Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 6 janvier 2018

Les vins du Nouvel an, l'heure du bilan

Bonjour à tous,

Encore une belle année vinique en 2017, quelques magnifiques bouteilles avec les copains du DOP dont un super diner en Bourgogne ici. A peu près autant de bouteilles commentées qu'en 2016, une répartition de consommation quasi identique en couleur (35%blc, 65%Rge), avec une écrasante majorité de Bourgognes (35%) mais avec une inversion entre régions, plus de Rhone (20%) cette année que de Bordeaux (15%), et une percée du Roussillon pour 8%, soit le triple par rapport à 2016, et à égalité avec la Loire et l'Alsace (ces 3 régions majoritairement blanc). Masi surtout une très belle année niveau bouchon... Inférieur à 2% !!! Là ou il m'est arrivé d'avoir jusqu'à 8% dans mon souvenir...

Et pour fêter ça avec quelques amis lors d'un joli diner sur la biche.

Chassagne Montrachet Morey Coffinet En Remilly 2012 : Un nez opulent, de fruit blanc, juteux, note finement grillé puis plus chèvrefeuille, pointe brioche/beurre, très gourmand, séxy, fond frangipane et sésame. La bouche est savoureuse, à la matière gourmande, suave, ronde, sur le fruit blanc, note finement grillé plus légère, tarte citron, brioche, fond frangipane et sésame. La finale est ronde mais tonique, gourmande, persistance intéressante de frangipane, amande grillé, tarte citron. Excellent 91 (16,5) et surtout hyper gourmand comme souvent avec ce cru...

Pommard Voillot Pézerolles 2009 : Un nez de cassis mûr, note marqué moka, puis d'épice pointe végétal, fond d'orgeat, de fumé. La bouche est charpentée, droite, ample jolis tanins soyeux, belle structure, sur le cassis mûr, note végétal fraiche, ronce, puis épice poivre marqué, patchouli, orgeat, fond moka et fumé. La finale qui garde de la fraicheur, offre une persistance intéressante sur le cassis mûr, note épice poivre, pointe ronce, fond moka réglisse et fumé. On dirait cote roti que je ne serai pas surpris, tant les épice poivrées se font présentes. Excellent 92 (16,5+) Mais un peu moins joli que celle dégustée en jeunesse (2011) qui promettait beaucoup, à attendre...

Côte Rôtie Guigal Chateau d'Ampuis 2006 : Un nez explosif typé baroque, cassis mûr puis un boisé hyper gourmand d'épice réglisse, pointe vanille puis menthol, à l'agitation les plus classiques notes de poivre, de viande roti, fond moka et fumé. La bouche est charpentée ample large aux tanins soyeux, velours, un poil souple, sur le cassis mûr, note hyper gourmandes, épice réglisse, légère vanille, moka pointe menthol, puis poivre, viande roti, fond fumé. Finale onctueuse qui se tient, voir qui reprend du tonus, belle persistance plutôt classique de cassis mûr, de poivre, de viande rôti, pointe menthol quand même et fond moka fumé. Un vin travaillé, certes, mais quel plaisir...Excellent 94+ (17,5+)

Et donc pour finir l'année, le classique Best Of des vins issus de ma cave auquels j'ajouterai quand même, enfin, pour la première fois, une bouteille (pas un vin hein :-) de Reynaud, à savoir le Rayas 2000, qui, sur cette bouteille bue en Bourgogne fût magnifique.

Les vins exceptionnels 95 (18) et plus :

Cote Rotie, Guigal La Mouline 2007 98
Cote Rotie, Guigal La Landone 2007 98
Chambertin Clos de Beze, Groffier  2007 96
Riesling, Weinbach Schlossberg Cuve Ste Catherine 2004 95
Cote Rotie, Guigal La Turque 2007 95
Pommard, Rebourgeon Mure Gds Epenots 2014 95
Chapelle Chambertin, Rossignol-Trapet 1999 95

Les vins excellents 94 (17,5-18) :

Riesling, Zind-Humbrecht Clos Windsbuhl 2008
Saint-Emilion, Château Larcis Ducasse 2004
Haut Médoc, Château la Lagune 1982
Sancerre François Cotat Les Monts Damnés 2007
Macon Pierreclos, Guffens-Heynen Tri de Chavigne 2011
Riesling, Albert Mann Schlossberg 2008
Volnay, Buisson Charles Santenots 2005
Clos de la Roche, Dom Laurent 2006
Cote Rotie, Guigal Château d'Ampuis 2006
Volnay, Rebourgeon Mure 1er Cru Caillerets 2015
Volnay, J Voillot Champans 2007
Chambertin Clos de Beze, Bart 2011
Vosne Romanée, Guyon Les Brulées 2006

Et maintenant place à 2018 qui sera chaud, mes 50 ans, les 20 ans du grand, les 10 ans du petit... Ah les millésimes en 8, on connaît chez nous :-)
Amicalement, Matthieu

lundi 1 janvier 2018

Entre les fêtes

Bonjour à tous,

Quelques crus dégustés entre les fêtes :

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2012 : Un nez très séduisant, classe, de fruit jaune mûr, note beurrée, brioche grillée, puis chèvrefeuille, pointe épice vanille, fond amande et sésame grillé. La bouche est ronde, large, ample, ou se déploie une matière soyeuse, bien tenue par la fraicheur, sur le fruit jaune mûr, note beurrée, puis chèvrefeuille, pointe vanille et fond amande et sésame grillée. La finale est fraiche, ample, belle empreinte au toucher soyeux et belle persistance de fruit jaune, beurrée,  brioche grillée, chèvrefeuille (tarte citron meringuée), pointe épice vanillée et fond amande et sésame grillé. TB-Excellent 90+ (16+) Un vin que je résumerai de cet oxymore, un classique moderne cad le classicisme bourguignon mis au gout du jour :-)

Sancerre, Vincent Pinard Clémence 2015 : Un nez très sauvignon, fruit blanc, citron, note marquée sur le buis, l'acacia, fond de roche. La bouche est ronde, matière mûre, bien soutenue par de la fraicheur qui tonifie sur le citron puis note buis, acacia, fond de roche pointe cire d'abeille. La finale est fraiche, tonique puissante, persistance intéressante citron, buis acacia et fond de roche. TB 89 (15,5)



Meursault, Henri Germain Perrières 2008 : Un nez fin de poire, fruit jaune mûr, fine notes grillées réduc bien intégrées, puis chèvrefeuille, brioche grillée, fond amande frangipane. La bouche est droite, tendue, profonde, nerveuse, fruit jaune mûr, notes grillées réduc, puis brioche, pointe chèvrefeuille (tarte citron meringuée), fond amande. La finale est fraiche, tendue, mais bien enrobée de matière suave et ronde, belle persistance de fruit jaune, note grillée réduc bien  intégrée, chèvrefeuille, brioche dorée, fond amande. Excellent 92 (17)

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Etelois 2015 : Un nez de liqueur de cassis, puis des notes de sureau, framboise, aussi, petite pointe animal peu élégante, fond épice réglissé et fumé. La bouche est corpulente, ample, large, jolis tanins soyeux, c'est droit, bien tenue, sur le cassis mûr, note sureau puis épice réglisse, pointe animal toujours, fond fumé caroube. La finale est fraiche, tonique, un peu fuyante mais moins dynamique que d'autres, sur le cassis, puis framboise, réglisse fond carroube et fumé; TB+ 89-91 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu