Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 28 janvier 2018

Du stock a descendre

Bonjour à tous,

En ce début d'année, pas mal de CR en stock de vins dégustés lors de nos diners.

Macon Pierreclos, Guffens Heynen Chavigne 2012 : Un nez expressif de fruit jaune mûr, belles notes grillées bien intégrées, sur le beurre, la brioche, pointe chèvrefeuille tarte citron fond fumé, sésame grillé. La bouche est corpulente, droite, jolie tension, belle matière, fine précise, au touche plutôt taffetas que gras, sur le fruit jaune mûr, note grillé, beurre, brioche, puis chèvrefeuille, tarte citron fond fumé sésame classe. La finale est fraiche, tonique, ample sur le fruit jaune mûr, le grillé, le beurre, la brioche, le chèvrefeuille plus marqué (tarte citron meringuée) fond sésame classe. Excellent 91-92 (16,5+)

Marsannay, Bart Champs Salomon 2014 : Un nez séduisant de cerise, de grenadine, note épice girofle, pointe ronce fond fumé. La bouche est corpulente, large, pleine, de la matière, de la tension, tanins soyeux belle densité, sur la cerise, la grenadine, note girofle fond fumé. La finale est fraiche, puissante et belle persistance de grenadine, de cerise, girofle pointe ronce et fond fumé. Excellent 91-93 (16,5)



Côte Rôtie, Cuilleron Terres Sombres 2006 : Un nez fin, séduisant, de cassis mur, note épice poivre élégante, puis cuir légère pointe animal, fond moka et balsamique. La bouche est corpulente, assise sur une jolie fraicheur, tonique, tanins soyeux et amples pas super concentrés, mais l'ensemble est sapide sur le cassis avec un côté acidulé, note épice poivre, puis plus floral violette, fond moka et bacon grillé puis cuir. La finale est fraiche, tonique, presque puissante, élégante et saline, avec une persistance intéressante de cassis, poivre, floral, acidulée, cuir, fond moka. Excellent 93 (17) pour cette dernière bouteille qui s'est toujours bien gouté (92,5 moyenne en 6 dégustations)

Saint-Aubin, Langoureau Remilly 2008 : Un nez évolué, jolie complexité entre fruit blanc, puis fruit jaune, note sous-bois, champignon, mousseron, limite truffe, puis plus épicé, fond léger fumé. La bouche est ronde, large, à la matière patinée, bien enrobée car tendue, tonique sur le fruit jaune mûr, coing, note épice typé muscade, puis champignon, sous bois et fond fumé. La finale est fraiche, acidulée, plus citronnée, chèvrefeuille, note épice puis champignon noble, fond amande, plus crayeux. TB-Excellent 91 (16,5) pour cette dernière des 6 bouteilles qui fait plus évolué que 2008 mais harmonieuse avec une jolie complexité (89,9 de moyenne).

Anjou, Ogereau En Chenin 2016 : Un nez de pomme verte, granny, avec ce coté frais puis acidulé, note mousseron fond sec, vif de pierre, silex. La bouche est droite, tendue, vive, matière ronde, de la profondeur, sur la pomme granny, le citron, pointe mousseron, sous bois fond cailloux. La finale est fraiche avec des épaules, sur la pomme granny, le citron, le mousseron, fond silex pierre. B-TB 88 (15)



Pommard, Rebourgeon Mure Grands Epenots 2016 : Un nez expressif, très fruit, cerise, noire et rouge, juteux, note sureau, pointe poivrée et patchouli fond noyau et carroube. La bouche est corpulente, ample, beaux tanins fins précis et soyeux, belle densité, en délicatesse, sur la cerise rouge et noire, note sureau, puis noyau de cerise, pointe poivre, fond carroube. La finale est pleine, belle densité alliant fraicheur et rondeur, belle persistance fruit rouge, cerise note plus épicée patchouli, puis sureau, carroube, fond noyau. Excellent 92-94 (16,5-17,5). Un 2016 réussi offrant ce que les aficionados du millésime défendent.

Vins de Vienne, Sotanum 2003 : Un nez séduisant à maturité de cassis mûr, note cuir classe, puis viandox, maggi dirait les alsaciens, fond balsamique et moka. La bouche est corpulente, large, jolis tanins soyeux, pas très dense, un côté un peu décharné, sur le cassis, pointe pruneaux, notre cuir, viandox fond balsamique moka. La finale est paradoxalement (en guillemet :-) fraiche, voir acide mais bien équilibré tonique, cassis, pruneaux, plus viandox que cuir, fond balsamique moka. TB-Excellent 91 (16,5) un vin, je dirai assez technique sur ce millésime avec une fraicheur bien apportée...

Cote Rôtie, Bonnefond 2005 : Un nez de cassis mûr, note marqué moka balsamique puis plus épice poivre, fond cuir bacon grillé et ce moka. La bouche est charpentée, droite, bien structurée, tanins soyeux, dans une architecture fraiche, du coup, c'est acidulé sur le cassis, le fuit noir, note épice poivre puis ce moka, ponte cuir/animal fond balsamique, bacon grillé. La finale est fraiche, tonique, puissante de cassis, fruit noir acidulé, note poivre puis moka, bacon grillé, cuir, fond balsamique. TB-Excellent 16,5 (91), une des meilleures bues.

Amicalement, Matthieu

samedi 27 janvier 2018

Premier diner du DOP, petite verticale de Poyferre

Bonjour à tous,

Reprise des diners dégustations à la cantine de mémé, nouveau restaurant, petit, mais très bon dans le 17eme. Merci à eux.
Le thème était depuis longtemps dans les tuyaux. Après avoir fait il y a quelques années une très intéressante verticale de Barton, l'idée était de faire une verticale de Poyferre. Malheureusement, 2 de nos petits camarades ont été terrassé par la grippe, et nous n'avons donc eu que 5 millésimes. C'est Jérome qui a coordonné les apports suite à des échanges mails indiquant qu'il ne fallait pas avoir de vins en doublons (moi j'avais au contraire dit que je trouvais drôle d'avoir des doublons, l'aveugle permettant justement de ressentir le vieil adage qui dit qu'on boit une bouteille et non un vin).


Les vins sont servis par paires et bien sûr, à part nos apports, on ne connaît pas les millésimes. Première série : Jérome et Serge

Vin 1 : le nez traduit très vite une légère trace de bouchon. La bouche présente une belle structure mêlant harmonieusement fraicheur, profondeur et chair enrobante, mais le bouchon est bien présent, dommage. Je dis tout de suite 96 bouchonnée, ce qui fait rire Jérome, ou pour le moins, l'étonne que d'identifier une bouteille bouchonnée... car c'est bien un 96

Vin 2 : Un nez discret de cassis, note végétal typé poivron rouge, fond noyau et cacao, un ensemble classique mais pas très complexe. La bouche est charpentée, s'appuie sur une structure fraiche, aux tanins soyeux mais à la maille plutôt "grossière", sur le fruit plus rouge, cerise, un joli côté juteux, note poivron rouge mais aussi épice, fond noyau et fumé, c'est plus intéressant. La finale est ronde, avec une pointe de gourmandise, fruit rouge, épice, les notes poivrons rouges apportent la digestibilité et le fond fumé un peu plus d'élégance. Un très bon Bordeaux classique, joli compagnon de table. TB-Excellent 91 (16,5). Je suis sur 2007 ou 2004. Finalement c'est 2001et je suis agréablement surpris, car souvent je trouve que les 2001 font plus évolués, et moins charnus, gourmands...

