

Amicalement, Matthieu

dimanche 10 avril 2016

L'armoire se vidant, on attaque le lourd

Bonjour à tous,

Alors, les récentes jolies bouteilles de ces dernières semaines, l'asperge revient, on commencera donc avec l'excellent Muscat sec de Michel !

Muscat, Domaine Ginglinger Cuvée Caroline 2013 : Un nez séduisant, fin, aromatique de fleur jaune, note de fruit exotique, passion, goyave, pointe cire d'abeille, fond frais lait amande douce. La bouche est ronde, voluptueuse mais tenue, à la matière précise, fine, sur une assise droite, fraiche, très séduisante, sur le fruit de la passion, puis la fleur d'oranger, note de bergamote, fond amande douce et pointe saline. La finale est ronde mais tonique, belle persistance de fruit passion, de fleur d'oranger, quelque nobles amers, fond amandes douces et cote salin. Très équilibré, séduisant, une vrai belle bouteille ! TB-Ex 16+

Madiran, Chateau Montus 2006 : Un nez séduisant de cassis mûr, pointe fraiche bourgeon de cassis, note vanille séduisante, fond fumé. La bouche est charpentée, tanins soyeux, structuré, puissant mais gardant de l'élégance car de la profondeur, sur le cassis mûr, note vanille, épice, fond moka fumé. La finale est fraiche, tonique, puissante, persistance honnête de cassis, vanille, épice, note bourgeon de cassis fraiche, fond moka et fumé. TB 90 (16)


Sancerre, Vincent Pinard Nuances 2013 : Un nez très séduisant, tout en nuance :-), de citron, d'agrume mûr, belle note de sauvignon fraiche, buis, bourgeon de cassis, faisant presque menthol, fond silex, pierre, un coté tellurique. La bouche est droite, fine, tendue, ciselée, cristal à la matière ronde, sur le citron, l'agrume, note de buis, bourgeon de cassis, florale acacia, fond de roche, pierre. La finale est fraiche, tendue, bien enrobée et belle persistance de fruit blanc, citron, note buis, acacia, bourgeon de cassis, fond de pierre. Comme d'hab, j'adore la vision du sancerre par Clément. TB-Excellent 91 (16,5)

Crozes Hermitage, Combier Clos des Grives 2006 : Un nez expressif de cassis mûr, note animal/cuir s'harmonisant à l'aération avec le poivre, la réglisse, sur un fond moka et balsamique. La bouche est charpentée, tramée, aux tanins soyeux, plutôt profonde et droite, sur le cassis mûr, léger confit gourmand, les notes réglisse, poivre, pointe animal cuir et fond moka. La finale est fraiche donnant une persistance acidulée de cassis, léger confit, note réglisse poivre, fond moka et animal cuir. Excellent 92 (16,5+)

Chassagne-Montrachet, Morey Coffinet 2013 : Un nez friand, classe, tout ce que j'aime, sur les fruits blancs, la poire, note chevrefeuille, une pointe mentholé fugace, fond amande douce, d'aubépine, distingué, fin et léger fumé. La bouche est droite, au port altier, belle matière ronde, suave, de la profondeur, de l'élégance, sur la poire, fruit blanc, puis plus citronné, chèvrefeuille typique, note léger grillé fumé, fond amande, d'aubépine, puis de craie. La finale est fraiche, tonique, pointe acidulée gourmande, fruit blanc, chèvrefeuille, note d'aubépine, d'amande, fond de craie et pointe fumé. TB 90+ (16+) Très bon comme d'habitude, et ce cru en 13 est particulièrement réussi de mon point de vue (déjà le Bourgogne générique 13 était magnifique)

Vosne Romanée, Rion Les Chaumes 2005 : Un nez séduisant, de fruit noir mûr, note d'amande fraiche, puis ronce, sous-bois, fond cacao et fumé. La bouche est corpulente, tanins soyeux, amples, avec le manque de définition classique des chaumes mais bien rattrapé par la fraicheur/tonicité des 2005, sur le fruit noir, note fraiche de ronce, de sous bois puis amande, fond cacao et fumé. La finale est fraiche, tonique (2005) à l'empreinte tanique un peu flou (les chaumes) mais une belle persistance de fruit noir, note ronce, sous bois, fons amande, fumé cacao. TB-Excellent 91 (16,5) Le meilleur Chaumes dégusté, merci 2005 qui gomme l'habituel côté flou et un peu pataud de ce 1er Cru.

