Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 11 février 2018

Avec la neige, faut du robuste, du charpenté

Bonjour à tous,

Les magnifiques paysages enneigés du Mont Treuil nous ont donné envie de boire du capiteux, du corsé...

Margaux, Chateau Lascombes 2004 : Un nez appétant, gourmand, voir sexy, mûre, myrtille léger confit, note typé boisé, épice souk/patchouli, orange confite, pointe cèdre, fond balsamique; moka, baroque mais cela reste élégant. La bouche est corpulente aux tanins légèrement séchants, plutôt en longueur et offrant de la profondeur, sur le cassis, la myrtille, puis ces épices souk, patchouli, orange confite, pointe cèdre mais aussi cerise confite kirchée, fond balsamique, moka. La finale est fraiche, plutôt profonde qu'ample, persistance intéressante de mure, épice, moka balsamique. Excellent 91-92 (17). Un vin qui gagne à chaque nouvelle dégustation.

Châteauneuf du Pape, Guigal 2007 : Un nez très séduisant, complexe sur la prune, note d'épice orgeat, réglisse, patchouli, puis herbe sèche garrigue, pointe cerise kirchée, fond cacao, et cuir très classe. La bouche est charpentée, droite, puis ample, jolis tanins soyeux, équilibre maitrisé, sur la prune, la garrigue herbe sèche, puis les épices réglisse, fond cacao et cuir classe. La finale  est puissante avec un coté frais, tendue, par sa précision, et belle persistance de prune, de garrigue, d'herbe sèche, de réglisse, fond cacao, cuir. Excellent 93 (17) Une vrai réussite tant l'équilibre de ce millésime mûr est respecté.

Crozes Hermitage, Combier Clos des Grives 2009 : Un nez expressif, gourmand, de cassis mûr, voir confit, notes œuf animal qui disparaissent bien vites, pour laisser place à la violette, aux épices poivre, réglisse, pointe bacon grillé et fond moka balsamique bien intégré. La bouche est charpentée, large, ample, puis plus profonde aux tanins velours, un coté acidulé marqué, cassis confit, note poivre, réglisse, pointe bacon grillé et fond moka balsamique. La finale est ronde, ample, légèrement marqué alcool, gourmande presque sucré, acidulé donnant de la puissance, sur le cassis confit bonbon acidulé, note violette puis plus poivrée, réglisse, fond moka et balsamique. TB-Excellent 91 (16,5).

Madiran, Chateau Bouscasse VV 2008 : Un nez très séduisant, expressif, sauvage et élégant, éclatant de fruit noir et rouge, cassis, myrtille puis cerise, note noyau, terre, tellurique, fond léger balsamique. La bouche est charpentée, profonde, belle structure, fraiche, acidulée, tanins ronds, un rien sauvage accompagnant parfaitement l'aromatique de cassis, de myrtille, ce coté tellurique, noyau terre, des notes plus épicées réglisse et ce fond léger balsamique. La finale est fraiche, puissante, tonique, avec un tanin qui accroche un poil, donnant ce coté sauvage sans être rustique, et belle persistance  cassis, myrtille, épice, terre, noyau et fond balsamique. Excellent 91 (16,5) Pour moi, tout ce que j'attends d'un Madiran sauvage mais civilisé pour utiliser un oxymore qui convient bien à ce vin qui s'améliore de dégustation en dégustation.

Allez un classique de la maison, blanc, pour finir :

Riesling, Ginglinger Eichberg 2008 : Un nez classe, très élégant, sur l'agrume mûr, pamplemousse, orange, belles notes marquées ambrées, cire d'abeille, pointe miel oranger, fond de roche et craie, silex. La bouche est droite, tendue, à l'attaque, profonde, puis belle matière enrobante, sur l'agrume, la cire d'abeille pointe oranger, Kumquat, fond terpénique classe. La finale est saline, tendue, tout en harmonie avec une belle impression sèche, sur l'agrume, l'orange, la cire d'abeille, l'ambre, fond de roche. Excellent j'adore 93 (17)

Amicalement, Matthieu