2eme Série : Benoit et Jérome

Vin 1 : Un nez de cassis encore marqué par un boisé dans le genre sexy aguicheur, de fraise chupa chups, de vanille, sur un fond fumé. La bouche est charpentée, voir robuste, grosse matière au toucher velours, rond et sexy sur la fraise des bois et la vanille dans le style chupachups, avec un fond fumé, bon, c'est un style qui me surprend quand même, car je m'attend a plus d'élégance sur Poyferre. La finale est puissante, mûr, toujours avec ce boisé vanille prenant un air caramel dans sa persistance. Ce n'est pas outrancier, c'est rond aguicheur, agréable. TB 89 15,5. Je pars sur 2009, n'imaginant pas un 2003 encore marqué comme cela, et surtout à ce niveau, tant il y a de 2003 réussis et plus élégant (Barton par exemple). Et pourtant c'est bien 2003. Petite déception en ce qui me concerne

Vin 2 : Plus classique, nez cassis, aux jolis note poivrons rouges grillés, pointe de cèdre, puis de cuir, fond tabac et fumé. Pas très expressif mais plutôt élégant. La bouche est corpulente, tanins veloutés, bâtie sur une jolie fraicheur tonique, mais manquant un peu de chair à l'ouverture pour l'enrober, sur le cassis, le cèdre, puis le cuir, pointe encre qui va se dissiper, fond fumé tabac. La finale est fraiche, ronde, tonique mais un peu terne au départ avec une persistance intéressante. Je pars assez vite sur 95, car on retrouve bien la fraicheur mais ça manque un peu de chair. Pourtant, il y a un côté mûr qui se révèle, j'hésite donc avec 90 ou 88. Finalement, je reste sur 95. Et là bonne blague de Jérome, c'est à nouveau 96 ! Heureusement que justement on ne voulait pas de doublons :-) et Jérome de me dire : "ben c'est toi qui trouvait intéressant, alors j'ai laissé faire..." Au moins, ça nous aura permis de la gouter non bouchonnée, et tant mieux car au fur et à mesure de l'aération, le vin gagne en plenitude, en enrobage, la matière se déploie et la finale devient plus éclatante. Parti sur 91, je finis à 92 (17).

3eme série : Fabrice et moi

Vin 1 : Et bingo, nez bouchonné, et c'est bien dommage car à nouveau très jolie bouche, charpentée, harmonieuse, tonique, tanins fins et précis avec une belle densité, c'est plein. Je pense à 2010 car le vin bien que bouchonné fait jeune, ou 2005. C'est bien 2005, et c'est rageant car le vin a l'air pour le coup au niveau, et j'aurai bien aimé comparer à Barton 2005 que je tiens en très très haute estime.

Vin 2 : Couleur qui ne trompe pas sur l'âge vénérable du breuvage. Un nez assez violent, expressif, très marqué de moka, de cuir, avec une pointe marquée encre qui va heureusement s'atténuer pour laisser place au fruit rouge macéré sur un fond champignons, cèpe, sous-bois. La bouche, corpulente, reste d'une tonicité redoutable, pleine, tanins fondus enrobant, y'a pas de mal de fraicheur, ce qui donne un côté acidulé à ces fruits rouges macérés, note moka, café, tabac, fond sous bois et champignon. La finale est persistante, acidulée, presque puissante encore sur le fruit macéré, le cuir, le sous-bois et ce fond moka, tabac assez classe. A l'aération, le vin perd de se violence et gagne en élégance. Un très joli vin, encore bien en forme, que Jérome identifie en proposant 78 (il me connaît bien :-), ce qui est bien le cas. Excellent 91 (16,5)

Au final, une soirée plutôt décevante. Déjà 2 bouchonnées sur 6, c'est énorme. Ensuite, des vins qui ne se goutaient pas à haut niveau ce soir là. Et au final, cela me confirme que je préfère largement le style profond, délicat et élégant de Barton que le style plus rond, mûr et charmeur de Poyferre.

Amicalement, Matthieu

dimanche 21 janvier 2018

Reprise d'une vie heureuse de dégsutateurs

Bonjour à tous,

Aux traditionnels vœux de bonne année, j'ajouterai de belles et grandes bouteilles lors de vos dégustations. Après un départ sur les chapeaux de roues, enfin un peu de temps pour commenter les premiers vins dégustés.

Riesling, Paul Ginglinger Drei Exa 2016 : Un nez expressif d'agrume, pamplemousse, note mirabelle pointe épice et cire d'abeille, fond de roche craie. La bouche est droite, tendue, belle présence, de la matière concentrée, soyeuse, de la fraicheur, sur le pamplemousse, puis plus citron, note de fleurs, pointe épice fond de roche de craie, c'est très élégant. La finale est fraiche, presque puissante, matière ronde tonique et persistance intéressante d'agrume, de fleur sur un fond de craie TB-Excellent 90+ (16+)

Volnay, Domaine Voillot VV 2014 : Un nez qui "pète" la cerise juteuse, puis la framboise, la fraise, bref le fruit rouge, note épice patchouli, pointe ronce, fond carroube sureau noyau. La bouche est large, ample, aux jolis tanins soyeux, y'a de la matière, mais bien élevé, sur la cerise, la fraise, puis plus noir, sureau, note épice et fond carroube noyau. La finale est fraiche, tonique, avec de la matière, de la concentration, persistance intéressante cerise, framboise, pointe épice, soupçon de ronce et fond caroube sureau. TB-Excellent 90+ TB+

Pomerol, Chateau Rouget 2009 : Un nez expressif de fruit rouge mûr, note marqué boisé à l'ouverture qui s'atténue, épice réglisse, un coté lacté chupaChups qui s'atténue aussi, puis plus fraiche, cèdre, menthe, fond cacao balsamique fumé. La bouche est charpentée, pleine, concentrée, ample, des tanins soyeux voir veloutés, sur le fruit rouge mûr, pointe kirch, note épice réglisse, puis plus cèdre, fond noyau cerise, balsamique, fumé. La finale est pleine, ronde, charmante, tout en rondeur sans mollesse, persistance intéressante de fruit rouge mûr, note cèdre, presque menthe, fond cacao balsamique. TB-Excellent 91 (16,5)

Madiran, Chateau Montus 2008 : Un nez assez simple de fruit noir, plutôt cassis, note fraiche végétal ronce, puis un peu d'épice, fond balsamique. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, de la fraicheur bien enrobée, sur le fruit noir, un côté vif, frais, tendue, note végétale ronce, poivron rouge, fond balsamique et noyau. La finale est fraiche puissante, persistance honnête de fruit rouge et noir, végétal, pointe épice réglisse, fond balsamique. TB 88 (15)


Chambolle Musigny, Amiot Servelle 2009 : Un nez gourmand de cassis confiture, note réglisse, pointe fraiche ronce, fond fumé et léger moka classe. La bouche est corpulente, large, ample, joli tanins soyeux, ça envoie et ça tient sur la matière, sur le cassis mûr, sans tombé dans le sucré, cerise, pointe kirchée, note réglisse, puis plus amer, fond fumé, moka et avec l'amer cacao classe. La finale est ample, puissante, cassis, cerise noire, épice réglisse, fond moka, cacao et fumé. Excellent 91 (16,5)


Gigondas, Guigal 2013 : Un nez expressif de prune, puis fruit noir, note épice réglisse pointe garrigue fond noyau cerise et cacao. La bouche est corpulente, large, jolis tanins soyeux, bien maintenus, sur la prune, le cassis, note épice, pointe herbe sèche, garrigue fond cacao. La finale est fraiche, tonique et belle persistance de prune, cassis, épice, fond cacao, noyau, cerise. TB 90 (16)



Chambolle Musigny, Clerget 2005 : Un nez plutôt discret, sur le cassis, la mûre, note épice réglisse, pointe ronce sous-bois, fond fumé. La bouche est corpulente, aux tanins un peu fermes, mais ronds au toucher, pas très denses, sur la mûre, la myrtille, note épice réglisse, puis ronce, sous-bois pointe de cuir, fond léger fumé. La finale est fraiche, tonique, manquant un peu de chair,  persistance intéressante plus acidulée myrtille, mûre, note réglisse, fond léger fumé et cuir. TB 88 (15)