Et pour finir, magnifique bouteille après la déception d'un premier exemplaire légèrement bouchonné :

Saint-Emilion, Chateau Soutard 1988 : Un nez superbe, encore très fruit, cassis, cerise noire, puis plus rouge framboise, fraise, note tabac blond, graphite, pointe de cuir, fond fumé classe. La bouche est charpentée, droite, profonde, puis des tanins soyeux viennent enrobés la fraicheur, sur le fruit rouge et noir mûr, note tabac, puis plus acidulée, donnant une légère sensation  de confit, gourmand, épicée, pointe encre/cuir et fond fumé. La finale est fraiche, tonique, bien enrobée par une empreinte tanique soyeuse, belle persistance de fruit rouge et noir, pointe confit gourmande, note épice pot pourri, réglisse, puis tabac blond sur un fond fumé avec une pointe encre/cuir classe. Excellent 94 (17,5). J'ai lu sur Fb quelqu'un qui écrivait sur Soutard qu'avant les proprio actuels, le terroir n'était pas magnifié... François a du avoir les oreilles qui chauffent... Et moi je me demande ce que cette personne entend par vin de terroir, car s'il y a bien un vin de terroir, de caractère, c'est bien cet archi classique Soutard 88... Et si quelqu'un a bien travaillé dans le sens du terroir à Saint-Emilion, c'est bien François de Ligneris.

Amicalement, Matthieu

samedi 2 avril 2016

Le DEP re-re-re...revisite Volnay

Bonjour à tous,

Si le thème de la soirée Volnay PC en est à sa 63eme édition, au moins, cette soirée a fait l'objet d'un grand changement, le restaurant !!! Cette fois c'est à la Roca dans le 17eme que nous nous sommes retrouvé autour d'une cuisine bien travaillée, bonne, surtout mon entrée basée sur l'amertume (avec endive et crème de cresson). Et les vins dégustés en aveugle :



Vin 0 : Oxydée dommage pour ce Brand 2005 de l'Oriel

Vin 1 : Un nez très appétant de chardonay marqué d'une réduction qui ne trompe personne, a commencer par Serge qui s'écrit : C'est Germain ça ! Après aération apparaisse la poire, le fruit blanc, note frangipane, pointe miel et fond grillé. La bouche de moyenne concentration est bien pure, droite, précise, sur la poire, pointe de miel, note réduc grillé puis plus aubépine, frangipane sur un fond fumé. La finale est un poil souple, indiquant qu'il doit s'agir d'un village et d'une longueur correcte sans plus. TB 89 (15,5). Je pense à Limozin d'un millésime moyen genre 06. Il s'agit d'un Meursault, Germain Chevalières 2007

Vin 2 : Un nez avec une pointe animale qui disparaît à l'aération, oscillant entre reine-claude et fruit exotique au départ, note fenouil sur un fond quasi pétrolant. La bouche est droite, bien construite, joli matière suave de belle concentration, à l'aromatique évoluant du fruit exotique vers le buis, le végétal noble, mais aux note fenouil, presque anisée, sur un fond de cire d'abeille, voir pétrole. La finale est droite, presque fraiche, précise mais la persistance est un peu courte et évolue vers le végétal. TB 88 (15) à l'ouverture, mais au fur et à mesure de la soirée le vin s'est ouvert et j'irai plutôt sur 90 (16). Au départ le côté exotique et tendu m'a emmené vers le manseng mais les notes végétales typé buis, m'ont fait monter vers un sauvignon Bordelais sans trop d'élevage genre Carbonieux d'une 10aine d'années. Tout bon :-) que cette Palette, Chateau Simone 2007

Vin 3 : Un nez bonbon anglais, d'épice, de cerise, note lactée fraise d'élevage, pointe alcool. La bouche est charpentée, de la structure et de jolis tanins soyeux, c'est sucré, gourmand, en attaque puis arrive une grosse acidité, sur la cerise un peu confite, les épices, bonbon anglais, patchouli, note élevage lacté. La finale est fraiche donnant un côté acidulée à une persistance intéressante de cerise mûre, de bonbon anglais, sur un fond un peu fumé, encore un peu coincé cette finale. TB 89 (15,5) que ce Volnay Taillepieds D'Angerville 2011

Vin 4 : Un nez de cerise mûr, note épice, réglissée puis ronce sur un fond fumé classe. la bouche est corpulente large, pleine, beaux tanins soyeux mais de faible densité, beaucoup de fraicheur qui tend la bouche et donne de la profondeur mais la matière l'enrobe bien, sur la groseille, la cerise, note ronce et réglisse et fond fumé. la finale est fraiche mais la pointe amer signe un millésime sans doute difficile, sur le fruit rouge, groseille, note ronce et réglisse, et fond fumé. TB 90 (15,5-16) Pas une grosse concentration, une acidité évidente, mais un équilibre bien préservé, tout le monde part sur un 2008 "réussi", et je suis plutôt sur un genre Frémiet. Volnay Champans Voillot 2008.



