Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 31 décembre 2017

Les vins de Noel, c'est chouette

Bonjour à tous,

Plusieurs repas de Noel, comme il se doit, et donc plein de bouteilles à ouvrir ! Youpi...
En commençant par :

Meursault, Germain Poruzots 2012 : Un nez classe à la discrete réduc grillée bien intégrée, sur le fruit jaune mûr, note légèrement beurrée, gourmande, de brioche dorée, puis chèvrefeuille/tarte citron, fond aubépine/amande. La bouche est ronde, ample à l'attaque, bien structurée par une matière d'une intéressante concentration, droite, soyeuse, sur le fruit jaune, notes chèvrefeuille, tarte citron meringuée, la pointe fine de réduc grillé, fond amande, plus crayeux. La finale est ronde et fraiche, tonique, persistance intéressante de fruit jaune, la fine réduc grillée, la tarte citron, l'aubépine et le fond amande, craie assez marquée, profil léger amer. Excellent 91+ (16,5+)

Saint-Julien, Château Léoville Barton 1995 : Un nez séduisant, très classe, un côté "aristo" sur le cassis mûr, puis plus gelée de fruit rouge, note de cuir, puis d'encens, des épices, kirchées légers, pointe poivron rouge grillé, fond tabac et fumé. La bouche est charpentée, droite, élégante, tanins fins et soyeux, pas très denses, c'est frais, droit, belle structure élégante, sur le cassis mûr, la cerise confite, note épice patchouli, puis plus cuir, fond tabac et fumé, moins complexe qu'au nez, mais toujours très classe. La finale, un poil fluide (manque de volume), reste droite et élégante, sur la cerise, pointe kirchée, puis casis, note cuir, puis épice patchouli, fond tabac et fumé Excellent 92 (17). Peut-être la plus belles bues jusqu'ici pour ce vin qui ne m'avait jamais emballé.

Hermitage Remizières Emilie 2009 : Un nez très séduisant, de cassis mûr, note entre viande grillé et cuir puis épice fraiche presque menthe/encens, fond moka et fumé. La bouche est charpentée, droite, presque profonde, en longueur, tanins soyeux mais pas très denses, sur la gelée de cassis mais équilibré par les notes épices quasi menthe, pointe plus bacon grillé, fond moka et fumé. La finale est puissante, gardant de la fraicheur, belle persistance de cassis, de menthe, fond moka et fumé. Excellent 92 (17)

Voilà pour ce premier diner, de jolis vins qui ont séduit les convives en accompagnant rôti de biche, et fromage.

Pour le réveillon et surtout, le déjeuner de Noel, et fêter le retour de mon grand de son semestre asiatique, j'ouvre quelques belles étiquettes.


Quelques unes ont été commencées le soir du réveillon en petit comité et finit le lendemain midi.


Meursault, Mikulski Genévrières 2012 : Un nez de chèvrefeuille, tarte citron meringuée, avec de fines et légères notes grillées réduc, puis plus beurrée, brioche, et au réchauffement épice, fond amande, craie et pointe sésame classe. La bouche est large, ample à l'attaque, belle matière soyeuse, délicate, fine et précise, avec ce côté apesanteur que j'aime tant dans ce cru, puis de la tension, sur le fruit blanc et jaune, note chèvrefeuille, tarte citron, note légèrement beurrée, brioche grillée, fond amande, craie et cette pointe sésame. La finale est fraiche, bien enrobée, belle persistance sur le citron, la meringue, donc le chèvrefeuille, note brioche grillée, fine réduc grillée, fond de craie, d'amande, et sésame. Excellent 93 (17)

Saint-Emilion, Chateau Larcis Ducasse 2004 : Un nez intense, hyper séduisant, de fruit rouge mûr, framboise, grenadine, notes encore un poil boisées, épice vanille, bien intégrées, pointe fraiche cèdre presque eucalyptus, fond fumé et tabac. La bouche est charpentée, droite, pleine, beaux tanins veloutés, redoutablement gourmands, pour autant, la structure reste droite, fraiche, sur la framboise, la grenadine, note épice légèrement vanille, puis cèdre, menthol, fond tabac et fumé classe. La finale est fraiche, pleine, belle empreinte tannique, belle intensité, et longue persistance de framboise, puis plus fruit noir, note épice plus réglisse meme si légère vanille, pointe cèdre, menthol, fond fumé et tabac classe. Whaouh, effectivement la réussite de ce millésime 2004 est bien confirmée en ce qui me concerne, cette 2eme bouteille encore meilleure que la première ! Excellent 94 (17,5)

Côte Rôtie, Guigal Mouline 2007 : Un nez explosif à l'ouverture, mais fin, délicat, cassis mûr, note poivre voir camphre, eucalyptus, fond moka, fumé, c'est estomaquant... puis après 10H d'aération, plus classe, moins baroque, toujours le poivre marqué, note viande roti, bacon grillé, pointe violette, fond moka et fumé, super bien intégré mais plus sage. La bouche est charpentée, large, aux tanins velours, fins et précis, hyper séduisants, sur le cassis mûr, note de poivre, puis plus eucalyptus, frais, pointe vanille, fond fumé, moka et viande roti, c'est délicat, plein, plutôt sophistiqué mais tellement sexy. La finale est fraiche, qui tapisse le palais façon queue de paon, et très longue persistance de cassis, poivre, menthol, pointe violette et fond moka fumé, viande roti. Superbe, quelle délicatesse, quelle onctuosité, quelle évidence même si c'est sophistiqué. Exceptionnel 98 (19) même si au bout de 12H, la finale perd de sa puissance. Idéalement à boire dans les 3-6 heures d'ouvertures selon que le boisé vous gène.


Sauternes, Chateau Lafaurie Peyraguey 2007 : Un nez de fruit rôti, coing, pêche, note pain d'épice, sirop d'orgeat, fond d'agrume confit, et de cire d'abeille. La bouche est large, ample, bien soutenue par la fraicheur, matière onctueuse mais fine, sur le coing, la pêche rôtie, note pain d'épice, miel fleur d'oranger, fond d'agrume confit et cire d'abeille. La finale est ronde, pas trp sucré car bien soutenue par la fraicheur et belle persistance de fruit confit/rôti, d'agrume, d'épice typé pain d'épice, et fond cire d'abeille. Excellent 92+ (16,5+) avec un potentiel d'amélioration évident.

Et maintenant on prépare la Saint Sylvestre :-)

Amicalement, Matthieu