 Amicalement, Matthieu

samedi 6 janvier 2018

Les vins du Nouvel an, l'heure du bilan

Bonjour à tous,

Encore une belle année vinique en 2017, quelques magnifiques bouteilles avec les copains du DOP dont un super diner en Bourgogne ici. A peu près autant de bouteilles commentées qu'en 2016, une répartition de consommation quasi identique en couleur (35%blc, 65%Rge), avec une écrasante majorité de Bourgognes (35%) mais avec une inversion entre régions, plus de Rhone (20%) cette année que de Bordeaux (15%), et une percée du Roussillon pour 8%, soit le triple par rapport à 2016, et à égalité avec la Loire et l'Alsace (ces 3 régions majoritairement blanc). Masi surtout une très belle année niveau bouchon... Inférieur à 2% !!! Là ou il m'est arrivé d'avoir jusqu'à 8% dans mon souvenir...

Et pour fêter ça avec quelques amis lors d'un joli diner sur la biche.

Chassagne Montrachet Morey Coffinet En Remilly 2012 : Un nez opulent, de fruit blanc, juteux, note finement grillé puis plus chèvrefeuille, pointe brioche/beurre, très gourmand, séxy, fond frangipane et sésame. La bouche est savoureuse, à la matière gourmande, suave, ronde, sur le fruit blanc, note finement grillé plus légère, tarte citron, brioche, fond frangipane et sésame. La finale est ronde mais tonique, gourmande, persistance intéressante de frangipane, amande grillé, tarte citron. Excellent 91 (16,5) et surtout hyper gourmand comme souvent avec ce cru...

Pommard Voillot Pézerolles 2009 : Un nez de cassis mûr, note marqué moka, puis d'épice pointe végétal, fond d'orgeat, de fumé. La bouche est charpentée, droite, ample jolis tanins soyeux, belle structure, sur le cassis mûr, note végétal fraiche, ronce, puis épice poivre marqué, patchouli, orgeat, fond moka et fumé. La finale qui garde de la fraicheur, offre une persistance intéressante sur le cassis mûr, note épice poivre, pointe ronce, fond moka réglisse et fumé. On dirait cote roti que je ne serai pas surpris, tant les épice poivrées se font présentes. Excellent 92 (16,5+) Mais un peu moins joli que celle dégustée en jeunesse (2011) qui promettait beaucoup, à attendre...

Côte Rôtie Guigal Chateau d'Ampuis 2006 : Un nez explosif typé baroque, cassis mûr puis un boisé hyper gourmand d'épice réglisse, pointe vanille puis menthol, à l'agitation les plus classiques notes de poivre, de viande roti, fond moka et fumé. La bouche est charpentée ample large aux tanins soyeux, velours, un poil souple, sur le cassis mûr, note hyper gourmandes, épice réglisse, légère vanille, moka pointe menthol, puis poivre, viande roti, fond fumé. Finale onctueuse qui se tient, voir qui reprend du tonus, belle persistance plutôt classique de cassis mûr, de poivre, de viande rôti, pointe menthol quand même et fond moka fumé. Un vin travaillé, certes, mais quel plaisir...Excellent 94+ (17,5+)

Et donc pour finir l'année, le classique Best Of des vins issus de ma cave auquels j'ajouterai quand même, enfin, pour la première fois, une bouteille (pas un vin hein :-) de Reynaud, à savoir le Rayas 2000, qui, sur cette bouteille bue en Bourgogne fût magnifique.