Vin 5 : Un nez de cerise mûre, note épice marqué réglisse, patchouli, pointe confite gourmande, fond cacao et fumé. La bouche est corpulente, gourmande, tanins soyeux amples, puis c'est droit, profond, presque puissant, sur la cerise mûre, les épices, fond moka et fumé. La finale est précise, droite, puissante et offre une belle persistance de fruit rouge mûr, pointe amertume classe, note épice, patchouli, réglisse, fond moka et léger cuir. Excellent 91 16,5. Alex a très vite annoncé Santenots de BC, bravo car il connaît moins que certains à cette table qui ont du gouter plus de 10 millésimes de cette cuvée... D'autres évoquent un Cote Rotie pirate... Patrick, je ne sais pas si ça te fait plaisir :-) Volnay Santenots Buisson Charles 2006

Vin 6 : Un nez kirchée, aux notes d'épice pot pourri, patchouli, fond d'amande. La bouche est corpulente, large, tanins ronds, ça part un peu dans tous les sens, entre la tension, la structure, la matière... sur la cerise kirchée, les épice pot pourris, et ce fond d'amande grillé. La finale reprend de la fraicheur, et de la droiture, mais finit court. B+ 87 (15) que ce Volnay Santenots Esmonin 2006.

Vin 7 : Un nez animal/fourrure à l'ouverture qui s'estompe un peu pour laisser place à la cerise mûre, note réglisse, pointe encre, fond fumé, c'est sérieux. La bouche est corpulente, puissante, tanins soyeux et imposants, gourmand, fruit confit, note réglisse, fond fumé. La finale est serrée, fraiche, puissante à la persistance honnête, de fruit noir mûr, réglisse et fond fumé. TB 89 (15,5) que ce Volnay Santenots Nicolas Rossignol 2002.


Vin 8 : Un nez de choux à l'ouverture qui assez vite laisse place au cassis, framboise, note réglisse, sur un fond typique moka. La bouche est charpentée, belle matière précise, tanins soyeux, dense, c'est gourmand, acidulée car on sent une belle acidité sous jacente mais qui se fait plus saillante en fin de bouche, sur le fruit noir mûr, note réglisse, pointe sous-bois fond moka et fumé; La finale est fraiche, élégante au départ, mais se fait vive, très (trop) marquée par l'acidité dans une belle persistance de fruit noir acidulé du coup, de réglisse, de sous bois et fond fumé et moka. Un vin difficile à noter, car l'acidité s'est faite plus mordante au fur et à mesure. Au départ j'étais sur 93-94 (17-17,5) mais je me demande si la matière pourra enrober cette acidité dans le temps. Une fois su qu'il s'agit d'un Volnay Champans de Voillot 2002, on peut se dire que ça devrait le faire mais, c'est pas joué !

Vin 9 : Un nez a nouveau sur le choux à l'ouverture, puis cerise noire, note épice puis champignon, fond fumé. La bouche est droite, profonde dès l'attaque avant que n'arrive de superbes tanins veloutés, sur le fruit noir acidulé, réglisse, note champignon, sous bois, pointe encre un peu austère,et fond moka léger, fumé. La finale est fraiche, voir vive, précise, puissante, droite comme un i, sur le fruit noir, note confit, puis belle persistance de champignon, de moka, pointe entre cuir et encre un peu austère. On part tous sur 99, et la finale fait très Santenots. Excellent 93 (17+)que ce Volnay Santenots Comte Lafon 99. Intéressant car la bouteille remise au frais est revenue avec une acidité moins marquée mais du coup les tanins étaient moins veloutés.

Au final une soirée très plaisante mais sans grande émotion non plus... Peut-être un jour racine car généralement quand y'a du JP, y'a de l'émotion, du sentiment...

Amicalement, Matthieu