Les vins exceptionnels 95 (18) et plus :

Cote Rotie, Guigal La Mouline 2007 98
Cote Rotie, Guigal La Landone 2007 98
Chambertin Clos de Beze, Groffier  2007 96
Riesling, Weinbach Schlossberg Cuve Ste Catherine 2004 95
Cote Rotie, Guigal La Turque 2007 95
Pommard, Rebourgeon Mure Gds Epenots 2014 95
Chapelle Chambertin, Rossignol-Trapet 1999 95

Les vins excellents 94 (17,5-18) :

Riesling, Zind-Humbrecht Clos Windsbuhl 2008
Saint-Emilion, Château Larcis Ducasse 2004
Haut Médoc, Château la Lagune 1982
Sancerre François Cotat Les Monts Damnés 2007
Macon Pierreclos, Guffens-Heynen Tri de Chavigne 2011
Riesling, Albert Mann Schlossberg 2008
Volnay, Buisson Charles Santenots 2005
Clos de la Roche, Dom Laurent 2006
Cote Rotie, Guigal Château d'Ampuis 2006
Volnay, Rebourgeon Mure 1er Cru Caillerets 2015
Volnay, J Voillot Champans 2007
Chambertin Clos de Beze, Bart 2011
Vosne Romanée, Guyon Les Brulées 2006

Et maintenant place à 2018 qui sera chaud, mes 50 ans, les 20 ans du grand, les 10 ans du petit... Ah les millésimes en 8, on connaît chez nous :-)
Amicalement, Matthieu

lundi 1 janvier 2018

Entre les fêtes

Bonjour à tous,

Quelques crus dégustés entre les fêtes :

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2012 : Un nez très séduisant, classe, de fruit jaune mûr, note beurrée, brioche grillée, puis chèvrefeuille, pointe épice vanille, fond amande et sésame grillé. La bouche est ronde, large, ample, ou se déploie une matière soyeuse, bien tenue par la fraicheur, sur le fruit jaune mûr, note beurrée, puis chèvrefeuille, pointe vanille et fond amande et sésame grillée. La finale est fraiche, ample, belle empreinte au toucher soyeux et belle persistance de fruit jaune, beurrée,  brioche grillée, chèvrefeuille (tarte citron meringuée), pointe épice vanillée et fond amande et sésame grillé. TB-Excellent 90+ (16+) Un vin que je résumerai de cet oxymore, un classique moderne cad le classicisme bourguignon mis au gout du jour :-)

Sancerre, Vincent Pinard Clémence 2015 : Un nez très sauvignon, fruit blanc, citron, note marquée sur le buis, l'acacia, fond de roche. La bouche est ronde, matière mûre, bien soutenue par de la fraicheur qui tonifie sur le citron puis note buis, acacia, fond de roche pointe cire d'abeille. La finale est fraiche, tonique puissante, persistance intéressante citron, buis acacia et fond de roche. TB 89 (15,5)



Meursault, Henri Germain Perrières 2008 : Un nez fin de poire, fruit jaune mûr, fine notes grillées réduc bien intégrées, puis chèvrefeuille, brioche grillée, fond amande frangipane. La bouche est droite, tendue, profonde, nerveuse, fruit jaune mûr, notes grillées réduc, puis brioche, pointe chèvrefeuille (tarte citron meringuée), fond amande. La finale est fraiche, tendue, mais bien enrobée de matière suave et ronde, belle persistance de fruit jaune, note grillée réduc bien  intégrée, chèvrefeuille, brioche dorée, fond amande. Excellent 92 (17)

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Etelois 2015 : Un nez de liqueur de cassis, puis des notes de sureau, framboise, aussi, petite pointe animal peu élégante, fond épice réglissé et fumé. La bouche est corpulente, ample, large, jolis tanins soyeux, c'est droit, bien tenue, sur le cassis mûr, note sureau puis épice réglisse, pointe animal toujours, fond fumé caroube. La finale est fraiche, tonique, un peu fuyante mais moins dynamique que d'autres, sur le cassis, puis framboise, réglisse fond carroube et fumé; TB+ 89-91 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu